Précisez votre recherche (les choix sont cumulatifs) :
> PAR ANNÉE  
Avril 1997
> PAR TYPE DE CONSEIL (MUNICIPAL / GÉNÉRAL)  
> Type de document (Débat / Délibération)  

43 - QOC 97-173 Question de M. Pierre CASTAGNOU et des membres du groupe socialiste et apparentés à M. le Maire de Paris au sujet de la Z.A.C. " Didot " (14e).

Débat/ Conseil municipal/ Avril 1997



M. Gérard LEBAN, adjoint, président. - La question suivante de M. Pierre CASTAGNOU à M. le Maire de Paris concerne la Z.A.C. " Didot " (14e).
En voici la teneur :
" La Z.A.C. " Didot " (14e) n'en finit pas de durer, dégageant une triste impression de terrain abandonné.
Le délai d'achèvement de cette opération d'urbanisme, fixé à fin 1998, a d'ailleurs été reporté à deux reprises.
A ce jour, un parking de 270 places a été réalisé et mis en service ; la crèche Sainte-Léonie a été reconstruite. Reste à construire 230 logements aidés (logements sociaux et intermédiaires), à aménager des locaux d'activités, un espace vert et un terrain d'éducation physique ; 5 immeubles sont menacés de démolition.
Le chantier relatif à la construction d'une première tranche de logements vient seulement de démarrer.
Or, l'enquête publique et l'étude d'impact - au demeurant limitée - datent de 1986 et les modifications apportées au projet initial l'ont été sans aucune concertation préalable avec la population.
Depuis, des attentes et des besoins nouveaux sont apparus, qu'il convient de prendre en compte. De même, cette opération d'urbanisme doit être désormais conduite en symbiose avec le prochain aménagement du secteur " Didot-Thermopyles-Bauer ", tout proche. C'est au total plus d'un millier de personnes qui viendront s'ajouter à la population actuelle.
Les habitants du quartier et leurs associations veulent, à juste titre, qu'une concertation approfondie s'engage avec la Ville de Paris, l'aménageur (S.E.M.I.R.E.P.) et les architectes.
Aussi, M. Pierre CASTAGNOU et les membres du groupe socialiste et apparentés demandent-ils à M. le Maire de Paris de leur indiquer :
1°) les modalités de concertation qu'il entend mettre en oeuvre ;
2°) le calendrier des différentes opérations de construction et d'aménagement à venir ;
2°) les réponses que la Ville de Paris entend apporter aux besoins collectifs sous-évalués ou non pris en compte à ce jour : petite enfance (la crèche Sainte-Léonie étant déjà pleine), écoles, locaux pour les associations, pour les jeunes, etc. "
Je vous donne la réponse au lieu et place de Mme Anne-Marie COUDERC, adjoint.
Le P.A.Z. de la Z.A.C. " Didot ", approuvé en 1988, prévoit la réalisation d'un programme d'environ 230 logements (100 P.L.A. et 130 P.L.I.), de 2.000 mètres carrés d'activités et commerces, et de plusieurs équipements publics :
- reconstruction et extension de capacité de 60 à 80 berceaux de la crèche existante sur le site, et création d'un centre de P.M.I. ;
- un terrain d'éducation physique ;
- un jardin public ;
- aménagement de voirie publique essentiellement piétonnière ;
- un parc de stationnement public.
La crèche, le centre de P.M.I., et le parc de stationnement public d'environ 270 places sont achevés et en service.
Les chantiers d'une centaine de logements sociaux P.L.A., répartis en trois immeubles, ont été ouverts récemment. Ces bâtiments auront des hauteurs égales à celles des immeubles voisins.
La seconde phase de l'aménagement comprendra la réalisation :
- des autres logements, au voisinage de la rue Pernety ;
- du jardin public ;
- du terrain d'éducation physique.
Certains bâtiments anciens devaient être démolis lors de cette seconde étape. Le Maire de Paris a d'ores et déjà demandé que des études soient rapidement menées afin d'examiner, conformément aux orientations qu'il a arrêtées en matière d'urbanisme, si certains d'entre eux ne pourraient pas être conservés et réhabilités. Il s'agit notamment des bâtiments situés 69-71, rue Raymond-Losserand. De même, l'immeuble de 3 étages sur rez-de-chaussée situé 36, rue Pernety, pourrait être réhabilité.
Ces études prendront en compte les différents critères : urbanistique, architectural, technique, financier, juridique. Ces analyses seront complétées par l'examen de l'impact des éventuelles réhabilitations sur le futur jardin et sur l'aménagement de ses abords. Il importe, en effet, que le jardin profite d'un environnement de qualité, tenant compte des abords de la rue Pernety.
Les résultats de ces différentes études feront l'objet d'un dialogue avec les élus du 14e arrondissement, les associations locales et les riverains avant que toute décision soit prise.
Le calendrier prévisionnel précis de cette seconde tranche pourra être arrêté lorsque les décisions qui suivront la phase de dialogue auront été prises.
S'agissant de la garde de la petite enfance et de l'accueil scolaire, il convient de remarquer que :
- en tenant compte des logements prévus dans la Z.A.C. " Didot " et dans l'opération " Didot-Thermopyles ", le taux de desserte du quartier, en pourcentage par rapport aux nombres d'enfants de moins de 3 ans dont les 2 parents travaillent, restera supérieur à l'objectif municipal actuel qui est de 40 % ;
- les enfants provenant des logements de la Z.A.C. " Didot " et de la petite opération " Didot-Thermopyles " pourront être accueillis dans les écoles existantes du quartier.
La question relative à d'éventuels locaux associatifs fera l'objet d'un examen spécifique.