Précisez votre recherche (les choix sont cumulatifs) :
> PAR ANNÉE  
Septembre 1997
> PAR TYPE DE CONSEIL (MUNICIPAL / GÉNÉRAL)  
Conseil Municipal
> Type de document (Débat / Délibération)  

24- 1997, DLH 117 - Octroi de la garantie de la Ville de Paris pour le service des intérêts et l'amortissement d'emprunts à contracter par l'O.P.A.C. de Paris en vue du financement d'un programme comprenant une restructuration lourde de 55 logements locatifs aidés et un commerce, et la réhabilitation de 12 logements locatifs aidés situé 2-4-6, rue de Schomberg et 13-15, boulevard Morland (4e). - Participation financière de la Ville de Paris à cette opération.

Débat/ Conseil municipal/ Septembre 1997



M. Roger ROMANI, adjoint, président. - Nous passons au projet de délibération DLH 117.
Monsieur MANO, vous avez la parole.
M. Jean-Yves MANO. - Merci, Monsieur le Maire.
Je me réjouis de la construction de P.L.A. dans le 4e mais je m'interroge une fois de plus sur le coût exorbitant de la construction, soit 17 585 F le mètre carré habitable.
Dans le projet de délibération qui nous est soumis aujourd'hui, ce n'est pas une exception, dans le projet 166, le prix du mètre carré est de 18.777 F et pour le 167 de 18.743 F et pour la 169 de 17.230 F. Il y avait même un projet de délibération, retiré mystérieusement de l'ordre du jour, mais M. BRAVO en a largement parlé au Conseil d'arrondissement du 9e, à 17.000 F le mètre carré pour les P.L.A.-T.S.
Savez-vous que le secteur privé met sur le marché, aujourd'hui, des logements neufs à partir de 15.000 F le mètre carré ?
Savez-vous, Monsieur le Maire, mes chers collègues, que des sociétés immobilières d'investissements des institutionnels mettent sur le marché aujourd'hui à Paris des logements à 12.500 F le mètre carré ?
Alors, comment osez-vous nous présenter de tels dossiers sans vous interroger un seul instant sur la variété des coûts que vous favorisez ?
Les décisions que nous prenons sont graves pour les finances de la Ville, graves pour l'équilibre financier des organismes de construction et graves pour les finances des Parisiens.
Vous engagez l'avenir financier de la Ville pour les cinquante ans à venir. Nous ne pouvons rester éternellement neutres face au système de construction et aux entreprises-satellites qui tournent autour du marché de la construction à Paris. Tout cela nous semble suffisamment grave pour que nous posions un jour la constitution d'une commission d'enquête ou de contrôle sur l'attribution de marchés en matière de construction à Paris. Merci.
M. Roger ROMANI, adjoint, président. - Merci, Monsieur MANO.
Monsieur BULTÉ, vous avez la parole.
M. Michel BULTÉ, adjoint, au nom de la 6e Commission. - Je dirai à M. MANO que c'est une opération effectivement exemplaire. En ce qui concerne le coût de l'opération que vous évoquez je rappellerai qu'à la demande de l'Architecte des Bâtiments de France, le bâtiment B conservé sera scrupuleusement restauré. Nous avons affaire à une opération exemplaire de réhabilitation. Les travaux, notamment sur le bâtiment à surélever, feront l'objet de toutes précautions afin que les façades conservées soient maintenues et ne subissent aucune dégradation.
L'insertion d'un programme nouveau de logements sociaux dans le patrimoine existant, en accord avec les orientations municipales de Jean TIBERI en faveur d'un urbanisme à visage humain, entraîne un coût global de l'opération de 17.500 F le mètre carré environ.
Ce montant reste maîtrisé eu égard à l'importance, Monsieur MANO, et à la difficulté des travaux ainsi qu'à l'effort entrepris pour la conservation du cadre. Cette opération exceptionnelle d'un point de vue architectural et technique, qui s'attache à conserver des bâtiments de qualité en leur donnant une nouvelle destination, conduit la Ville à consentir un effort financier substantiel, c'est vrai, de 27,3 millions de francs mais je crois que nous ne pouvons que nous féliciter que ces opérations de grande qualité puissent être mises en place et je rappellerai que le Conseil de cet arrondissement a donné un avis favorable.
M. Roger ROMANI, adjoint, président. - Merci, Monsieur BULTÉ.
Je mets aux voix, à main levée, le projet de délibération DLH 117.
Qui est pour ?
Contre ?
Abstentions ?
Le projet de délibération est adopté à la majorité, M. REVEAU ayant voté contre. (1997, DLH 117).