Précisez votre recherche (les choix sont cumulatifs) :
> PAR ANNÉE  
Septembre 1997
> PAR TYPE DE CONSEIL (MUNICIPAL / GÉNÉRAL)  
Conseil Municipal
> Type de document (Débat / Délibération)  

74- QOC 97-305 Question de M. Jean-Pierre BURRIEZ et des membres du groupe " Paris-Libertés " à M. le Préfet de police concernant les rassemblements de motards place de la Bastille et sur l'esplanade de Vincennes.

Débat/ Conseil municipal/ Septembre 1997



M. Jean-François LEGARET, adjoint, président. - La question suivante de M. Jean-Pierre BURRIEZ et des membres du groupe " Paris-Libertés " à M. le Préfet de police concerne les rassemblements de motards place de la Bastille et sur l'esplanade de Vincennes.
En voici le libellé :
" M. Jean-Pierre BURRIEZ et les membres du groupe " Paris-Libertés " demandent à M. le Préfet de police de leur faire connaître les mesures susceptibles d'être prises pour remédier aux excès constatés lors des rassemblements de motards, place de la Bastille (11e) et sur l'Esplanade des Invalides (7e). "
La réponse est à M. le Préfet de police.
M. LE PRÉFET DE POLICE. - Le rassemblement hebdomadaire de motards, le vendredi soir, attire environ 1.500 motos, soit près de 2.000 personnes, sur l'esplanade du Château de Vincennes et de 100 à 150 motos place de la Bastille.
Tout à fait conscients des difficultés engendrées par ces regroupements, mes services s'efforcent de mener une action conjointe avec les élus de la Capitale, les autorités du Val-de-Marne et les représentants de la Fédération française des motards en colère en vue de trouver les solutions susceptibles d'atténuer au maximum les nuisances phoniques subies par les riverains des voies concernées par ces manifestations.
Dans ce but, il a été convenu d'engager deux types d'actions :
D'une part, une campagne d'information qui comprendra la publication d'un communiqué de presse associant les villes de Paris, Saint-Mandé et Vincennes et la diffusion d'un document de sensibilisation auprès des motards par la Fédération française des motards en colère.
D'autre part, une action de contrôle menée par la police nationale afin de sanctionner les excès de vitesse et les émissions sonores qui se révéleraient ne pas être en conformité avec les normes réglementaires en vigueur.
Les effets de ces deux actions seront évalués dans un délai de 4 mois. Sur la base de ce bilan, des mesures complémentaires seront éventuellement mises en ?uvre en fonction de la situation qui sera alors constatée.
Compte tenu des nombreuses plaintes des riverains, il apparaît que la résolution de ce problème pourrait passer par l'organisation de ces rassemblements sur des sites adaptés, tels que le circuit " Carole " à Villepinte, en Seine-Saint-Denis ou sur d'autres sites spécialement aménagés à cet effet.
Je puis vous assurer que je resterai particulièrement attentif aux propositions des élus en ce domaine.