Précisez votre recherche (les choix sont cumulatifs) :
> PAR ANNÉE  
Septembre 1997
> PAR TYPE DE CONSEIL (MUNICIPAL / GÉNÉRAL)  
Conseil Municipal
> Type de document (Débat / Délibération)  

123- QOC 97-278 Question de MM. Alain DUMAIT, Georges MESMIN et Mme Benoîte TAFFIN, élus indépendants, à M. le Maire de Paris et à M. le Préfet de police à propos du plan " Vélo ".

Débat/ Conseil municipal/ Septembre 1997



M. Jean-François LEGARET, adjoint, président. - Nous passons à la question de MM. Alain DUMAIT, Georges MESMIN et Mme Benoîte TAFFIN à M. le Maire de Paris et à M. le Préfet de police à propos du plan " Vélo ".
Elle est ainsi libellé :
" MM. Alain DUMAIT, Georges MESMIN et Mme Benoîte TAFFIN interrogent M. le Maire de Paris et M. le Préfet de police sur le bilan, un an après sa mise en place, du plan " Vélo ", à propos duquel ils demeurent plus que sceptiques.
Le succès relatif de cette opération auprès du public amène à faire un constat réaliste.
A ce jour, il apparaît que les failles principales du système sont les suivantes :
- la signalisation au sol des pistes cyclables est très souvent effacée et par là-même non respectée ;
- les bornes de démarcation des pistes sont couramment écrasées, devenant inefficaces et dangereuses ;
- la cohabitation bus-vélos n'est satisfaisante que lorsque les couloirs sont suffisamment larges pour permettre le dépassement ;
- les pistes cyclables, lorsqu'elles ne sont pas en site propre, ne sont généralement pas respectées ;
- dans tous les cas de figure, elles deviennent souvent des couloirs pour deux-roues motorisés, qui circulent à vive allure ;
- la répartition couloirs bus, couloirs vélos, couloirs de livraison, semble engendrer mécontentement, dangers et encombrements ;
- la continuité des parcours semble difficile à mettre en place, en particulier sur les grandes places ;
- la cohérence de la signalétique et de la réglementation laisse à désirer ;
- enfin, l'inconvénient majeur de ce dispositif est d'avoir réduit considérablement, dans certaines voies (par exemple, boulevard du Montparnasse) l'espace réservé à la circulation des véhicules non prioritaires.
MM. Alain DUMAIT, Georges MESMIN et Mme Benoîte TAFFIN souhaitent connaître les adaptations proposées afin de remédier aux problèmes du réseau existant, avant que la Municipalité ne se lance, comme prévu, dans son extension.
Ils désirent connaître également le coût de création et d'entretien, sur un an, d'un kilomètre de piste cyclable en site protégé (partagé ou non avec les bus) et en site propre (totalement isolé du reste de la circulation). "
Je vous donne la réponse au lieu et place de M. Bernard PLASAIT, adjoint.
Dans le cadre de la nouvelle politique des déplacements, les itinéraires du plan " vélo " 1996 sont en exploitation depuis un an. Certains des équipements qui signalent ou protègent ces pistes cyclables sont régulièrement remplacés ou rénovés, compte tenu de leur usure ou de leur détérioration.
Ainsi, dans le cadre de la mise en place du programme 1997 en cours de réalisation, l'ensemble de la signalisation au sol du réseau déjà en place a été renforcé. Les modules " vélos " sont repeints et les balises des voies cyclables remplacées. Il est à noter que ces balises, dont la présence est très importante pour la sécurité des cyclistes, sont fréquemment endommagées par les poids-lourds.
Dans le cadre du partage de l'espace public entre les différents usagers : vélos, autobus et véhicules particuliers, il n'a pas toujours été possible d'élargir les couloirs autobus, sans contraindre à l'extrême la circulation des autres usagers. Rappelons que la majorité des couloirs bus de largeur normale ne sont pas ouverts aux vélos.
La Préfecture de police a mis en place dès le début du mois d'août des équipes spécialisées de surveillance d'utilisation des bandes et pistes cyclables, ce qui à court terme doit améliorer les conditions de circulation des cyclistes et des autres usagers en réduisant à l'aide d'une action pédagogique et si nécessaire par la répression, les infractions actuellement constatées (livraisons, deux-roues motorisées, stationnement illicite, etc.).
Les traversées des grands carrefours ou places sont des points délicats où il est apparu préférable de laisser aux cyclistes, le choix de leur itinéraire. Pour certaines grandes places, l'organisation des itinéraires a pu être envisagée par des voies de contournement sécurisées : place de l'Etoile, place d'Italie, etc.
La signalisation tant horizontale que verticale respecte la réglementation nationale en vigueur. Des compléments de signalétique ont été initiés à Paris, dont les modules vélos dans les carrefours pour assurer la continuité visuelle des itinéraires vélos ; la pose de balises aux entrées des couloirs pour bien séparer la circulation générale (et les bus), des cyclistes qui sont les usagers les plus fragiles ; des séparateurs franchissables qui renforcent la signalisation horizontale et dissuadent le franchissement par d'autres usagers et limitent la localisation des livraisons.
Pour ce qui concerne le coût des opérations du plan " vélo ", il est très difficile d'annoncer un coût représentatif par type d'aménagement puisque suivant les cas, il est nécessaire de traiter la bande de roulement, d'adapter la signalisation tricolore et ou de réaménager les carrefours, de reconstituer ou non le stationnement.
A titre d'information, l'ensemble des réalisations pour 1996 a représenté un budget de 35 millions de francs dont 2,5 millions de francs consacrés à la création d'aires de stationnement pour les deux-roues et a permis de réaliser 52 kilomètres d'itinéraires pour les cyclistes. Le coût du kilomètre de piste cyclable peut donc en moyenne être évalué à 625.000 F.
La parole est à M. le Préfet de police.
M. LE PRÉFET DE POLICE. - Ma première observation sera d'indiquer que la signalisation adoptée pour les pistes cyclables correspond strictement aux règles définies au plan national par les instructions interministérielles sur la signalisation routière, condition indispensable à l'opposabilité de la réglementation qu'elle symbolise.
En second lieu, la Commission extra-municipale pour le vélo préconise que toute ouverture d'un couloir bus aux cycles soit subordonnée à un élargissement qui permette la cohabitation des bus et des cycles et le dépassement de ces derniers dans des conditions satisfaisantes de sécurité. Mes services sont très attentifs à cette donnée lors de la mise au point des itinéraires de ce type.
L'aménagement en site propre des itinéraires pour vélos est naturellement la solution à privilégier pour empêcher l'utilisation illicite de ces pistes par les autres catégories de véhicules.
Dans le cadre de la priorité que constitue pour la Préfecture de police la lutte contre l'insécurité routière, je rappellerai les dispositions prises par mes services pour renforcer la surveillance des itinéraires réservés aux cyclistes.
Afin de garantir à ces usagers particulièrement vulnérables la possibilité de circuler en toute sécurité sur la voie publique, un dispositif spécifique a été mis en place en juillet dernier, qui s'appuie sur la création de brigades équipées de vélos et de cyclomoteurs.
C'est ainsi que deux unités d'îlotiers cyclistes patrouillent dans les bois de Boulogne et de Vincennes, tandis qu'une unité motorisée, spécialement dédiée à la surveillance des pistes et des bandes cyclables, a été créée au sein des compagnies de circulation.
Cette unité comprend 8 équipes de 2 policiers, reconnaissables à leur chasuble verte et blanche, illustrée d'un pictogramme représentant un vélo. Ces fonctionnaires de police sont équipés de cyclomoteurs.
Entre septembre 1996 et mai 1997, 493 conducteurs de véhicules motorisés circulant dans les pistes cyclables et 2.517 usagers ayant stationné leurs véhicules dans ces mêmes voies ont été verbalisés.
Troisièmement, le problème de la traversée des grandes places a fait l'objet de débats de la Commission, qui n'a pas tranché entre les tenants d'itinéraires clairement délimités, et ceux d'une liberté de choix plus favorable aux cyclistes expérimentés. La continuité des itinéraires en ces points particuliers des parcours cyclistes se heurte, d'autre part, à de nombreuses difficultés techniques qui requièrent un délai d'étude préalable supplémentaire. Pour ma part, j'estime préférable un cheminement qui offre des conditions de sécurité optimales pour l'ensemble des cyclistes, y compris débutants. Le développement de la fréquentation de ces itinéraires me semble lié à cette condition.