Précisez votre recherche (les choix sont cumulatifs) :
> PAR ANNÉE  
Septembre 1997
> PAR TYPE DE CONSEIL (MUNICIPAL / GÉNÉRAL)  
> Type de document (Débat / Délibération)  

28- 1997, DLH 180 - Programme d'isolation phonique du boulevard périphérique. - Réduction des nuisances sonores dans un immeuble de l'O.P.A.C. de Paris situé 5, boulevard du Bois-le-Prêtre (17e). - Octroi de la garantie de la Ville de Paris pour le service des intérêts et l'amortissement d'un emprunt à contracter par l'O.P.A.C. de Paris en vue du financement de travaux d'isolation phonique. - Participation financière de la Ville de Paris.

Débat/ Conseil municipal/ Septembre 1997



1997, DLH 181 - Programme d'isolation phonique du boulevard périphérique. - Réduction des nuisances sonores dans un immeuble de l'O.P.A.C. de Paris situé 9-17, rue Emile-Borel et 2, boulevard du Bois-le-Prêtre (17e) (2e tranche). - Participation financière de la Ville de Paris.
M. Roger ROMANI, adjoint, président. - Monsieur CASTAGNOU, nous allons examiner le projet de délibération DHL 180, relatif au programme de l'isolation phonique du boulevard périphérique.
M. Pierre CASTAGNOU. - Merci, Monsieur le Maire.
Vous nous soumettez deux projets de délibération portant sur la réduction des nuisances sonores dues au boulevard périphérique dans le 17e arrondissement.
Le groupe socialiste votera ces deux projets de délibération. Je voudrais faire, au nom de mon groupe, à cette occasion, plusieurs observations.
- la première est la suivante : la politique de la Ville consiste en ce domaine à procéder au coup par coup et de façon très limitée.
Nous déplorons l'absence d'un véritable programme ou d'un plan pluriannuel d'isolation phonique et de couverture du boulevard périphérique.
Tout le monde sait que le périphérique est une source de nuisances majeures pour les riverains, notamment à certains endroits de la Capitale.
- ma deuxième observation est la suivante : nous voudrions, à l'occasion de ce vote, vous rappeler la nécessité et l'urgence de travaux de couverture du périphérique, dans le 14e arrondissement de Paris à la hauteur de l'avenue de la Porte de Vanves, ainsi que dans le 20e entre la Porte des Lilas et la Porte de Vincennes ; c'est-à-dire là où les conditions de vie quotidienne de plusieurs milliers de locataires d'immeubles sociaux de la Ville sont devenues pratiquement insupportables du fait de la pollution.
Ces travaux ont fait l'objet de voeux votés à l'unanimité des conseils d'arrondissement concernés qui appartiennent, je le précise, à la majorité ou à l'opposition municipale.
Les contraintes budgétaires ou financières de la Ville ne sauraient servir d'alibi pour ne rien faire et reporter siné dié ce type d'investissement.
En effet, la charge incombant à la Ville reste en vérité raisonnable, puisque les travaux concerneraient environ seulement 200 mètres sur l'ensemble du périphérique.
Par ailleurs la Ville, comme vous le savez, Monsieur le Maire, peut bénéficier du concours, à condition d'y faire appel, de la région à hauteur de 35 % de l'investissement, et de l'Etat, à hauteur de 25 %.
Il faut savoir que les crédits existent et qu'ils ne sont pas sollicités. Il existe plusieurs dizaines de millions au budget du Conseil régional chaque année à cette fin. Il en existe également plusieurs dizaines, 90 millions de francs exactement, dans le contrat de plan Etat-Région qui est toujours en cours.
C'est dire que la Ville peut programmer, en l'étalant dans le temps bien évidemment, en tout cas d'ici à la fin de la mandature, la couverture du périphérique, aux endroits que j'ai indiqués. Tout le monde sait où cela a été fait et tout le monde sait que les mesures de simple isolation phonique ne sont en général pas suffisantes pour créer des conditions de vie supportables.
Voilà ce que je tenais à vous dire, Monsieur le Maire, au moment où nous allons voter ces deux projets de délibération.
Je souhaiterais que vous preniez en compte notre demande dans la préparation du prochain budget de la Ville. C'est une question de volonté politique de votre part et une question de priorité dans les choix de la Ville.
Je vous remercie.
(Applaudissements sur les bancs des groupes socialiste, du Mouvement des citoyens et communiste).

M Roger ROMANI, adjoint, président. - Je vous remercie, Monsieur CASTAGNOU.
Vous avez surtout demandé une plus grande participation financière de la Ville. Ceci sera évoqué au moment de la discussion budgétaire.
Je mets aux voix, à main levée, le projet de délibération DLH 180.
Qui est pour ?
Contre ?
Abstentions ?
Le projet de délibération est adopté à l'unanimité. (1997, DLH 180).
Je mets aux voix, à main levée, le projet de délibération DLH 181.
Qui est pour ?
Contre ?
Abstentions ?
Le projet de délibération est adopté à l'unanimité. (1997, DLH 181).