Précisez votre recherche (les choix sont cumulatifs) :
> PAR ANNÉE  
Octobre 2007
> PAR TYPE DE CONSEIL (MUNICIPAL / GÉNÉRAL)  
Conseil Municipal
> Type de document (Débat / Délibération)  

2007, DASCO 16 - Subvention de fonctionnement à des associations intervenant en faveur de la parité dans l’enseignement supérieur scientifique. - Montant : 15.000 euros.

Débat/ Conseil municipal/ Octobre 2007


 

M. Eric FERRAND, adjoint, président. - Nous passons maintenant à l?examen du projet de délibération DASCO 16 relatif à l?attribution d?une subvention de fonctionnement de 15.000 euros à des associations intervenant en faveur de la parité dans l?enseignement supérieur scientifique.

La parole est à Mme BARLIS. Mme POURTAUD vous répondra.

Mme Corine BARLIS. - Merci, Monsieur le Maire.

C?est avec plaisir que j?interviens sur ce projet de délibération parce qu?il nous interpelle sur un sujet important, à savoir le peu de jeunes femmes qui s?orientent vers des filières scientifiques.

Or il s?agit avant tout d?idées préconçues, de modèles de société qui empêchent ces jeunes femmes alors qu?elles ont des résultats scolaires tout à fait satisfaisants de s?orienter vers ces filières qui sont sources d?emplois qualifiés lorsqu?elles accèderont ensuite au marché du travail.

C?est pourquoi je me réjouis que nous ayons ce projet de délibération à l?ordre du jour car, grâce aux subventions d?un montant de 15.000 euros que nous allons donner à trois associations, nous allons pouvoir au niveau de la Ville de Paris, faire avancer le sujet, parce que grâce aux associations ?Femmes et Mathématiques?, ?Femmes et Sciences? et ?Femmes Ingénieurs?, nous allons pouvoir aider à la formation de milles ambassadrices pour les sciences qui iront dans les collèges et les lycées parler de leur métier, des filières scientifiques.

Or, lorsqu?on est adolescent et que l?on commence à réfléchir à son avenir on s?oriente bien souvent vers telle ou telle filière parce que quelqu?un a su nous parler de son métier avec enthousiasme, nous interpeller et nous faire ainsi découvrir des nouvelles facettes et des nouvelles possibilités qu?on n?aurait peut-être pas ne serait-ce qu?imaginées.

Grâce à ces ambassadrices de la science, les jeunes Parisiennes vont pouvoir réfléchir et avoir des nouvelles informations sur ces filières scientifiques et je m?en réjouis puisque c?est comme cela que petit à petit on pourra amener les Parisiennes vers des métiers auxquels elle peuvent tout à fait prétendre.

Je vous remercie.

M. Eric FERRAND, adjoint, président. - Merci beaucoup, Madame BARLIS.

Pour vous répondre, la parole est à Mme POURTAUD.

Mme Danièle POURTAUD, adjointe, au nom de la 7e Commission. - Merci, Monsieur le Maire.

Je voudrais tout d?abord remercier Corine BARLIS d?avoir, par son intervention, attiré l?attention de notre Assemblée sur cette opération, ?mille ambassadrices pour les sciences?, et la remercier des propos qu?elle a tenus. Je voudrais à mon tour souligner deux paradoxes.

Il y a un consensus aujourd?hui en France et même en Europe pour affirmer que le développement économique des prochaines années passe par la recherche et l?innovation. Et pourtant depuis une dizaine d?années, le nombre d?étudiants en sciences dites dures diminue de 10 % environ par an. La Commission européenne, dans un rapport publié en 2005, tirait déjà la sonnette d?alarme en estimant que, si on prenait en référence les Etats-Unis, il manquait 700.000 étudiants en sciences ou en écoles d?ingénieurs en Europe, dont 100.00 en France.

C?est un phénomène inquiétant auquel les coupes sombres dans le budget de l?enseignement supérieur et de la recherche des différents gouvernements RAFFARIN et VILLEPIN ne sont sans doute pas étrangers. Mais deuxième paradoxe, les jeunes filles, pourtant à parité dans les terminales scientifiques et souvent plus brillantes au baccalauréat, ne choisissent que très minoritairement les études scientifiques et s?orientent plus volontiers vers les écoles de commerce, les filières littéraires ou les filières de sciences humaines des universités.

Pourquoi ? J?espère qu?il n?y a personne dans cet hémicycle pour imaginer qu?il y aurait un gène des sciences dont seraient porteurs uniquement les garçons et qui ferait défaut aux filles. Je plaisante évidemment. Corine BARLIS a parfaitement indiqué tout à l?heure qu?il s?agissait plutôt de stéréotypes sociaux.

Nous avons donc absolument besoin de ce potentiel que représentent les filles pour tous ces secteurs porteurs d?avenir que sont la Recherche, la Technologie et l?Innovation. Alors comment casser cette représentation sociale du chercheur masculin et austère qui rebute les jeunes filles et leurs parents souvent, voire parfois même leurs enseignants ? Par l?exemple et par l?information.

C?est le sens et le défi des ?mille ambassadrices des sciences?. Pendant une semaine, des étudiantes venant des grandes écoles ou des universités ainsi que des femmes déjà engagées dans des carrières de la recherche ou en entreprise, vont aller essayer de transmettre leur passion pour leurs études ou pour leur métier aux jeunes lycéens, mais bien sûr surtout aux jeunes lycéennes parisiennes.

Elles seront formées pour ces interventions par les trois associations qui co-organisent cette opération, ?Femmes et Sciences?, ?Femmes et Mathématiques? et ?Femmes et Ingénieurs? que je voudrais saluer pour leur engagement de longue date pour cette cause.

Je voudrais aussi en profiter pour remercier par avance les futures ambassadrices et l?ensemble des grandes écoles ; je signale à notre Assemblée que beaucoup ont répondu, de Polytechnique aux Mines, en passant bien sûr par les écoles de la Ville de Paris mais aussi les universités scientifiques, qui ont répondu à notre appel et recruté ces ambassadrices.

Un mot enfin pour vous dire que l?opération se déroulera la première semaine de décembre, j?espère dans un grand nombre de lycées parisiens. Le rectorat s?est associé à l?opération pour sensibiliser les chefs d?établissement. J?espère bien entendu que cette opération un peu choc pourra se renouveler les années suivantes car, vous l?aurez compris, c?est un travail de longue haleine.

Merci.

M. Eric FERRAND, adjoint, président. - Merci, Madame POURTAUD.

Je mets aux voix, à main levée, le projet de délibération DASCO 16.

Qui est pour ?

Contre ?

Abstentions ?

Le projet de délibération est adopté. (2007, DASCO 16).