Précisez votre recherche (les choix sont cumulatifs) :
> PAR ANNÉE  
Octobre 2007
> PAR TYPE DE CONSEIL (MUNICIPAL / GÉNÉRAL)  
> Type de document (Débat / Délibération)  

2007, DVD 209 - Approbation du principe de délégation de service public pour l’exploitation et la modernisation du parc de stationnement souterrain “Passy” (16e) pour une durée maximale de 15 ans. Autorisation à M. le Maire de Paris de lancer la consultation et d’accomplir tous les actes préparatoires à la passation du contrat de délégation. 2007, DVD 210 - Approbation du principe de délégation de service public pour l’exploitation et la modernisation du parc de stationnement souterrain “François 1er” (8e), pour une durée maximale de 14 ans. Autorisation à M. le Maire de Paris de lancer la consultation et d’accomplir tous les actes préparatoires à la passation du contrat de délégation. 2007, DVD 216 - Approbation du principe de délégation de service public pour l’exploitation et la modernisation du parc de stationnement souterrain “Lagrange Maubert” (5e) pour une durée maximale de 12 ans. - Autorisation à M. le Maire de Paris de lancer la consultation et d’accomplir tous les actes préparatoires à la passation du contrat de délégation.

Débat/ Conseil municipal/ Octobre 2007


 

Mme Anne HIDALGO, première adjointe, présidente. - Nous passons maintenant au projet de délibération DVD 209 concernant l?approbation du principe de délégation de service public pour l?exploitation et la modernisation du parc de stationnement souterrain ?Passy?, dans le 16e.

Je donne la parole à Mme DOUVIN.

Mme Laurence DOUVIN. - Merci, Madame la Maire.

Vous nous présentez là trois projets de délibération : DVD 209, 210 et 216 qui concernent les parcs ?Passy?, ?François 1er? et ?Lagrange?. J?interviendrais donc d?une manière groupée, si vous le voulez bien, sur ces trois projets de délibération.

Etant donné votre refus de satisfaire les besoins localisés des résidents pour construire des parcs en fonction des besoins dans un bon nombre de quartiers, vous comprendrez que la gestion la plus moderne et la plus affinée de ce qui existe nous intéresse au plus haut point.

C?est pourquoi nous avons un certain nombre de demandes et de précisions que nous souhaiterions obtenir.

Tout d?abord, nous souhaiterions avoir votre position sur une taxation non pas à la demi-heure mais au temps réel dans ces parcs pour les stationnements rotatifs. Technologiquement, c?est possible et il n?y a aucune raison de faire payer aux utilisateurs un temps de stationnement qu?ils ne consomment pas.

D?autre part, nous sommes très favorables à l?installation dans les parcs de stationnement, j?allais dire de proximité, de voitures en libre-service ou ?car pool?.

Les Parisiens sont tout à fait prêts à une utilisation différente de la voiture et à aller vers un partage selon leurs besoins. Encore faut-il qu?ils aient la possibilité de trouver un véhicule à proximité de leur domicile.

La réservation de certaines places pour ce service doit être consentie à des conditions très préférentielles.

Qu?envisagez-vous pour justement ces possibilités-là ?

Il en est de même pour les motos qu?il faut contribuer, dans la mesure du possible, à faire descendre de la surface.

Là aussi, quelles sont les conditions que vous demandez de faire aux concessionnaires ?

Enfin, je souhaiterais vous poser les mêmes questions pour les véhicules peu polluants : quels types de véhicules peu polluants, quel type de diminution de tarif demandez-vous là aussi aux concessionnaires de pratiquer ?

Enfin, il est dommage de ne pas profiter du renouvellement de ces trois concessions qui, après travaux, vraisemblablement dégageront un excédent financier non négligeable pour leur adosser des parcs à construire, dont on peut penser qu?ils risquent, eux, d?être structurellement déficitaires, comme cela a été fait lors du renouvellement des concessions des parcs Notre Dame et Concorde.

Je pense par exemple, et il y en a beaucoup d?autres, à un parc qui pourrait être réalisé rue Navier, dans le 17e.

Enfin, dernière remarque. Vous avez ouvert un site ?stationnement.fr? pour informer les Parisiens sur les parcs de stationnement existant dans leur quartier. Aller y surfer est très intéressant. Ce site montre, de manière brute et crue, que l?offre ne correspond absolument pas aux besoins puisque dans nombre de quartiers, après une navigation parc par parc pour vérifier les disponibilités, l?usager constate une chose bien simple : il n?y en a pas dans son quartier et ce site n?est donc pour lui d?aucune utilité.

Je vous remercie des réponses que vous voudrez bien donner à mes premières questions.

Mme Anne HIDALGO, première adjointe, présidente. -  Monsieur BAUPIN, vous avez la parole.

M. Denis BAUPIN, adjoint, au nom de la 3e Commission. Merci, Madame DOUVIN, de votre intervention. J?ai noté que vous avez indiqué mon refus de ne pas satisfaire les riverains, donc visiblement c?est que je satisfais les riverains si j?en crois votre double négation.

C?est intéressant de voir à quel point aujourd?hui à force de vouloir faire des circonvolutions pour essayer de dire des choses sans vouloir les dire, voter un Plan Climat mais en même temps apparaître comme n?étant pas contre les automobilistes, etc., on finit par ne plus savoir exactement quelles sont vos positions.

D?ailleurs, je note que chaque fois que vous parlez de stationnement, évidemment il n?y a pour vous qu?un seul mode de véhicules qui puisse correspondre à cette question c?est-à-dire l?automobile. J?ai remarqué que?

M. François LEBEL, maire du 8e arrondissement. - Pas pour vous ?

M. Denis BAUPIN, adjoint, rapporteur. - Non pas pour moi. Il y a beaucoup d?autres véhicules, Monsieur LEBEL, pour lesquels nous avons largement amélioré le stationnement depuis plusieurs mois. Prenez par exemple les vélos.

Mais il n?y a aucune agressivité. Je suis très tranquille.

Soyez très calme M. LEBEL, il n?y a aucun problème, je suis très zen.

M. LEGARET, franchement en matière d?éructation, je n?atteindrai jamais votre niveau.

En tout état de cause je suis quand même surpris Mme DOUVIN, pour quelqu?un qui a participé à toutes les réunions de la troisième commission depuis six ans et qui suit ces dossiers, que vous posiez la question de savoir s?il y aura des tarifs préférentiels en ce qui concerne l?auto partage. C?est écrit dans chacun des projets de délibération. Je vous renvoie vraiment à l?exposé des motifs.

Mme Anne HIDALGO, première adjointe, présidente. - Madame DOUVIN, si vous ne laissez pas M. BAUPIN répondre, vous n?aurez jamais votre réponse. Laissez le parler, pour l?instant, il a la parole.

Mme Laurence DOUVIN. - Il ne répond pas, il ne me demande pas et ne me donne pas les précisions que je demande.

Mme Anne HIDALGO, première adjointe, présidente. - Pouvez-vous le laisser présenter sa réponse ? D?accord ? Merci.

M. Denis BAUPIN, adjoint, rapporteur. - Je vous renvoie à l?exposé des motifs de ces propositions, qui indique, depuis six ans maintenant, qu?à chaque fois que nous mettons en place des parkings, et c?est à ma demande que cela a été inséré dans les cahiers des charges, nous mettons en place des tarifs préférentiels pour l?auto partage.

Vous qui êtes très favorable à la libre entreprise et au fait ce que ce soit le privé qui organise tout?

M. François LEBEL, maire du 8e arrondissement. - Pas vous ?

M. Denis BAUPIN, adjoint, rapporteur. - Non, moi je pense que les services publics sont utiles M. LEBEL, à la différence de vous, mais parlez-en avec M. LELLOUCHE, si vous voulez.

Sur ce sujet, nous avons mis en place des tarifs préférentiels. Je constate que les opérateurs privés commencent à utiliser ces tarifs préférentiels et j?en suis très content. Pour ce qui est des véhicules peu polluants, les bras m?en tombent que vous posiez encore ces questions, c?est écrit, mot pour mot, dans le projet de délibération. Moins 50 % pour les véhicules électriques, moins 30 % pour les véhicules G.P.L., moins 50 % pour les véhicules petit gabarit.

En ce qui concerne les deux-roues motorisés, là aussi nous mettons en place des tarifications plus attractives parce que nous souhaitons que les deux-roues motorisés stationnent plus volontiers en souterrain qu?en surface parce que nous avons un problème de stationnement des deux-roues motorisés en surface.

Je suis un peu surpris de vos questions, je ne vois pas quel était leur but parce que tout cela est déjà écrit dans le projet de délibération.

En ce qui concerne le site Internet mis en place pour informer les usagers de l?existence de places de stationnement à proximité de leur domicile, vous dites que l?usager qui va cliquer dessus ne trouve aucune place. C?est peut-être dû à la façon dont vous avez utilisé ce site. Nous avons au contraire beaucoup de retours très positifs. Mais il y a une vraie difficulté pour certains arrondissements. Les arrondissements dans lesquels, aujourd?hui, les bailleurs sont prêts à rendre accessibles les parkings, sont d?abord des arrondissements où il y a des logements sociaux. C?est vrai que dans tous les arrondissements où on refuse d?avoir du logement social, c?est plus difficile de bénéficier de ces mesures.

Mais en tout état de cause nous avons aujourd?hui, grâce à ce dispositif, réussi à mettre sur le marché près de 10.000 places de stationnement supplémentaires et je parle de places de stationnement automobile. Nous sommes en train de modifier la réglementation en ce qui concerne l?organisation du stationnement en surface de façon à donner 10.000 places supplémentaires aux tarifs préférentiels.

Nous avons simultanément mis en place des tarifs spécifiques sur les tarifs publics pour faire en sorte que 10.000 places soient accessibles au stationnement résidentiel. Comparer ce que nous avons fait avec ce qui se faisait dans la mandature précédente où les places de stationnement ne cessaient de diminuer?

M. François LEBEL, maire du 8e arrondissement. - C?est nouveau comme argument.

M. Denis BAUPIN, adjoint, rapporteur. - Mais c?est important quand même de comparer, on est sur les bilans aujourd?hui, Monsieur LEGARET, comparons ce que les uns et les autres ont fait, y compris même pour le stationnement automobile, on est prêt à faire la comparaison.

Mme Laurence DOUVIN. - Je regrette de ne pas avoir eu de réponses à toutes mes opérations notamment sur l?adossement et sur le fait qu?il s?agit bien d?une gestion de la pénurie.

Mme Anne HIDALGO, première adjointe, présidente. - Je mets aux voix, à main levée, le projet de délibération DVD 209.

Qui est pour ?

Contre ?

Abstentions ?

Le projet de délibération est adopté. (2007, DVD 209).

Je mets aux voix, à main levée, le projet de délibération DVD 210.

Qui est pour ?

Contre ?

Abstentions ?

Le projet de délibération est adopté. (2007, DVD 210).

Je mets aux voix, à main levée, le projet de délibération DVD 216.

Qui est pour ?

Contre ?

Abstentions ?

Le projet de délibération est adopté. (2007, DVD 216).