Précisez votre recherche (les choix sont cumulatifs) :
> PAR ANNÉE  
Juin 1997
> PAR TYPE DE CONSEIL (MUNICIPAL / GÉNÉRAL)  
> Type de document (Débat / Délibération)  

21- Dépôt de questions d'actualité.

Débat/ Conseil municipal/ Juin 1997



M. Gérard LEBAN, adjoint, président. - Nous aurons cet après-midi à examiner deux questions d'actualité.
La première émane de M. Eric FERRAND et des membres du groupe du Mouvement des citoyens à M. le Maire de Paris. En voici le texte :
" Dans quelles formes et dans quel délai, le Maire de Paris entend-il informer les membres du Conseil des observations définitives de la Chambre régionale des comptes qui viennent de lui être notifiées ? "
La seconde question d'actualité émane de M. Jean-François BLET, élu de " Paris écologie, solidarité et citoyenneté " à M. le Maire de Paris. Je vous en donne lecture :
" Le projet d'aménagement de la Z.A.C. " Didot " (14e) suscite en permanence critiques et contestations de la part des riverains et de leur association. Il a pour particularité de synthétiser toutes les tares des Z.A.C. parisiennes des années 80.
En effet, 230 logements prennent place dans une tour et des barres d'immeubles de 7 étages à l'architecture hideuse, sans aucun équipement scolaire, aucun L.A.S.C.ART (local associatif sportif culturel et artistique), la destruction du Paris village, la négation d'un urbanisme convivial.
Depuis 6 mois les habitants du quartier regroupés autour de l'association " Urbanisme & démocratie " réclament une réorientation de la Z.A.C.
Les travaux de la tour et de deux barres ont démarré au début du mois de mars, entraînant une vague de contestations sans précédent dans le quartier. Des poèmes fleurirent sur les murs, un mystérieux personnage se proclamant ZACMAN accrocha une immense banderole tout en haut de la grue, les riverains occupèrent les entrées du chantier, manifestèrent devant la mairie du 14e.
Leurs voix furent entendues.
Quelques jours avant les élections, lors d'une réunion de concertation qui a eu lieu le 15 mai à l'Hôtel-de-Ville, entre les associations et les services de la Ville et le Maire représentés par une pléiade de directeurs, MM. NICOULAUD et MARVILLET, un représentant de la S.A.G.I., un de la S.E.M.I.R.E.P., vous avez annoncé l'arrêt des destructions et une réorientation du P.A.Z. de la Z.A.C. Prenant en considération la bonne volonté exprimé par la Ville de Paris les habitants décidèrent alors de suspendre leurs actions d'occupations.
Quelques jours après les élections, la S.A.G.I., S.E.M. dont la Ville est actionnaire principal assigne l'association " Urbanisme & démocratie " devant les tribunaux, demandant sa condamnation et un montant élevé de dommages et intérêts.
Nous ne pouvons laisser bâillonner une association de la sorte.
Je vous demande, par conséquence, d'intervenir auprès de la S.A.G.I., afin qu'elle mette un terme à son action judiciaire, et que ce petit quartier villageois de Paris puisse retrouver sa sérénité. Je vous demande aussi de procéder au réexamen des constructions en cours en les dédensifiant et en y incluant notamment des équipements collectifs. "
La séance est suspendue. Elle reprendra à 15 heures en formation de Conseil général.