Précisez votre recherche (les choix sont cumulatifs) :
> PAR ANNÉE  
Juin 1997
> PAR TYPE DE CONSEIL (MUNICIPAL / GÉNÉRAL)  
> Type de document (Débat / Délibération)  

44- 1997, DAUC 116 - Attribution d'une dénomination à une place du 16e arrondissement.

Débat/ Conseil municipal/ Juin 1997



M. Jean-François LEGARET, adjoint, président. - Mes chers collègues, nous passons au projet de délibération DAUC 116 portant attribution d'une dénomination à une place du 16e arrondissement.
Je donne la parole à M. BLET et c'est Anne-Marie COUDERC qui répondra à l'orateur.
M. Jean-François BLET. - Monsieur le Maire, j'en profite pour faire un léger petit rectificatif : tout à l'heure, c'est par erreur que M. BULTÉ m'a répondu sur la rue de La Jonquière sur laquelle je n'intervenais pas.
J'intervenais sur la délibération 141-164, avenue Jean-Jaurès.
Je tiens à le préciser pour la compréhension des débats.
M. Jean-François LEGARET, adjoint, président. - Nous avions tous rectifié.
M. Jean-François BLET. - Venons-en à la place Maria-Callas.
Le terre-plein que l'on nous propose de nommer " Place Maria-Callas " est situé place de l'Alma, au carrefour du Pont de l'Alma, des avenues de New-York, du Président Wilson, Georges V, Montaigne, et du cours Albert 1er.
Selon les plans de comptage de 1991, 218.300 véhicules par jour en moyenne journalière transitent au travers de cette place, soit l'équivalent du trafic cumulé sur les boulevards périphériques intérieurs et extérieurs constaté sur la plupart des tronçons.
A défaut d'avoir la carte du bruit tant attendue sur la Capitale, il nous est difficile de traduire ce niveau de circulation en niveau sonore.
Une chose est certaine : il y a de bien meilleurs endroits pour apprécier la voix soprano des opéras de Maria Anna Cécilia Sofia KALOGEROPOULOS...!
Ce n'est donc qu'un très piètre honneur que vous faites à cette cantatrice en choisissant ce lieu infiniment plus propice aux performances expérimentales urbaines du New-Yorkais John CAGE ou aux révoltes rageuses de " NTM ou de MC Solaar ".
La place Maria-Callas sera, nous le craignons, le haut lieu de la cacophonie parisienne.
M. Jean-François LEGARET, adjoint, président. - Monsieur LEBEL, voulez-vous la parole ?
M. François LEBEL, maire du 8e arrondissement. - Je prends la parole effectivement.
D'après ce que vient de dire notre collègue, il est question, si j'ai bien compris, de rebaptiser la place de l'Alma en place Maria-Callas ? Entre les avenues du Président Wilson, George V et Montaigne, ce n'est pas le 16e arrondissement !
Je vous remercie.
M. Jean-François LEGARET, adjoint, président. - La parole est à Mme Anne-Marie COUDERC.
Mme Anne-Marie COUDERC, adjoint, rapporteur. - Je vous remercie, Monsieur le Maire.
Tout de suite pour répondre à l'interrogation de M. LEBEL, qui n'a peut-être plus en tête l'examen de cette affaire, il s'agit exactement du terre-plein sur lequel est implantée la flamme de la Liberté au-dessus de la voie Georges-Pompidou, au droit du 2, avenue de New-York dans le 16e arrondissement.
Je voudrais, en réponse à ce que vient de dire M. Jean-François BLET - décidément je ne lui répondrai pas en vers comme tout à l'heure, mais je ne lui répondrai pas non plus en chantant - lui dire que nous avons effectivement aujourd'hui une très grande difficulté à trouver des sites prestigieux dans la Capitale, en raison de la rareté de l'offre foncière, de la structure urbaine que nous connaissons bien, et des hommages déjà rendus.
Ce projet est un projet sur lequel nous travaillons depuis déjà un certain nombre de mois, si ce n'est d'années, en relation avec la famille de Maria Callas, et le site qui est aujourd'hui proposé, a été choisi par la famille de la cantatrice.
J'ajoute que ce projet, à la suite de ce choix par la famille de la cantatrice, a reçu à la fois un avis favorable du Maire du 16e arrondissement et, par ailleurs, un avis favorable lors de la séance de la Commission d'examen des projets de dénomination des voies et espaces verts qui s'est tenue le 17 mars dernier.
J'ajouterai enfin que dans l'esprit de la famille de Maria Callas, ce site, situé à proximité de la station de métro Alma-Marceau, pourra être remarqué d'un très large public, ce qui est évidemment important.
Je rappelle enfin qu'au cours des dernières années, 3 sites avaient été précédemment proposés : l'un dans le 13e arrondissement dans " Paris-Rive gauche ", l'autre dans le 19e arrondissement sur l'Esplanade de la Rotonde de la Villette en 1996, le dernier sur un autre site du 16e arrondissement qui se trouvait au carrefour des rues Verdi, Maspéro et Franqueville, à l'initiative de la famille qui était ensuite revenue sur son propre choix.
(M. Gérard LEBAN, adjoint, remplace M. Jean-François LEGARET, adjoint, au fauteuil de la présidence).
Je me permets d'attirer l'attention du Conseil sur cet hommage à rendre à Maria Callas parce que nous nous approchons de la date de la commémoration du 20e anniversaire de sa mort en septembre 1997, et il conviendrait véritablement qu'une décision puisse être prise au cours de cette présente séance du Conseil, en vous rappelant une fois de plus que le site aujourd'hui proposé a été choisi par la famille de la cantatrice.
Je vous remercie.
M. Gérard LEBAN, adjoint, président. - Merci, Madame COUDERC.
Je mets aux voix, à main levée, le projet de délibération DAUC 116.
Qui est pour ?
Contre ?
Abstentions ?
Le projet de délibération est adopté à la majorité, M. REVEAU s'étant abstenu. (1997, DAUC 116).