Précisez votre recherche (les choix sont cumulatifs) :
> PAR ANNÉE  
Fevrier 1999
> PAR TYPE DE CONSEIL (MUNICIPAL / GÉNÉRAL)  
Conseil Général
> Type de document (Débat / Délibération)  

4 - 1999, DPA 46 G - Autorisation à M. le Président du Conseil de Paris, siégeant en formation de Conseil général, de souscrire un avenant au marché de maîtrise d'oeuvre relatif à la construction d'un collège dans la Z.A.C. " Paris-Rive gauche " (13e)

Débat/ Conseil général/ Février 1999


M. CHÉRIOUX, président. - Nous allons maintenant examiner le projet de délibération DPA 46 G, portant autorisation à M. le Président du Conseil de Paris, siégeant en formation de Conseil général, de souscrire un avenant au marché de maîtrise d'oeuvre relatif à la construction d'un collège dans la Z.A.C. " Paris-Rive gauche ".
La parole est à Mme BILLARD.
Mme Martine BILLARD. - Monsieur le Président, le permis de construire pour ce collège a été déposé en juillet 1998, c'est-à-dire il y a sept mois.
Aujourd'hui, vous nous demandez d'entériner une augmentation de plus de 3 millions de francs du montant des travaux, soit près de 5 %.
Cette augmentation serait due à la nécessité de désenfumage de la gare S.N.C.F., à un traitement acoustique du logement du gardien pour respecter les règlements en vigueur et à un certain nombre d'autres aménagements de sécurité.
Tous ces surcoûts ont en commun d'être pratiquement tous obligatoires, ce qui amène à se poser la question suivante : comment est-il possible qu'ils n'aient pas été intégrés dès le début du projet ?
La gare du métro METEOR n'a pas été construite après le collège, les règlements acoustiques n'ont pas été modifiés entre juillet et maintenant. Alors, pourquoi ces oublis qui ne pouvaient qu'entraîner la modification du projet et l'alourdissement des coûts ? Etait-ce pour minorer les coûts au départ ?
Plus grave encore, pour limiter la dérive financière vous nous demandez d'autoriser la réduction de la qualité de construction du collège au niveau interne. Ainsi, les surcoûts liés à une construction sur dalle impliquent des constructions au rabais, puisque vous ne voulez ou ne pouvez en assumer toutes les conséquences financières !
Ce collège, qui était vanté comme devant être une preuve de qualité, sera surtout une preuve des conséquences d'un urbanisme délirant sur les établissements publics. Il est évidemment plus facile de faire des économies sur la qualité de construction d'un collège que sur des appartements à vendre !
Je voterai contre cette délibération.
M. CHÉRIOUX, président. - Pour répondre à Mme BILLARD, la parole est à M. MICHAUX.
M. Jean-Michel MICHAUX, au nom de la 4e Commission. - Merci, Monsieur le Président.
Je voudrais dire d'abord que je n'ai pas exactement compris les dates qu'indiquait Mme BILLARD, puisque le projet n'est pas passé en juillet 1998 mais en septembre 1997, c'est-à-dire il y a un an et demi.
J'aimerais donner quelques renseignements précis. Je vais simplifier les chiffres afin de donner des approximations qui permettent de bien comprendre.
Il y a une augmentation de 3,8 millions de francs. Ces 3,8 millions de francs sont liés, d'une part, à des " plus ", d'autre part, à des " moins ".
Les " moins " sont de 1 million de francs, nous y reviendrons tout à l'heure.
Pour les " plus ", il s'agit :
1°) du câblage pour Internet. Ce sont des projets qui sont nouveaux et devenus obligatoires. Il y a donc 2,4 millions de francs d'augmentation liés à Internet et je pense très franchement que c'est très bien que l'on éduque nos enfants à l'utilisation d'Internet ;
2°) d'augmentations liées à la sécurité. Là aussi, sur un an et demi, on sait qu'il y a un certain nombre de normes qui se sont complexifiées. Il y a 1 million de francs d'augmentation qui est lié à ces mesures de sécurité.
Soit 3,4 millions de francs liés à ces augmentations obligatoires et qui sont normales en un an et demi.
Après cela, il y a d'autres augmentations qui sont des augmentations d'adaptation (1,4 million de francs d'augmentation) et 1 million de francs de diminution, ce qui veut dire 0,4 million de francs (400.000 F) d'augmentation en tout et pour tout, soit 5 pour 1.000 d'augmentation.
Je crois que l'on peut dire que ce projet est particulièrement bien géré et je ne peux qu'en féliciter les services administratifs.
M. CHÉRIOUX, président. - Je vous remercie.
Je mets aux voix, à main levée, le projet de délibération DPA 46 G.
Qui est pour ?
Contre ?
Abstentions ?
Le projet de délibération est adopté. (1999, DPA 46 G).
Je note l'abstention de Mme SCHNEITER.