Précisez votre recherche (les choix sont cumulatifs) :
> PAR ANNÉE  
Juin 1999
> PAR TYPE DE CONSEIL (MUNICIPAL / GÉNÉRAL)  
Conseil Municipal
> Type de document (Débat / Délibération)  

67 - QOC 99-354 Question de MM. Adrien BEDOSSA, Yves OGÉ et des membres du groupe "Union pour la démocratie à Paris" à M. le Maire de Paris à propos de la façade délabrée d'un bâtiment de l'hôpital Cochin, boulevard de Port-Royal (14e)

Débat/ Conseil municipal/ Juin 1999


Libellé de la question :
"MM. Adrien BEDOSSA et Yves OGÉ et les membres du groupe "Union pour la démocratie à Paris" constatent que, depuis toujours, le bâtiment de l'hôpital Cochin, dont la façade donne sur le boulevard de Port-Royal (14e), est dans un état de délabrement avancé et apparemment à l'abandon.
Cet édifice, situé à l'arrière de l'hôpital Cochin, semble être un vague dépôt qui mériterait d'être détruit.
En effet, de l'autre côté du boulevard de Port-Royal, la rénovation du site prestigieux du Val de Grâce mérite que les abords de ce monument historique soient traités et rénovés de la même façon.
MM. Adrien BEDOSSA et Yves OGÉ et les membres du groupe "Union pour la démocratie à Paris" demandent à M. le Maire de Paris pourquoi l'Assistance publique - Hôpitaux de Paris, propriétaire de ces locaux, ne procède pas à la destruction de ces édicules en ruine sur la façade du boulevard de Port-Royal, pour donner à l'environnement du Val de Grâce le soin qu'il mérite ?"
Réponse (Mme Marie-Thérèse HERMANGE, adjoint) :
"La Direction générale de l'Assistance publique - Hôpitaux de Paris a déjà été sollicitée à plusieurs reprises sur la question de l'état de dégradation de la partie de l'hôpital Cochin située à l'angle du boulevard de Port-Royal et de la rue de la Santé.
L'A.P.-H.P. porte un vif intérêt à la qualité de son patrimoine bâti, toutefois elle a rencontré dans ce secteur de l'hôpital Cochin d'importantes difficultés qui ont retardé son réaménagement.
En effet, l'A.P.-H.P. avait élaboré à la fin des années 1980 un projet d'aménagement de ce secteur de l'hôpital Cochin, prévoyant la construction de logements, de bureaux, d'une résidence médicalisée et d'un hôtel de tourisme.
Mais le promoteur-concepteur retenu, la Foncière des Champs-Elysées promotion, n'a pu obtenir le permis de construire qu'il avait déposé en 1991 auprès des services municipaux.
Aucun autre programme n'ayant pu recueillir les autorisations administratives nécessaires, la Foncière des Champs-Elysées promotion a finalement renoncé à la promesse de vente et de bail signée par l'A.P.-H.P. à son profit en 1989.
S'agissant plus particulièrement du bâtiment muré jouxtant l'hôpital Cochin et situé 105-107, boulevard de Port-Royal, il fait partie du domaine privé de l'A.P.-H.P. Ce bâtiment, anciennement à usage d'hôtel meublé et présentant un état très vétuste, a fait l'objet d'une demande de permis de démolir, déposée par l'A.P.-H.P. le 12 septembre 1996. Par arrêté municipal du 24 décembre 1996, cette demande a été refusée, suite aux avis défavorables de l'architecte des Bâtiments de France, du Préfet de la Région d'Ile-de-France et du Département de Paris.
Il convient de préciser que l'A.P.-H.P. poursuit ses efforts pour parvenir à réaménager le secteur de l'hôpital Cochin situé à l'angle du boulevard de Port-Royal et de la rue de la Santé. Elle étudie actuellement un nouveau projet associant la réalisation d'une maison des adolescents, d'une pépinière d'entreprises dédiée aux bio-technologies et de quelques logements. Cette étude est notamment réalisée en concertation avec la Direction du Développement de l'Activité économique et de l'Emploi de la Ville de Paris, qui a initié le projet de pépinières d'entreprises.
C'est à l'occasion de la mise en oeuvre de ces programmes que l'A.P.-H.P. serait à nouveau en mesure de demander un permis de démolir, afin de réhabiliter l'ensemble de la clôture de l'hôpital Cochin sur le boulevard de Port-Royal."