Précisez votre recherche (les choix sont cumulatifs) :
> PAR ANNÉE  
Juin 1999
> PAR TYPE DE CONSEIL (MUNICIPAL / GÉNÉRAL)  
Conseil Municipal
> Type de document (Débat / Délibération)  

37 - 1999, PJEV 40 - Autorisation à M. le Maire de Paris de signer un marché sur appel d'offres pour la remise aux normes de sécurité de logements aux cimetières de Bercy (12e), Pantin et Thiais

Débat/ Conseil municipal/ Juin 1999


M. Jean-François LEGARET, adjoint, président. - Mes chers collègues, nous passons au projet de délibération PJEV 40. Il s'agit de mise aux normes de sécurité de logements situés dans des cimetières.
Je donne la parole à Mme SCHNEITER.
Mme Laure SCHNEITER. - Monsieur le Maire, je suis souvent surprise par le montant élevé des estimations de coût de certaines opérations.
L'appel d'offres que vous présentez ici, concerne la remise en état et aux normes de sécurité de 5 logements au sein des cimetières parisiens, pour un montant total estimé à 980.000 F.
Je suppose que chacun de ces logements n'est pas immense et j'aimerais d'ailleurs connaître leur surface exacte.
Je me suis penchée sur le règlement particulier de consultation et sur le cahier des clauses administratives particulières pour voir le détail de la nature des travaux.
Or, l'article 1 indique seulement comme objet du marché : "remise aux normes de sécurité des logements". On ne peut faire plus flou ! J'aimerais savoir si le détail des travaux est indiqué dans le cahier des clauses techniques particulières, qui n'est pas joint au dossier.
Le projet de délibération précise qu'il s'agit de remettre aux normes des installations électriques et d'effectuer des travaux de chauffage et de plomberie.
Comparativement à un devis moyen, que j'ai demandé pour avoir un ordre de grandeur, la pose d'une baignoire, lavabo et toilettes, plus la main d'oeuvre, devrait à peu près représenter 7.500 F. Multiplié par 5 = 37.500 F.
La pose d'une chaudière de taille moyenne, 12.000 F, travaux inclus. Multiplié par 5 = 60.000 F.
Les travaux de plomberie, tuyauterie et main d'oeuvre, un maximum de 35 à 40.000 F (disons 40.000 F). Multiplié par 5 : 200.000 F.
Quant à un devis pour de nouvelles installations électriques, pour une surface de 100 mètres carrés - je pense que chaque appartement doit faire moins de 100 mètres carrés - les prix tournent autour de 14.000 F. Multiplié par 5 = 70.000 F.
Ce qui me mène...
M. Paul AURELLI, adjoint. - Pour du travail au noir !
Mme Laure SCHNEITER. - Pas du tout ! ... Ce qui me mène à un total de 367.500 F pour 5 appartements. Je vous signale que j'ai nettement gonflé les prix par rapport à ces estimations. Nous sommes loin des 980.000 F prévus, à moins qu'il n'y ait d'importants travaux supplémentaires de remise en état, dont vous ne parlez pas dans le projet.
J'aimerais, par conséquent, avoir le nombre de mètres carrés à rénover pour chacun de ces 5 appartements et un descriptif plus complet, sinon je m'abstiendrai sur ce projet.
M. Jean-François LEGARET, adjoint, président. - Je donne la parole à M. BISE pour répondre à Mme SCHNEITER.
M. Alain BISE, au lieu et place de Mme Françoise de PANAFIEU, adjoint, au nom de la 4e Commission. - Madame SCHNEITER, vous vous êtes livrée à une analyse que vous avez voulue la plus précise possible concernant les estimations que vous avez vous-même examinées.
Je vous dirai que le coût global de l'opération est effectivement estimé à 980.000 F. Il peut vous paraître élevé. Il faut cependant rappeler qu'il s'agit d'une estimation et que les appels d'offres peuvent permettre des économies que nous ne connaissons pas aujourd'hui.
Mais il convient également de préciser que 40 % de ce coût, c'est-à-dire 40 % des 980.000 F, Madame SCHNEITER, concernent le logement de garde-portier du cimetière de Bercy, qui nécessite une remise en état générale. Il s'agit d'un logement d'une superficie entre 70 et 80 mètres carrés. Je ne pourrai pas vous donner aujourd'hui les superficies précises de chaque logement, mais je demanderai à Mme de PANAFIEU de vous faire parvenir les précisions que vous avez demandées aujourd'hui. Sachez que le logement actuel est totalement insalubre, qu'il connaît des problèmes d'humidité chroniques et que l'étanchéité extérieure doit être entièrement refaite. L'électricité et le chauffage doivent également être remis aux normes de sécurité afin que le logement puisse accueillir un garde-portier dont la mission est essentielle au fonctionnement d'un cimetière.
En ce qui concerne les quatre logements des cimetières de Thiais et de Pantin, destinés, eux, à des agents de surveillance spécialisés, ils nécessitent une mise aux normes des installations électriques, indispensable à leur occupation.
Les cimetières disposent d'un patrimoine de logements souvent en mauvais état et il convient de les réhabiliter et de les exploiter. Ces logements sont confiés en priorité aux gardes-portiers, aux conservateurs ou aux régisseurs. Sachez que lorsqu'il existe d'autres logements vacants, ils sont confiés à titre onéreux aux surveillants afin que ceux-ci puissent prendre leur service même en cas de grève des transports.
Voilà, Madame SCHNEITER, les précisions que je voulais vous apporter, mais je demanderai à Mme de PANAFIEU de vous faire tenir les autres précisions que je n'ai pas pu vous apporter aujourd'hui.
M. Jean-François LEGARET, adjoint, président. - Merci, Monsieur BISE.
Je mets aux voix, à main levée, le projet de délibération PJEV 40.
Qui est pour ?
Contre ?
Abstentions ?
Le projet de délibération est adopté. (1999, PJEV 40).