Précisez votre recherche (les choix sont cumulatifs) :
> PAR ANNÉE  
Mai 2009
> PAR TYPE DE CONSEIL (MUNICIPAL / GÉNÉRAL)  
Conseil Général
> Type de document (Débat / Délibération)  

2009, DDEE 37 G - Signature d'un avenant n° 2 à la convention avec l'association "Incubateur au Féminin" pour l'attribution d'une subvention pour l'établissement Paris Pionnières. - Montant : 210.000 euros.

Débat/ Conseil général/ Mai 2009


 

Mme Gisèle STIEVENARD, présidente. - Nous examinons le projet de délibération DDEE 37 G, qui s'écrit justement au féminin, puisqu?il concerne l'"Incubateur au féminin".

Je donne la parole à Mme Léa FILOCHE.

Mme Léa FILOCHE. - Merci, Madame la Présidente.

Mon intervention se plaît très bien, à mon avis, dans la discussion et l'échange que nous venons d'avoir, puisqu?en effet, depuis novembre 2004, une convention de partenariat entre le Département de Paris et l'association "Incubateur au féminin" est signée.

Cette association a créé le premier incubateur parisien entièrement consacré au soutien des femmes créatrices d?entreprise dans le secteur des services innovants. Cet incubateur contribue à valoriser un secteur économique à Paris représentant un fort potentiel d?emplois tant dans le domaine des services à la personne que celui des services aux entreprises.

L'association prend concrètement en considération les problématiques particulières des femmes candidates à la création d'entreprise : besoin de soutien pratique permettant de concilier l?investissement que requièrent la création et la responsabilité d?une entreprise, d?une part, et les responsabilités familiales qui continuent à leur incomber largement d'autre part.

Cet incubateur répond aussi au besoin de stimulation pour oser entreprendre et innover dans un contexte culturel, social et économique le plus souvent dissuasif pour les femmes.

En effet, même si les femmes ont massivement investi le salariat depuis les années cinquante et qu?ainsi, leur part dans la population active atteint désormais 45 %, leur place dans la hiérarchie des emplois n?a pas été à la hauteur de cet investissement.

En observant de plus près les chiffres, elles sont en effet peu nombreuses dans les catégories supérieures des professions. Dans le secteur privé, elles ne sont, par exemple, que 27,5 % des cadres et ingénieurs et à peine 7 % dans l?état major des grandes entreprises. Et lorsqu?on observe les chiffres des dirigeants d?entreprise, on peut constater que depuis plusieurs décennies, le seuil des 15 % des femmes qui dirigent les entreprises en France n?augmentent plus.

Ces données nous ont amenés à penser qu?il fallait des mesures diverses et conjointes pour améliorer les conditions de travail des femmes en France, pour augmenter réellement leur place dans le monde des dirigeants d?entreprise, notamment à Paris. Et nous retrouvons depuis le début de l?activité de l?"Incubateur au féminin", en mars 2005, les résultats à ces objectifs. L?incubateur a accompagné 125 créatrices en prix incubation et 36 sociétés en incubation proprement dite. Ces sociétés ont généré une centaine d?emplois nouveaux sur la même période.

Des opérations de communication ont permis à l?association de se faire connaître. Cela a mené l'association à être le premier incubateur certifié ISO, norme de qualité reconnaissant la structuration de l'équipe, la rédaction d?une charte, l'élaboration d'une méthodologie spécifique. Des audits annuels confirment d?ailleurs cette certification.

Enfin, dans la continuité des évolutions importantes qu'a connues l'association, fin mars 2008, l'incubateur a déménagé dans de nouveaux locaux, lui permettant une vraie croissance. Cette nouvelle surface a permis à l?incubateur de doubler le nombre de projets hébergés, pour arriver en décembre 2008 à 12 sociétés incubées dans les secteurs innovants à la personne et aux entreprises.

Je vais conclure, en disant que, dans ce contexte, et compte tenu de la qualité du travail effectué par l?incubateur, je vous invite aussi à voter cette délibération pour que l'égalité au travail entre les femmes et les hommes ne soit pas seulement des arguments de posture et, enfin, pour que la Ville de Paris soit à la pointe du combat en faveur de l'égalité salariale entre les femmes et les hommes à tous les niveaux.

Je vous remercie.

Mme Gisèle STIEVENARD, présidente. - Merci.

Je donne la parole à Mme Valérie SACHS.

Mme Valérie SACHS. - Merci, Madame le Président.

Madame le Président, mes chers collègues, nous allons attribuer une subvention de 210.000 euros à l'"Incubateur au féminin" dans un élan de soutien aux femmes créatrices d'entreprise dans les secteurs innovants. Depuis 2005, l'établissement secondaire "Paris pionnière", géré par l?association "Incubateur au féminin" prend en considération les problématiques spécifiques des femmes candidates à la création d'entreprise, qui doivent assumer à la fois leurs responsabilités familiales et s'imposer dans un environnement économique parfois hostile.

Il y a quatre ans, "Paris pionnière", premier "Incubateur au Féminin" ouvrait ses portes. Depuis, à Paris, 160 créatrices d'entreprise ont été accompagnées, dont 35 incubées, créant plus de 200 emplois nouveaux. A Sophia, Antipolis, Caen, Casablanca ou Belgrade, le concept a été cloné et les incubateurs pionnières se multiplient.

Le groupe Centre et Indépendants votera avec entrain cette subvention qui valorise le rapport très spécifique qu'ont les femmes au monde du travail et à l'entreprenariat.

Dans le parcours professionnel d?une femme, il y a beaucoup plus d?accidents de parcours que dans celui des hommes. Il y a les arrêts liés à la grossesse, aux mutations des maris, aux enfants malades. Et ce sera ma minute féministe ! "Paris pionnière" se fait aussi un devoir de faciliter la vie des créatrices d'entreprise de façon très pratique, en proposant, par exemple, des solutions de garde d'enfant ou encore en s'associant avec des services de livraison à domicile, pour relever autant que faire se peut leurs incubatrices de leurs corvées d?intendance domestique.

Néanmoins, d'autres femmes de talent, créatrices d'entreprise et d'emplois, attendent aussi le soutien de Paris, à commencer par l'association "Femmes Business Angels". Selon une récente étude, les sociétés créées par des femmes ont reçu à peine 2 % des 3,5 milliards d'euros de capital-risque investis l'an dernier en Europe. La proportion de femmes parmi les entrepreneurs européens tourne seulement autour de 3 %. En France, seulement 28 % des porteurs de projet sont des femmes.

A méditer !

Je vous remercie.

Mme Gisèle STIEVENARD, présidente. - Merci aux deux oratrices pour leur enthousiasme. Je dirais à Mme SACHS qu?on peut être féministe toute l'année, d?ailleurs, au vu des chiffres qu'elle a cités. Elle nous y incite.

M. SAUTTER a la parole pour vous répondre.

M. Christian SAUTTER, vice-président, au nom de la 2e Commission. - Merci, Madame la Présidente.

Je remercie Mme SACHS d'avoir trouvé une minute pour rendre hommage à l'action de la Ville pendant cinq ans en faveur de la création d'entreprise par les femmes car, cela a été très bien dit par Mme FILOCHE, cela fait cinq ans que nous avons aidé, avec les mêmes partenaires que pour "Paris Entreprendre", cet incubateur à démarrer. Cet incubateur a si vite grandi que nous lui avons trouvé de nouveaux locaux.

Ce que je veux simplement dire, c?est que la confiance qui a été mise par le Conseil de Paris dans ce projet a été pleinement justifiée. Les chiffres ont été rappelés : 125 créatrices accompagnées et 36 en incubation. La contribution à l'emploi et à l'égalité des chances est tout à fait significative. Je crois que c'est un beau projet de délibération.

Mme SACHS a parlé de "Femmes Business Angels". Je connais cette association, mais elle n'a rien demandé jusqu'à présent. Si elle veut demander quelque chose, ma porte lui est ouverte.

Je voudrais dire en conclusion qu?il existe un autre dispositif, moins connu pour aider la création d'entreprise par les femmes : c'est le Fonds de garantie d'initiative des femmes, principalement pour des femmes davantage en difficulté, qui est géré par "Paris Initiative Entreprise".

Grâce notamment à ce fonds, qui est un fonds d'Etat, de garantie d'initiative des femmes, il y a eu en 2007 davantage de créatrices que de créateurs. Vous voyez qu?il n'y a rien d'irréversible dans le fait que les créateurs d'entreprise soient plutôt des hommes que des femmes.

Mme Gisèle STIEVENARD, présidente. - Merci.

Je mets aux voix, à main levée, le projet de délibération DDEE 37 G.

Qui est favorable ?

Qui est contre ?

Qui s'abstient ?

Le projet de délibération est adopté. (2009, DDEE 37 G).

Mme Gisèle STIEVENARD, présidente. - Ce projet de délibération a été adopté à l'unanimité.