Précisez votre recherche (les choix sont cumulatifs) :
> PAR ANNÉE  
Avril 2004
> PAR TYPE DE CONSEIL (MUNICIPAL / GÉNÉRAL)  
Conseil Général
> Type de document (Débat / Délibération)  

7 - 2004, DDEE 9 G - Autorisation à M. le Président du Conseil de Paris, siégeant en formation de Conseil général, de signer le renouvellement d'une convention avec l'Association pour le droit à l'initiative économique (A.D.I.E.) pour l'aide à la création d'entreprise en faveur des bénéficiaires parisiens du R.M.I

Débat/ Conseil général/ Avril 2004


Mme Gisèle STIEVENARD, présidente. - Nous examinons le projet de délibération DDEE 9 G qui concerne un renouvellement de convention avec l'A.D.I.E., en faveur des bénéficiaires parisiens du R.M.I.
Vous avez la parole, Monsieur LE GOFF.
M. René LE GOFF. - Madame la Présidente, aider les créations de micro entreprises, surtout lorsqu'elles sont destinées à des personnes démunies de ressources, créatrices de leur propre emploi est une noble cause.
A ce titre, l'action de l'Association pour le droit à l'initiative économique semble exemplaire à la lecture du court bilan portant sur 2001, 2002 et 2003.
Pourtant, le texte de ce projet de délibération nous laisse sur notre faim car la présentation de l'association est réduite à une portion congrue. Accorder 600.000 euros à une association sans connaître le nom du président signataire et sans disposer d'éléments comptables nous laisse perplexe.
Y a-t-il un changement de direction de l'A.D.I.E. justifiant l'absence du nom du président ?
Y a-t-il une trésorerie abondante qui ne justifierait pas le montant des 600.000 euros demandés et qui expliquerait, alors, l'absence du bilan et des comptes d'exploitation au niveau de la délibération ?
Ces réponses à ces questions sont importantes pour nous permettre de voter ce projet de délibération, car nous avons besoin d'être rassurés sur la réalité de la gestion de cette association.
Mme Gisèle STIEVENARD, présidente. - Je pense que si ces questions avaient été posées en Commission elles auraient déjà reçu réponse, mais je donne la parole à M. Christian SAUTTER.
M. Christian SAUTTER, vice-président, au nom de la 2e Commission. - Madame la Présidente, dans l'intervention de M. LE GOFF il y a deux éléments très distincts.
Le premier est un hommage à l'action d'un réseau associatif, l'A.D.I.E., l'Association pour le droit à l'initiative économique qui est présidée, M. LE GOFF le sait bien, par Mme Maria NOVAK. C'est un réseau qui, a l'échelle de la France entière, fait un travail formidable pour accorder des micros crédits à des personnes en très grande difficulté. Par parenthèse, ces personnes en très grande difficulté qui bénéficient de micros crédits pour démarrer des activités qui permettent leur propre emploi, remboursent le plus souvent. Comme le dit souvent Mme NOVAK, les pauvres remboursent plus facilement leur crédit que les riches.
L'A.D.I.E. fait du très bon travail sur Paris et il est proposé de continuer. Ça, c'était le premier point. Je suis évidemment d'accord avec M. LE GOFF.
Sur le deuxième point, je suis aussi d'accord avec lui. Normalement, les documents nécessaires sur les comptes de l'association devraient être joints à la délibération. Sous l'impulsion de Marie-Pierre de LA GONTRIE, le bureau d'examen des subventions fait tout ce travail juridique. Cette documentation existe. Il n'y aurait donc pas de difficultés à ce qu'elle soit consultable. Comme vous le disiez très bien, Madame la Présidente, si M. LE GOFF avait posé cette question en 2e Commission, je lui aurais apporté tous ces documents aujourd'hui.
Evidemment, je tiens à disposition de tous les membres du Conseil de Paris l'information nécessaire sur les comptes et la composition du Conseil d'administration de cette association.
L'essentiel, me semble-t-il, est ce qu'a dit M. LE GOFF : l'A.D.I.E. travaille bien et je vous propose de la soutenir dans l'unanimité.
Mme Gisèle STIEVENARD, présidente. - Merci.
Je mets à présent aux voix, à main levée, le projet de délibération DDEE 9 G.
Qui est favorable ?
Contre ?
Abstentions ?
Le projet de délibération est adopté. (2004, DDEE 9 G).