Précisez votre recherche (les choix sont cumulatifs) :
> PAR ANNÉE  
Mai 2010
> PAR TYPE DE CONSEIL (MUNICIPAL / GÉNÉRAL)  
> Type de document (Débat / Délibération)  

2010, Vœu déposé par le groupe U.M.P. relatif à l'interdiction des jeux de ballon aux abords du jardin Nicole de Hauteclocque.

Débat/ Conseil municipal/ Mai 2010


 

M. François DAGNAUD, adjoint, président. - Nous examinons enfin le v?u n° 73 relatif à l'interdiction des jeux de ballon aux abords du jardin Nicole de Hauteclocque dans le 15e arrondissement.

Mme Géraldine POIRAULT-GAUVIN nous propose cette mesure d'interdiction.

Chère collègue, allez-y.

Mme Géraldine POIRAULT-GAUVIN . - Merci, Monsieur le Maire.

Je le regrette, ce v?u n'a pas été présenté dans la bonne Commission. En effet, je ne vais pas vous parler de sport mais bien de petite délinquance, d'infractions à la réglementation, car ce qui se passe aux abords du jardin Nicole de Hauteclocque n'est pas un simple problème de jeux de ballon ou d'enfants indisciplinés.

Il s?agit de jeux violents, qui ont pour objectif d'atteindre les balcons des immeubles et de briser les vitrines des commerçants. Les habitants de ce quartier sont excédés. Les commerçants ont mis la clef sous la porte.

Les façades des immeubles sont dégradées. Vous plaisantez? mais ce n'est pas drôle du tout ! Les habitants sont excédés et le commissariat du 15e, comme les correspondants de nuit qui ont récemment été affectés à ce quartier, conjuguent leurs efforts pour prévenir, pour ce qui concerne les correspondants de nuit, et réprimer, pour le commissariat.

L'apposition de plaques rappelant l'interdiction des jeux de ballon serait une aide inestimable pour les riverains mais aussi pour les correspondants de nuit, dans leur dialogue avec ces jeunes.

Le conseil de quartier Dupleix a adopté un v?u en ce sens lors de sa dernière séance. Le Conseil d?arrondissement du 15e l?a également approuvé lors de sa dernière séance.

Je vous demande donc, Monsieur le Maire, de faire preuve de pragmatisme, d'être raisonnable pour que cette mesure simple, peu coûteuse et pédagogique puisse voir le jour.

Je vous remercie.

M. François DAGNAUD, adjoint, président. - Merci.

M. Jean VUILLERMOZ a la parole.

M. Jean VUILLERMOZ, adjoint. - Concernant l?apposition de plaques d?interdiction dans la rue Leroi-Gourhan, j'avoue franchement, pour ma part, avoir un certain nombre de réserves sur l'opportunité et l'efficacité d'une telle action.

Les jeux de ballon, au même titre que toute activité gênante pour la circulation ou créant des nuisances pour les riverains, sont prohibées sur la voie publique.

Si un rappel à la loi est nécessaire, plutôt que d'apposer des plaques, je pense qu?il serait beaucoup plus avantageux qu'un travail de médiation avec les acteurs locaux municipaux et associatifs soient engagés.

Je ne pense pas que l?existence de jeux de ballon dans la rue Leroi-Gourhan soit liée à une méconnaissance des textes de loi par les personnes qui jouent.

Le problème est qu'il y a aujourd'hui des besoins non satisfaits dans le quartier Dupleix en matière de pratique sportive, notamment de pratique libre du football et du basket.

D?ailleurs, le comité de veille et d?action du 15e arrondissement mis en place par le Maire de Paris et sa première adjointe Anne HIDALGO, a signalé l'intérêt d'implanter un équipement sportif en libre accès destiné aux jeunes de Dupleix.

Comme vous le savez certainement, la Ville va répondre à ce besoin en créant un terrain multisports sous le métro aérien boulevard de Grenelle. Je me permets d'ailleurs de m'étonner de cette seconde partie du v?u car l'opération est actée depuis bien longtemps ; les crédits sont inscrits au B.P. 2010 et les travaux démarrent ce mois-ci pour une livraison de l'équipement au début du mois de juillet. J'ai donc en ce sens envoyé un courrier au maire du 15e arrondissement.

J'espère que cette séance du Conseil permettra à chacun de se remettre à niveau sur ce dossier. En tout état de cause, l?ouverture en juillet d'un terrain libre accès a vocation à aspirer la pratique actuelle dans la rue et devrait conduire à l'inutilité d'apposer des panneaux d'interdiction.

C'est pourquoi je vous propose de retirer votre v?u. Sinon, je serai amené à y donner un avis défavorable.

M. François DAGNAUD, adjoint, président. - Bien.

Connaissant l'opiniâtreté de Mme POIRAULT-GAUVIN, elle ne le retirera pas. On va peut-être soumettre tout de suite au vote. Il y a peu de surprises mais ne nous privez pas de ce plaisir, allez-y.

Mme Géraldine POIRAULT-GAUVIN . - Je vous remercie, Monsieur le Maire.

Nous ne contestons pas la nécessité de ce terrain multisports, Monsieur VUILLERMOZ, car nous avons été les premiers, en 2003, à demander ce complexe. Nous nous réjouissons donc d'avoir été enfin entendus.

Pour ce qui concerne les vertus pédagogiques des plaques interdisant les jeux de ballon, Monsieur DAGNAUD, quand vous faites apposer des plaques rappelant l'interdiction des dépôts sauvages, vous estimez qu'il y a une vertu et une efficacité de ces plaques, sinon vous n'organiseriez pas cela sur tout Paris.

Quand la voirie appose ces plaques sur le Champ de Mars, par exemple, ou place Alfred-Sauvy, dans le 15e arrondissement, on estime que c'est utile.

Pourquoi donc refuser de manière récurrente cette simple mesure depuis des années ?

M. François DAGNAUD, adjoint, président. - On n?est plus du tout dans le registre de l?explication de vote, pardonnez-moi.

Mme Géraldine POIRAULT-GAUVIN . - J'ai encore quelques secondes, vraiment, je trouve que c'est manquer de responsabilité puisque c'est une mesure peu coûteuse et qui, j?en suis sûre, a des vertus pédagogiques.

Les correspondants de nuit qui ont été affectés dans ce secteur le réclament également.

Réfléchissez-y ; vous y viendrez.

En 2003, nous voulions un terrain multisports, vous le donnez en 2010 : peut-être que nous aurons ces plaques en 2014 !

M. François DAGNAUD, adjoint, président. - Chère collègue, n'abusez pas de ma patience et de ma générosité.

C?est noté ! Vous avez ouvert le débat, il est posé publiquement et chacun pourra s?en saisir.

Je mets aux voix, à main levée, le v?u n° 73 assorti d'un avis défavorable de l'Exécutif.

Qui est pour ?

Contre ?

Abstentions ?

Le v?u est rejeté.