Précisez votre recherche (les choix sont cumulatifs) :
> PAR ANNÉE  
Mai 2010
> PAR TYPE DE CONSEIL (MUNICIPAL / GÉNÉRAL)  
> Type de document (Débat / Délibération)  

2010, Vœu déposé par le groupe Communiste et élus du Parti de Gauche relatif à la régulation du trafic lors de chantiers d'envergure.

Débat/ Conseil municipal/ Mai 2010


 

M. Jean VUILLERMOZ, adjoint, président. - Le v?u n° 47, relatif à la régulation du trafic lors de chantiers d?envergure, a été déposé par le groupe Communiste et élus du Parti de Gauche.

La parole est à M. Ian BROSSAT.

M. Ian BROSSAT. - Merci, Monsieur le Maire.

Vous le savez, notre Municipalité engage toute une série de grands chantiers ; il y a évidemment la rénovation de la place de Clichy ; il y aura la rénovation de la place de la République.

Tout cela montre évidemment la vitalité de notre Municipalité. Il n'en reste pas moins que ces travaux engendrent, et c?est bien normal, des embouteillages qui posent des problèmes aux riverains, en particulier parce qu'ils engendrent des pollutions sonores, et ce sont des embouteillages, donc cela nuit au trafic.

L'objectif de ce v?u est tout simple : il s'agit de faire en sorte que lorsqu'on a des chantiers importants, on ait une présence policière permanente pour veiller à avoir une meilleure fluidité du trafic. L?expérience montre, d?ailleurs, par exemple place de Clichy, que lorsque la police est là, cela va mieux, et on a un trafic qui fonctionne mieux que lorsqu'elle est absente.

C'est l'objectif de ce v?u, je vous remercie.

M. Jean VUILLERMOZ, adjoint, président. - Merci.

Mme Annick LEPETIT, vous avez la parole.

Mme Annick LEPETIT, adjointe. - Je suis tout à fait favorable à ce v?u, qui pose bien la problématique. J'ai moi-même observé, comme M. Ian BROSSAT, et c?est normal car nous sommes dans le même arrondissement - on passe par les mêmes endroits - que lorsqu'il y a eu la présence policière place de Clichy, cela s'est bien amélioré.

Nous avons remarqué que lorsqu'il y a des travaux, l'incivisme, on va dire cela comme cela, d'un certain nombre de nos concitoyens, et particulièrement, il faut bien l'avouer, de ceux qui conduisent des voitures, est assez important. Ils n'hésitent pas à prendre les couloirs de bus, etc., et au bout du compte, à tout bloquer alors qu'a priori, si chacun observait un peu de discipline et de patience, on pourrait quand même franchir les travaux.

La présence de la police est donc indispensable pour mieux réguler le trafic.

Je sais, pour l'avoir demandé au Préfet, que ce n'est pas toujours simple de pouvoir dégager des personnes supplémentaires, mais en tout état de cause, quelquefois, il n'en faut pas forcément beaucoup mais de façon régulière. C'est en tout cas une amélioration que l'on a pu constater - je le dis au directeur de cabinet du Préfet -, c'est une réalité, donc nous attendons beaucoup de vous, Monsieur le Préfet.

M. Jean VUILLERMOZ, adjoint, président. - Merci.

Je donne la parole au Représentant du Préfet de police.

M. LE REPRÉSENTANT DU PRÉFET DE POLICE. - C?est la première fois en trois ans que nous entendons une critique qui ne soit pas systématique de la part de M. BROSSAT ; je l?en remercie donc bien chaleureusement.

La D.O.P.C. a consacré l?an dernier 135.000 heures-fonctionnaires à la circulation. Sur ce total 43 % sont des missions de régulation du trafic. Bien évidemment, nous tiendrons particulièrement compte de la difficulté de ce chantier particulier,  mais il faut être clair que les demandes s'empilent, auxquelles on ne peut pas toujours répondre.

M. BROSSAT et d'autres membres de cette assemblée on voté pour un v?u pour renforcer de manière permanente la présence sur deux marchés du 18e arrondissement, nous avons la lutte contre le trafic de stupéfiants à la Goutte d'Or et nous avons également la police de quartier.

Il est donc bien clair que faute d'étude d'impact, on ne peut pas multiplier les demandes et que des demandes parfois contradictoires peuvent entraîner des difficultés, mais nous ferons un effort supplémentaire sur ce quartier.

M. Jean VUILLERMOZ, adjoint, président. - Monsieur BROSSAT, une explication de vote ?

M. Ian BROSSAT. - Comme je ne voudrais pas vous décevoir, j?interviens. Je suis tout à fait d'accord avec vous : on manque de policiers dans le 18e arrondissement.

M. Jean VUILLERMOZ, adjoint, président. - Je mets aux voix, à main levée, le v?u déposé par le groupe Communiste et élus du Parti de Gauche assorti d'un avis favorable de l?Exécutif.

Qui est pour ?

Qui est contre ?

Abstentions ?

Le v?u est adopté. (2010, V. 100).