Précisez votre recherche (les choix sont cumulatifs) :
> PAR ANNÉE  
Mai 2010
> PAR TYPE DE CONSEIL (MUNICIPAL / GÉNÉRAL)  
Conseil Municipal
> Type de document (Débat / Délibération)  

2010, IV - Question d'actualité déposée par le groupe "Les Verts" relative au projet de réaménagement des voies sur berges de la Seine.

Débat/ Conseil municipal/ Mai 2010


 

M. LE MAIRE DE PARIS. - La parole est à Jacques BOUTAULT pour le groupe "Les Verts".

M. Jacques BOUTAULT, maire du 2e arrondissement. Monsieur le Maire, vous avez récemment présenté à la presse les premières esquisses d'un projet de réaménagement des voies sur berges de la Seine.

Comme nous l'avons déjà déclaré, nous nous félicitons de vous voir vous emparer de cette question. Bien sûr, nous regrettons que le projet ait été élaboré dans un certain secret.

Nous défendons depuis toujours l'idée qu'un urbanisme innovant doit être co-élaboré démocratiquement. Il nous semble en effet que le projet pourrait être consolidé et mieux soutenu, si vous y aviez associé dès la phase de diagnostic et de conception non seulement vos partenaires de la majorité municipale mais également les citoyens.

Nous vous avions par ailleurs proposé au mois de février dernier le lancement d'un concours d'architectes et de paysagistes, susceptible de faire émerger des propositions audacieuses et innovantes. Vous l'avez refusé et nous le regrettons.

Pour "Les Verts" qui défendent depuis maintenant dix ans l'idée d'une piétonisation progressive des voies sur berges, le projet constitue une première avancée qui doit être saluée, avancée qui mettra un terme, nous l'espérons, à une situation insoutenable constituée par l'existence d'une véritable autoroute urbaine au c?ur de Paris sur un site classé par l'Unesco au patrimoine de l'humanité.

Cette avancée doit participer à l?adaptation du territoire parisien au dérèglement climatique, en restaurant le lien entre la cité et son fleuve, en renforçant le véritable couloir écologique que doit devenir la Seine et en contribuant à diminuer la pollution atmosphérique au c?ur de la cité.

Enfin, cette avancée doit s'inscrire en cohérence avec une politique tournée vers un partage harmonieux de l'espace public, au profit des transports en commun et des circulations douces.

Ces orientations, nous les avons inscrites dans le Plan de déplacement de Paris que notre Assemblée a adopté en 2006.

Le P.D.P. prévoit notamment que la reconquête des voies sur berges de la Seine s?accompagne d?une réduction du volume du trafic routier et d'une augmentation de l'offre de transports en commun.

En conséquence, le réaménagement des voies sur berges ne peut se concevoir comme un projet isolé mais doit s'intégrer dans un programme de requalification des quais hauts et de réaménagement des quartiers environnants.

Aussi souhaiterions-nous que vous nous apportiez des précisions sur les points suivants : cet aménagement majeur du Centre de Paris s?inscrit-il dans le cadre de la mise en ?uvre du plan concernant les quartiers centraux, qui prévoit la fermeture des guichets du Louvre, le renforcement des navettes fluviales, l'augmentation du nombre de bus circulant sur les quais hauts et la création d?une vaste zone 30 sur le Centre de Paris ?

Prévoyez-vous un réaménagement des quais hauts qui permettrait tout à la fois de minimiser les risques de report de trafic, de mettre en site propre sur toute la longueur des quais les lignes de bus qui y circulent et de faciliter les traversées piétonnes, en élargissant les trottoirs, et d'achever les itinéraires cyclables ?

Quelles sont les mesures préconisées pour permettre une augmentation de la fréquence de la ligne 1 du métro qui doit être prochainement automatisée ainsi qu'une amélioration du fonctionnement de la ligne C du R.E.R. ?

Les opérations "Paris respire" et "Paris Plage" seront-elles maintenues rive droite et étendues dans le temps et dans l'espace en bord de Seine afin de permettre la réappropriation anticipée de l'espace public par les piétons et les cyclistes ?

Enfin, il serait bien de savoir quelles sont les modalités précises de la concertation des Parisiens sur ces aménagements ?

Je vous remercie.

M. LE MAIRE DE PARIS. - Merci beaucoup.

Anne HIDALGO ?

Mme Anne HIDALGO, première adjointe. - Merci, Monsieur le Maire.

Tout d'abord, je voudrais remercier Jacques BOUTAULT pour le soutien qu'il apporte à ce projet, bien qu?il émette des réserves.

S?agissant de ce qui a été présenté par le Maire de Paris le mois dernier, qui d'ailleurs a été contenu dans beaucoup de propositions bien antérieures et notamment dans un livre s'appelant "Pour l'honneur de Paris", édité et diffusé en 1999 par Bertrand DELANOË, il s'agit pour nous d'un projet très ambitieux que nous voulons porter d'ici l'été 2012 et qui, bien sûr, va modifier durablement le visage du Centre de la Capitale, c?est un projet métropolitain.

Il va bien au-delà, et je crois que nous l'entendons tous comme cela, des évolutions qui vont avoir lieu dans le Centre de notre Ville. C'est un projet considérable qui ouvre de nouvelles perspectives.

Bien sûr, la question des déplacements, j'y reviendrai, est une question essentielle, mais il ne s'agit pas seulement d'offrir des espaces piétons. Il s'agit vraiment d'offrir de nouveaux espaces, de nouvelles pratiques ouvertes à tous, à la détente, à la culture, au sport et qui sont vraiment en résonance avec la ville du XXIe siècle que nous voulons bâtir.

Concrètement, le Maire l?a dit, sur les quais bas rive gauche, la fermeture à la circulation se fera de Solférino à l'Alma, sur 4,5 hectares de nouveaux espaces rendus à de nouveaux usages.

Sur la rive droite, l'option qui est prise, parce que la fermeture des quais n'est pas envisageable à court terme, sauf à paralyser totalement la circulation à l'Est de notre ville, est de transformer cette autoroute urbaine en beau boulevard parisien, avec une réduction de vitesse de circulation, l'installation des feux et surtout une possibilité de s?y rendre, de s'y déplacer et de profiter des terrasses et autres qui seront offertes.

Vous avez parlé du partenariat. Celui-ci est engagé, il doit être efficace avec l'État, avec le Port autonome, avec le S.T.I.F., la R.A.T.P., la Préfecture de police, bien sûr avec les élus des collectivités limitrophes qui seront forcément impactées par ce projet, et avec les Maires d'arrondissement.

Comme nous l'avons dit le mois dernier, un projet de délibération sera présenté au Conseil de Paris d'ici le mois de juillet. Les Conseils d'arrondissement seront saisis.

Un forum a été ouvert, il est dédié à toutes celles et ceux qui veulent faire entendre leur voix et apporter des propositions. La concertation va être, je l'espère, innovante.

Je pense, sur ce projet comme sur d'autres, qu'il faut associer les jeunes publics, les scolaires et ouvrir le débat. Il y a des occasions intéressantes d'ouvrir le débat, notamment lors de la prochaine édition de "Paris Plage".

Rapidement, sur les questions précises que vous posez, est-ce que cela s'inscrit dans le plan des quartiers centraux ? Cela s'inscrit dans l'ensemble de la reconquête des espaces publics de la Capitale, quartiers centraux en particulier mais aussi au-delà.

Sur le réaménagement des quais hauts, notre objectif est d'abord d'achever les itinéraires cyclables, Annick LEPETIT y reviendra prochainement, et de faciliter les traversées piétonnes, notamment au Palais de Tokyo et aux Tuileries.

Quant aux déplacements, notamment sur la ligne 1 et le R.E.R. C, l'automatisation complète de la ligne 1 à horizon 2012 va permettre une augmentation de la fréquence et de la capacité aux heures de pointe.

Le schéma directeur du R.E.R. C prévoit à court terme un doublement de sa fréquence, ce qui permettra d'accroître la capacité d'accueil des voyageurs.

Enfin, concernant "Paris Plage" et "Paris respire", bien sûr qu'il faudra réarticuler ces opérations avec les nouveaux aménagements prévus.

Je vous remercie.

M. LE MAIRE DE PARIS. - Merci.

Nous allons reparler de ce dossier, puisque nous parlions d'ordre du jour, avant l'été je l'espère, en juillet.

M. Jacques BOUTAULT, maire du 2e arrondissement. J'ai bien entendu la réponse qui m?a été formulée, je regrette simplement que le mot concertation n?ait pas été prononcé. J?ai entendu parler de partenariat, d?ouvrir le débat. Je souhaitais qu'une vraie concertation soit mise en place avec les riverains et les associations. J'aurais aimé entendre cette réponse.

Mais le reste me convient : si le débat est lancé.

M. LE MAIRE DE PARIS. - D'abord, je me réjouis que le reste vous convienne, d'autant que le mot "concertation" ayant été prononcé plusieurs fois, je l'ai entendu et que, de toute façon, au-delà du mot, il y aura les actes. Voilà? Je sens que tout va bien et je m'en réjouis.