Précisez votre recherche (les choix sont cumulatifs) :
> PAR ANNÉE  
Mai 2010
> PAR TYPE DE CONSEIL (MUNICIPAL / GÉNÉRAL)  
Conseil Municipal
> Type de document (Débat / Délibération)  

2010, Vœu déposé par le groupe Centre et Indépendants relatif au plan de prévention de la crue centennale à Paris.

Débat/ Conseil municipal/ Mai 2010


 

M. Jean VUILLERMOZ, adjoint, président. - Nous passons à l'examen de v?ux qui ne se rattachent à aucun projet de délibération. Il s'agit du v?u n° 53 du groupe Centre et Indépendants qui est relatif au plan de prévention de la crue centennale à Paris.

La parole est à Mme Fabienne GASNIER, pour une minute.

Mme Fabienne GASNIER. - Je vous remercie.

Nous avons pu observer, à travers le succès des expositions sur la crue centennale de 1910 et les réactions des Parisiens, que les risques qu'une inondation se produise à nouveau préoccupent nos concitoyens. Je vous rappelle que, dans un tel cas de figure, les dégâts seraient évalué à 12 milliards d'euros et 500.000 Parisiens seraient touchés.

L'Etat semble avoir pris la mesure des enjeux d'une catastrophe de ce type en nommant Martine MONTEIL, Préfet de la zone de défense de Paris, qui a la charge de coordonner la prévention et les secours.

Suite aux simulations grandeur nature qui se sont déroulées récemment, les 22 et 23 mars, il paraît important que notre Conseil sont officiellement informé des éventuels points de fragilité du dispositif.

En tant qu'élus, nous devons pouvoir répondre aux interrogations et aux inquiétudes des Parisiens. Un bilan de l?efficacité du dispositif doit aussi permettre de nous éclairer et d'orienter nos priorités d'action. Car c'est bien la question qui se pose et que nous devons nous poser : sommes-nous suffisamment prêts à affronter une catastrophe naturelle prévisible ? C?est une question de responsabilité, en tant qu'élus de la Capitale.

Mon v?u...

M. Jean VUILLERMOZ, adjoint, président. - Madame, vous êtes arrivée au bout de votre temps.

Mme Fabienne GASNIER. - Oui, j?arrive au bout.

Mon v?u, qui s?adresse plus directement au Préfet, demande que soit officiellement communiqué au Conseil de Paris le bilan des opérations qui ont été menées les 22 et 23 mars.

Je vous remercie.

M. Jean VUILLERMOZ, adjoint, président. - Merci.

Madame LE STRAT, pour une réponse.

Après, nous donnerons la parole à M. le Représentant du Préfet.

Mme Anne LE STRAT, adjointe. - Une réponse très rapide.

Vous avez raison, Madame GASNIER, sur le fait que cette crue qui serait une catastrophe naturelle prévisible est un souci qui concerne évidemment nous, en tant que responsables politiques, mais qui concerne aussi nos concitoyens et les différents acteurs économiques qui seraient touchés par cet événement.

Tout un ensemble d'acteurs et d'opérateurs ont été concernés et sur le pied de guerre pour faire cette simulation fin mars sous l?égide de la Préfet de la zone de défense, Martine MONTEIL.

Cela me semble, en effet, une bonne suggestion qu'il puisse y avoir une information. A voir, en revanche, avec les services du Préfet, ce qui peut être donné comme libre information et ce qui peut ne pas être donné, puisque je rappelle que certains opérateurs travaillent sur des activités d'importance vitale et que nous ne pouvons pas forcément donner toutes les informations en libre accès. Mais je relaie aussi votre demande, sous couvert de vérification avec les services, auprès du Préfet.

M. Jean VUILLERMOZ, adjoint, président. - Merci.

Monsieur le Représentant du Préfet de police, vous avez la parole.

M. LE REPRÉSENTANT DU PRÉFET DE POLICE. Merci, Monsieur le Maire.

La Préfecture se prépare, effectivement, avec sérieux à cet événement qui n?a rien de théorique puisqu?il s?est déjà produit à Paris ; il peut donc se produire de nouveau.

Le dernier exercice a été l'occasion de teste ou d'affiner des points critiques très concrets dans la gestion de crise, cruciaux pour la protection des populations, le maintien des services publics et le maintien de l'activité économique.

Parmi eux, figurait tout particulièrement la continuité, même en mode dégradé, de l'approvisionnement énergétique. Il faut donc optimiser un déploiement réaliste de groupes électrogènes et d?approvisionnement en fuel, également assurer la distribution d'eau potable embouteillée en cas de rupture du réseau parisien ; il n'est pas facile de distribuer 3 litres par jour à 5 millions de personnes, gérer des déchets en déterminant des aires temporaires de stockage de déchets, également, sans doute, réserver une voie du périphérique pour maintenir les activités essentielles et les transports de secours, ainsi que des transports collectifs de substitution, et enfin, optimiser les pompiers et les hôpitaux afin qu'ils aient à éviter d?avoir à franchir la Seine et la Marne, ce qui ne sera pas possible en cette occasion.

La synthèse technique complète de l?exercice est en cours de finalisation et le Préfet de police, sous les réserves que vient d'indiquer Mme LE STRAT, bien évidemment, la diffusera largement et bien évidemment aux conseillers de Paris qui le souhaitent.

M. Jean VUILLERMOZ, adjoint, président. - Merci.

Madame GASNIER, retirez-vous votre v?u ?

Mme Fabienne GASNIER. - Je le maintiens, puisqu'il est, je pense, approuvé par tout le monde, finalement. Il semble convenir à notre Assemblée.

M. Jean VUILLERMOZ, adjoint, président. - C'est un avis défavorable.

Madame POIRAULT-GAUVIN ?

Mme Géraldine POIRAULT-GAUVIN . - Merci, Monsieur le Maire, de me donner cette explication de vote, pour le groupe U.M.P.P.A., pour apporter notre soutien à ce v?u présenté par le groupe Nouveau Centre car cette information sur le bilan de l'opération "En Seine 2010" nous paraît très importante pour préparer l'avenir.

Dans le 15e et notamment dans le secteur du Front de Seine, l'évacuation des habitants en cas de crue centennale est une réelle inquiétude pour le maire du 15e et son équipe.

Vous avez parlé, Madame LE STRAT, de catastrophe naturelle prévisible. J?ai déjà eu l?occasion à trois reprises d?alerter le Conseil de Paris sur le blocage de plusieurs milliers de personnes dans les étages des tours du Front de Seine en cas de crue de la Seine.

Sont en cause le problème des installations électriques qui alimentent les organes vitaux de ces tours et qui alimentent l'éclairage de sécurité, l'alimentation des ascenseurs et les systèmes de mise hors circuit.

Il faut absolument mettre hors d?eau ces installations électriques qui seront immergées en cas de crue.

Avec le maire du 15e, nous plaidons pour que la Ville de Paris et la SemPariSeine aident au financement de la mise hors d'eau de ces installations électriques, puisque la Ville de Paris et la SemPariSeine sont responsables de cet état de fait et doivent être engagées financièrement.

Je fais donc ici une proposition, en invitant Mme LE STRAT à co-organiser avec la Préfecture de police un exercice grandeur nature d'évacuation des habitants des tours du Front de Seine.

Cet exercice permettra, j'en suis sûre, de mettre en évidence la nécessité de prendre nos responsabilités pour aider les copropriétaires à faire les travaux indispensables de mise hors d'eau des installations électriques des tours du Front de Seine.

(Applaudissements sur les bancs des groupes U.M.P.P.A. et Centre et Indépendants).

M. Jean VUILLERMOZ, adjoint, président. - Je crois que cette question a déjà été posée et que les réponses ont été apportées.

Je vous propose de passer au vote.

Je mets aux voix, à main levée, le v?u déposé par le groupe Centre et Indépendants assorti d'un avis favorable de l'Exécutif.

Qui est pour ?

Contre ?

Abstentions ?

Le v?u est adopté à l'unanimité. (2010, V. 102).