Précisez votre recherche (les choix sont cumulatifs) :
> PAR ANNÉE  
Mai 2010
> PAR TYPE DE CONSEIL (MUNICIPAL / GÉNÉRAL)  
Conseil Municipal
> Type de document (Débat / Délibération)  

2010, Vœu déposé par le groupe U.M.P. relatif au réaménagement du secteur Castagnary.

Débat/ Conseil municipal/ Mai 2010


 

M. Bernard GAUDILLÈRE, adjoint, président. - Le débat s'ouvre maintenant sur le v?u n° 7 relatif au réaménagement du secteur Castagnary dans le 15e arrondissement, déposé par le groupe U.M.P.P.A.

La parole est à Mme de CLERMONT-TONNERRE pour une minute.

Mme Claire de CLERMONT-TONNERRE. - Merci, Monsieur le Maire.

Voilà des années qu'une partie de la rue Castagnary est à l?abandon. Je vous décris les lieux : sur le linéaire situé entre les rue de Vouillé et des Morillons, les riverains cohabitent avec des installations C.P.C.U. classées "site sensible", avec le faisceau S.N.C.F. Montparnasse, mais aussi avec plusieurs emprises en friche et diverses activités générant de multiples nuisances.

A ceci s?ajoutent les risques induits par l?approvisionnement des cuves du C.P.C.U., puisque, certains s?en souviennent peut-être, en décembre 2008, un train a déraillé et deux wagons sont tombés, déversant le fioul dans la rue Castagnary.

Si plusieurs séquences de cette rue font l'objet de projets, nous n?avons toujours aucune perspective d?amélioration pour les emprises situées le long de la voie ferrée.

Devant l'exaspération des riverains, nous vous avons interpellé à plusieurs reprises : en 2004, en 2007, puis en décembre dernier. Les informations que vous nous avez communiquées répondant de façon partielle aux problématiques posées, nous vous saisissons donc une nouvelle fois, avec l?espoir que ce secteur fasse l?objet d?un véritable réaménagement urbain.

Dans cette perspective, nous vous demandons, Monsieur le Maire, d?engager avec R.F.F. des discussions sur l?évolution de ses terrains, de saisir la C.P.C.U. afin qu?elle améliore l?intégration paysagère de ses énormes cuves de stockage et l?aspect du vaste terrain qu?elle occupe.

Nous émettons le v?u que la démolition des immeubles municipaux à l'abandon soit accélérée et qu?une étude sur le réaménagement de la rue Castagnary soit lancée dans une perspective de végétalisation des emprises adossées à la voie ferrée et de réalisation d?une Trame verte.

Enfin, nous vous demandons d'associer le maire du 15e aux réflexions que vous engagerez afin que les aménagements prennent réellement en compte les attentes de nos riverains.

Merci.

M. Bernard GAUDILLÈRE, adjoint, président. - Pour vous répondre, la parole est à Mme Anne HIDALGO.

Mme Anne HIDALGO, première adjointe. - Merci, Monsieur le Maire.

Depuis 2001, nous nous sommes engagés dans des opérations de réaménagement du secteur Castagnary essentiellement, avec nos partenaires S.E.M. "Paris Seine" et la S.G.I.M.

Nous avons fait le choix d?un aménagement de petites opérations, d?immeubles d?une dizaine de logements, dont un détail très précis a été fourni au maire du 15e arrondissement dans un récent courrier de mon collègue Jean-Yves MANO.

Concernant la portion située le long des voies S.N.C.F., je souhaite préciser en réponse aux informations données par Mme Claire de CLERMONT-TONNERRE que les cuves C.P.C.U. auxquelles vous faites référence sont sans impact d'éventuelles nuisances sur les parcelles qui font, elles, l'objet d'une réserve LS 100 à notre P.L.U. Ces parcelles se situent en dehors des périmètres de protection.

Un travail de longue date et approfondi a été engagé avec R.F.F., sans attendre quelque recommandation que ce soit, et un projet de construction de logement social visant à accueillir non pas des familles mais des étudiants, des jeunes travailleurs ou des travailleurs migrants est à l'étude et il concerne la parcelle occupée par cette célèbre poissonnerie qui va cesser ses activités.

C?est une situation qui permettra l?émergence d?un bâtiment le long des voies, avec des logements non traversants, qui en plus amélioreront l'environnement puisque cela fera un écran au bruit pour les logements existant le long de la rue Castagnary.

Nous poursuivons la mise en ?uvre de notre politique prioritaire : le logement social. Je rappelle que nous sommes dans un secteur déficitaire. Ce que vous préconisez, c'est-à-dire le choix d'une végétalisation de parcelles dont personne ne profiterait, car pour le coup totalement limitrophe : un talus qui longe la voie S.N.C.F., ne nous paraît pas être un bon choix, et la proposition que nous faisons vise à améliorer de façon plus efficace le cadre de vie des riverains, notamment en diminuant les nuisances dues au bruit. J'émets donc un avis défavorable.

En revanche, comme je l'ai fait en Conseil d'arrondissement, je vais organiser une réunion avec l'ensemble des partenaires et avec Jean-Yves MANO s'il le souhaite et bien sûr le maire et les élus du 15e pour que pour chacune des opérations, nous apportions toutes les informations si celles que nous venons de donner, Jean-Yves par écrit, et moi à ce stade, s'avèrent insuffisantes.

M. Bernard GAUDILLÈRE, adjoint, président. - Merci.

Je crois que M. GOUJON souhaite prendre la parole pour une explication de vote, peut-être.

M. Philippe GOUJON, maire du 15e arrondissement. Absolument, car je suis évidemment en désaccord avec Mme HIDALGO. Je ne pense pas que réaliser une sorte d'écran antibruit au moyen d'un bâtiment dans lequel seront logés des habitants, qu'ils soient d'ailleurs étudiants ou quelle que soit leur catégorie, soit une bonne idée.

Nous sommes là vraiment, comme l?a dit Mme HIDALGO, sur le talus de la voie ferrée et dans ce secteur très dépourvu en espaces verts, un espace végétalisé, un aménagement paysager serait mieux venu qu'un bâtiment contre la voie ferrée et qui ne bénéficiera pas, contrairement à ce qu'elle dit, aux habitants. Ce qui leur bénéficiera, c'est que le long de la rue Castagnary, il y ait cet aménagement paysager, d'autant que nous avons là deux cuves de la C.P.C.U. C'est un site sensible classé I.P.P.C. : des wagons-citernes circulent, des camions de fioul. Par rapport à cette poissonnerie qu'il faut faire partir, seul un aménagement paysager serait une amélioration de l'environnement pour les riverains.

Mme Anne HIDALGO, première adjointe. - Monsieur le Maire, je crois avoir apporté les réponses, y compris sur site classé ou pas, périmètre ou pas.

Je le redis : franchement, parler d'aménagement paysagé pour un talus qui n'offrirait aucune préservation, notamment par rapport au bruit, n'est pas une bonne solution. En ce qui concerne les habitants, pourquoi du logement étudiant ou jeune travailleur ou travailleur migrant ? Parce que nous sommes sur des petits logements, en général des studios, qui n'ont pas besoin d'être traversants.

Comme nous l'avons fait dans le 19e arrondissement sur le stade Ladoumègue, je crois que l'on a une très belle résidence étudiante dans ce style, qui permet sur la façade longeant les voies, de ne pas avoir d'ouvertures et de fenêtre, et de pouvoir installer les fenêtres et les ouverture de ces studios sur la partie de la rue Castagnary, avec un plus évident en matière d'écran antibruit pour les résidents de la rue.

M. Bernard GAUDILLÈRE, adjoint, président. - Nous allons donc, après un retour de la sérénité, mettre aux voix, à main levée, le v?u no 7 assorti d'un avis défavorable de l?Exécutif.

Qui vote pour ?

Qui vote contre ?

Qui s?abstient ?

Le v?u est repoussé.