Précisez votre recherche (les choix sont cumulatifs) :
> PAR ANNÉE  
Mai 2010
> PAR TYPE DE CONSEIL (MUNICIPAL / GÉNÉRAL)  
Conseil Municipal
> Type de document (Débat / Délibération)  

2010, Vœu déposé par le groupe Communiste et élus du Parti de Gauche relatif aux violences subies par les femmes isolées de Hassi-Messaoud en Algérie.

Débat/ Conseil municipal/ Mai 2010


 

M. François DAGNAUD, adjoint, président. - Nous examinons maintenant le v?u n° 63 présenté par le groupe Communiste et élus du Parti de Gauche relatif aux violences subies par les femmes isolées de Hassi-Messaoud en Algérie.

Je propose à Mme Aline ARROUZE de le présenter en une minute.

Mme Aline ARROUZE. - Mes chers collègues, je dédie ce v?u à mes soeurs algériennes.

C'est un v?u qui dénonce les violences faites aux femmes, celles d?Hassi-Messaoud en Algérie, parce qu'elles sont seules, en charge de famille, venues à Hassi-Messaoud pour travailler, pour gagner leur vie, employées par des multinationales.

Elles ont été, comme en 2001, torturées et violées par des individus qui se réclament de principes religieux et conservateurs.

Les associations des droits des femmes en Algérie et en France ainsi qu?une manifestation devant l?ambassade d'Algérie hier soir ont apporté leur soutien à ces femmes.

Les élus du groupe Communiste et élus du Parti de Gauche, le Conseil de Paris font part à l?ambassade d?Algérie en France de leurs inquiétudes face à cette situation et de leur souhait que justice leur soit rendue et qu'elles soient placées sous protection.

Je vous remercie.

M. François DAGNAUD, adjoint, président. - Merci beaucoup.

Pour vous répondre, je donne la parole à Mme Fatima LALEM.

Mme Fatima LALEM, adjointe. - Merci, Monsieur le Président.

Je remercie Mme ARROUZE et le groupe Communiste de nous donner l'opportunité d'exprimer ici notre indignation profonde contre les actes ignobles perpétrés en 2001, réitérés en ce mois d?avril 2010 à Hassi-Messaoud.

Cela nous permet d?affirmer aussi notre solidarité inconditionnelle à l'égard de ces femmes algériennes torturées, violées et massacrées.

A cet égard, j'ai participé hier soir aux côtés d'associations et de partis politiques à un rassemblement devant l?ambassade d?Algérie qui, je cite, "exige de l?État algérien qui assure la sécurité des compagnies pétrolières d?Hassi-Messaoud d'assurer également la sécurité des femmes qui y travaillent".

En effet, ces femmes qui aspirent à une autonomie toute relative ont, de leur propre initiative, trouvé du travail dans cette ville pétrolière où l?or noir est exploité sur place par des multinationales qui représentent de fait un vivier d'emplois potentiels.

En juillet 2001, plusieurs centaines d?hommes, tortionnaires fanatiques, avaient mené une expédition d'une terrible sauvagerie à l?encontre de ces femmes seules.

"Laissées pour mortes", c'est le titre d'un ouvrage paru récemment, de Rahmouna SALAH et Fatiha MAAMOURA, deux femmes qui ont survécu par miracle à ce massacre et qui racontent leur souffrance.

Ce lynchage insupportable est resté totalement impuni et un déni de justice a suivi cet acte de 2001, ce qui fait qu'aujourd'hui, cela sonne comme une autorisation pour ces tortionnaires de continuer ces massacres en toute impunité.

C'est pourquoi ce v?u revêt une importance toute particulière : il nous permet de réaffirmer haut et fort notre engagement contre toutes les formes de violences faites aux femmes, notre solidarité absolue avec toutes celles qui, dans toutes les contrées du monde, voient leurs droits bafoués au quotidien.

En espérant associer à cette expression véhémente de justice pour les femmes algériennes d?Hassi-Messaoud, tous les membres de ce Conseil par un appel à un vote favorable et unanime à ce v?u.

M. François DAGNAUD, adjoint, président. - Merci beaucoup.

Donc, je mets aux voix, à main levée, le v?u déposé par le groupe Communiste et élus du Parti de Gauche assorti d'un avis favorable de l?Exécutif.

Qui est pour ?

Contre ?

Abstentions ?

Le v?u est adopté à l'unanimité. (2010, V. 108).