Précisez votre recherche (les choix sont cumulatifs) :
> PAR ANNÉE  
Mai 2010
> PAR TYPE DE CONSEIL (MUNICIPAL / GÉNÉRAL)  
> Type de document (Débat / Délibération)  

2010, Vœu déposé par le groupe U.M.P. relatif à la mise en œuvre de contresens cyclables dans le 17e arrondissement.

Débat/ Conseil municipal/ Mai 2010


 

M. Jean VUILLERMOZ, adjoint, président. - Maintenant, on va examiner le v?u n° 45, relatif à la mise en ?uvre de contresens cyclables dans le 17e arrondissement, qui a été déposé par le groupe U.M.P.P.A.

La parole est à M. Hervé BENESSIANO.

M. Hervé BENESSIANO. - Merci, Monsieur le Maire.

Ce v?u est relatif à la mise en ?uvre de contresens cyclables dans le 17e arrondissement.

Nous demandons à travers ce v?u que soit renforcée la communication de la Ville de Paris sur ce dispositif et que, par ailleurs, soient prises en compte les réserves des élus d?arrondissement, notamment sur les aspects liés, et j'insiste sur ce point, à la sécurité des piétons et des cyclistes eux-mêmes.

On ne peut pas, aujourd'hui, comme c'est parfois envisagé dans certaines réponses qui nous sont faites, qu'il y a un décret, qu?il faut l'appliquer, j?allais dire, pratiquement bêtement et que la sécurité, finalement, c'est de la faute de la loi, ce n'est pas de la faute de ceux qui prendront la décision ; je pense que c?est un peu court et je crois que sur ce point, il faut que, véritablement, le bon sens finisse par l'emporter.

M. Jean VUILLERMOZ, adjoint, président. - Merci.

Madame LEPETIT, vous avez la parole.

Mme Annick LEPETIT, adjointe. - Monsieur BENESSIANO, vous ne pouvez pas dire ce que vous venez de dire, à savoir que nous aurions dit - je ne sais pas s?il s?agit des services ou d'autres - que sous prétexte qu?il y a un décret, peu importe la sécurité des cyclistes ou des piétons. C'est inadmissible.

Nous effectuons dans la plupart des arrondissements et, d'ici cet été, tous les arrondissements de Paris, des travaux et des aménagements pour mettre en place le double sens cyclable et nous sommes extrêmement heureux de le faire, avec le concours, bien évidemment, des maires d'arrondissement, ce en quoi je réponds à une partie de votre v?u, parce que, lorsqu'il y a des réserves, lorsqu?il y a des avis, lorsqu?il y a des propositions des maires d'arrondissement, nous faisons tout pour en tenir compte.

La question de la sécurité, vous parlez de campagne de communication, vous avez raison, nous faisons une campagne de communication, à la fois dans toutes les mairies d'arrondissement qui ont à disposition des petits dépliants assez pédagogiques et qui expliquent aux uns et aux autres, pas seulement aux cyclistes, bien sûr, ce que signifient réellement ces fameux contresens cyclables dans les quartiers où la voiture est limitée à 30 kilomètres/heure et nous avons également tout un matériel de communication qui explique, au moment des travaux, aux riverains, quartier par quartier, ce qu'il en est des travaux et, bien évidemment, de la manière dont, par exemple, on doit traverser une rue qui est à sens unique pour les voitures mais qui ne l'est pas pour les vélos.

En revanche, Monsieur BENESSIANO, nous aurions aimé que le Gouvernement, puisque ces contresens cyclables sont faits dans toutes les villes de France aujourd'hui, dans le cadre de ses campagnes de sécurité routière, et il en fait, puisse mener une campagne nationale pour prévenir nos concitoyens de la mise en ?uvre de ces contresens cyclables.

Pour le moment, nous n'avons pas de réponse. J'estime qu'au bout d'un moment, pas de réponse signifie un non. La déléguée interministérielle m'a dit que c'était bien de faire des campagnes de proximité, des campagnes locales, que c'était aux villes de le faire. Je pense que l?État doit être aux côtés des collectivités, au moins quand il s'agit d'une campagne de prévention qui concerne la sécurité routière et qui concerne tous nos concitoyens.

Voilà pour la communication.

Quant au 17e, je viens de recevoir le courrier de Mme KUSTER, puisque nous avons discuté sur un certain nombre d'avis donnés par vous-même et par la maire ; nous pourrons donner la date des travaux qui seront effectués dans le 17e arrondissement, pour que tous les riverains soient dûment informés.

M. Jean VUILLERMOZ, adjoint, président. - Merci.

Monsieur BENESSIANO, vous le retirez ?

M. Hervé BENESSIANO. - Non, je le maintiens.

Simplement une phrase, parce qu?apparemment, je n'ai pas été assez précis dans mon propos tout à l'heure. Je disais que ce n'était pas simplement une affabulation, c'était le résultat d'une réunion de travail, fort longue d?ailleurs, qui s'est déroulée au PC Lutèce. C'est la réponse, j'en maintiens les termes, que nous avons reçue lorsque nous parlions justement des dangers d'un certain nombre de rues en contresens et où la sécurité était mise en cause. Je le dis franchement, cela se passait dans une réunion technique au PC Lutèce.

Voilà, Madame LEPETIT, c'est pour cela que ce n'était pas vous que je visais en particulier.

M. Jean VUILLERMOZ, adjoint, président. - Une explication de vote de M. GAREL ?

M. Sylvain GAREL. - Nous ne voterons pas ce v?u, parce que l'expérience montre que les contresens cyclables sont, au contraire, extrêmement sécuritaires pour les cyclistes. Il est bien plus sécuritaire pour un cycliste d?avoir des voitures qui viennent en face que des voitures qui soient derrière.

Je pense que, simplement, en termes de communication, il y a un vrai problème, parce que dans certaines zones "30", il y a manifestement quelques rues qui ne vont pas être concernées par les double sens cyclables. Je pense que c?est une erreur, parce que cela va être très compliqué d?expliquer que la rue de gauche est en double sens et que celle de droite ne l?est pas.

Je pense qu?on devrait absolument mettre toutes les rues d?un secteur en double sens et qu'à terme d'ailleurs, comme l?a fait Fontenay-aux-Roses, toutes les rues de Paris, excepté le périphérique, devraient être à 30 à l?heure et être autorisées aux vélos dans tous les sens, ce qui permettrait une communication extrêmement simple, à dire aux gens : "Dans Paris, les sens interdits ne concernent pas les vélos", ce qui inciterait beaucoup de gens à se déplacer en bicyclette.

Je vous remercie.

M. Jean VUILLERMOZ, adjoint, président. - Je mets aux voix, à main levée, le v?u n° 45 assorti d'un avis défavorable de l?Exécutif.

Qui est pour ?

Contre ?

Abstentions ?

Le v?u est repoussé.