Précisez votre recherche (les choix sont cumulatifs) :
> PAR ANNÉE  
Mai 2010
> PAR TYPE DE CONSEIL (MUNICIPAL / GÉNÉRAL)  
> Type de document (Débat / Délibération)  

2010, Vœu déposé par le groupe U.M.P. relatif au projet de restructuration du 46-50, rue de la Pompe (16e).

Débat/ Conseil municipal/ Mai 2010


 

M. François DAGNAUD, adjoint, président. - Nous examinons maintenant le v?u n° 67, présenté par le groupe U.M.P.P.A. sur le projet de restructuration du 46-50, rue de la Pompe.

J'imagine que c'est Mme Céline BOULAY-ESPERONNIER qui présente le v?u présenté par M. GOASGUEN.

Allez-y, Madame, pour une minute, s'il vous plaît ?

Mme Céline BOULAY-ESPERONNIER . - Merci, Monsieur le Maire.

A l?initiative du Maire et du Conseil du 16e, nous avions l'an dernier fait modifier le P.L.U. pour que, dans les locaux du désormais ancien garage "Renault" du 46-50, de la rue de la Pompe, soit construit, en plus de logements, un établissement d'accueil des jeunes enfants.

Etant donné le déficit que le 16e accuse en matière d'infrastructures petite enfance, que je souhaite rappeler inlassablement à ce Conseil, nous appelons de nos v?ux la création dans ces locaux d'une crèche d'une capacité maximale de berceaux, soit 66.

Je sais, Monsieur NAJDOVSKI, qu'étant conscient de la situation, vous marquerez, en faisant voter ce v?u, votre détermination à aider les enfants du 16e et vous en remercie beaucoup par avance.

(Applaudissements sur les bancs des groupes U.M.P.P.A. et Centre et Indépendants).

M. François DAGNAUD, adjoint, président. - Merci.

Christophe NAJDOVSKI ?

M. Christophe NAJDOVSKI, adjoint. - Merci, Monsieur le Maire.

L'immeuble situé au 46-50, rue de la Pompe dans le 16e arrondissement, propriété de Renault, fait l?objet au titre du P.L.U. de Paris d'une réserve non exclusive pour création d'un équipement de petite enfance. L'immeuble fait également l'objet d'un emplacement réservé pour du logement "L 100 %" qui impose de réaliser en habitation 100 % de la surface hors ?uvre nette, hors rez-de-chaussée, sous-sols et équipements publics, et d'affecter au moins 50 % de ce programme d?habitation à du logement social.

Ce bien est situé dans un quartier déficitaire en équipements de petite enfance par rapport à la moyenne parisienne et la Ville n'a reçu à ce jour aucune information sur les intentions du propriétaire de ce bien. S?il apparaît que ce bien peut faire l'objet d'un projet de cession, la Ville diligentera une étude financière et technique sur la faisabilité d'une crèche à cet endroit. Les conclusions, une fois connues, si elles s'avèrent pertinentes, pourront donner lieu à une proposition de réalisation d'une crèche à cette adresse, compte tenu des besoins avérés dans ce quartier et je plaiderai pour que ce soit une crèche de grande capacité de 66 berceaux.

L?équipement petite enfance devra s?inscrire dans une opération mixte intégrant du logement, afin de respecter l'autre réserve affectant cette parcelle.

Aussi, je vous propose, Madame BOULAYESPERONNIER, d'amender votre v?u avec l?ajout de la mention suivante : à la suite de votre phrase, il s'agirait d'ajouter la mention que je cite : "s'intégrant dans un programme mixte respectant l'ensemble des réserves prévues par le P.L.U. à cette adresse (50 % de logements sociaux)".

Sous cette réserve d'acceptation de l'amendement, je donnerai un avis favorable à votre v?u.

M. François DAGNAUD, adjoint, président. - Merci.

Chère collègue ? Madame BOULAY-ESPERONNIER ?

Mme Céline BOULAY-ESPERONNIER . - Quel bonheur de tomber ainsi d'accord sur un sujet aussi important !

Je ne vois pas vraiment l'intérêt d'amender puisque, de toute façon, la loi prévoit que le P.L.U. ait 50 % de logement, mais soit, votons le v?u, puisque nous avons vraiment cruellement besoin de cet équipement. Je m'en félicite.

Je vous remercie.

M. François DAGNAUD, adjoint, président. - Dans cette atmosphère de concorde générale, je mets aux voix, à main levée, le v?u ainsi amendé par Christophe NAJDOVSKI à partir du v?u initial de nos collègues de l'U.M.P.P.A.

Qui est pour ?

Contre ?

Abstentions ?

Le v?u amendé est donc adopté à l'unanimité. (2010, V. 111).