Précisez votre recherche (les choix sont cumulatifs) :
> PAR ANNÉE  
Mai 2010
> PAR TYPE DE CONSEIL (MUNICIPAL / GÉNÉRAL)  
> Type de document (Débat / Délibération)  

2010, Vœu déposé par le groupe "Les Verts" pour un engagement de la Ville de Paris en faveur du désarmement nucléaire, à l'occasion de l'examen du Traité de non prolifération.

Débat/ Conseil municipal/ Mai 2010


 

M. François DAGNAUD, adjoint, président. - Nous examinons le v?u n° 27 présenté par le groupe "Les Verts" et rapporté en une minute par M. Denis BAUPIN.

M. Pierre SCHAPIRA répondra.

Monsieur BAUPIN, vous avez la parole.

M. Denis BAUPIN, adjoint. - Merci, Monsieur le Maire.

Depuis l?année 2002, Paris est membre de l'association "Maires pour la paix" qui a été créée à l?initiative des maires d?Hiroshima et de Nagasaki et aujourd?hui, près de 4.000 villes, dont 120 en France, en sont membres.

La campagne dont nous sommes implicitement partie prenante a pris une toute nouvelle ampleur depuis le discours de Prague du Prix Nobel de la paix Barack OBAMA, qui avait appelé à un monde sans armes nucléaires, et depuis la signature de l'accord entre M. OBAMA et M. MEDVEDEV.

De plus en plus de voix s?élèvent pour un monde sans armes nucléaires, à commencer par Ban KI-MOON la semaine passée. Jamais jusque là un tel consensus n'avait été atteint, jamais une telle opportunité ne s'était présentée.

La France a un rôle à jouer et Paris, en tant que membre de cette association, a aussi une parole à tenir d'autant plus que notre ville se targue, à tort de notre point de vue, d'être marraine du porte-avion Charles de Gaulle.

Deux anciens Premiers Ministres, Michel ROCARD, Alain JUPPÉ, un ancien Ministre de la Défense, Alain RICHARD, ont appelé la France à exprimer la même volonté que toutes ces personnalités et à affirmer résolument son engagement pour le succès de ce processus de désarmement.

Par ce v?u, nous invitons le Conseil de Paris à réitérer l'engagement pris par la Ville de Paris auprès des maires d?Hiroshima et de Nagasaki de tout faire pour aller dans le sens d'un monde sans armes nucléaires et d'appeler la France à prendre sa part dans ces discussions : c'est le moment de tenir notre parole.

M. François DAGNAUD, adjoint, président. - Merci.

Pour répondre, M. Pierre SCHAPIRA.

M. Pierre SCHAPIRA, adjoint. - Je vais répondre, évidemment.

Comme le disait notre excellent collègue, nous avons adhéré à l'Association des Maires pour la paix. J?ai d'ailleurs ici ouvert leur congrès. On n'a donc aucun problème là-dessus.

Il y a déjà eu un v?u de votre groupe concernant la campagne des Maires pour la paix en faveur de l?abolition de l?arme nucléaire, qui a été rejeté en 2005.

En octobre 2007, la prise de position de C.G.L.U. au Conseil mondial de Jeju en faveur de la campagne : "les villes ne sont pas des cibles" de l'association "Les Maires pour la paix". Nous avons réitéré notre position très claire lors du Conseil mondial d?Istanbul, toujours sur le fait que les villes ne sont pas des cibles et pour faire pression sur la communauté internationale pour renoncer à l'utilisation des armes de destruction massive.

D'ailleurs, on en a parlé ici avec le maire de Hiroshima, et pour le soixantième anniversaire des bombardements d?Hiroshima, nous avons fait une énorme manifestation, une exposition dans la salle des prévôts qui a rencontré un succès fou avec la présence des enfants des écoles.

Concernant votre v?u, je suis entièrement d'accord sur le premier point : nous pouvons effectivement signer l'appel - on l'a déjà signé - en faveur du protocole Hiroshima-Nagasaki.

Concernant le point no 2, une grande collectivité territoriale comme Paris, l'une des cinq villes compagnons, ne saurait se désintéresser des questions de défense. La Ville a suivi les instructions ministérielles en nommant un correspondant Défense chargé des liens entre les armées et la société civile. Il n'y a aucune raison de nommer un autre correspondant.

Concernant le point no 3, nous divergions. Le président OBAMA s'est en effet déclaré en faveur d?un monde sans armes nucléaires mais dans le même temps, le budget de la Défense américain est maintenant, en 2010, de 680 milliards, soit une augmentation de 3 %, et devrait approcher les 700 milliards en 2011.

L'accord S.T.A.R.T. et les déclarations d?OBAMA visent en réalité à assurer la permanence de la supériorité américaine en matière conventionnelle mais également en développant la défense antimissile.

D'ici là, la réduction des têtes permettra au Pentagone de rediriger les crédits vers d'autres programmes et de moderniser leurs armes nucléaires.

Quant à la France, elle a déjà supprimé la composante terrestre, réduit les deux autres composantes avec ses 300 têtes, les Etats-Unis en ont 5.000, ce qui constitue une force de dissuasion minimale suffisante.

Je suis d'accord pour le premier point mais pas pour les deux autres.

M. François DAGNAUD, adjoint, président. - Merci.

Denis BAUPIN, est-ce que vous accepteriez de résumer votre v?u au premier point ?

M. Denis BAUPIN, adjoint. - J?étais déjà stupéfait à l'idée que l'on puisse signer un texte, et ne pas vouloir appliquer les engagements qu'il prévoit?

Excusez-moi, Monsieur le Maire, mais entendre les arguments que vous avez avancés, qui sont exactement les arguments du Gouvernement français actuellement, pour refuser ne serait-ce que de s'engager dans une discussion sur le sujet, je ne m'y attendais pas.

Je suis assez stupéfait d'entendre ces arguments avancés. Évidemment, cela ne peut que renforcer ma volonté de maintenir le v?u.

M. François DAGNAUD, adjoint, président. - Merci de cette précision.

Je mets aux voix, à main levée, le v?u n° 27 assorti d'un avis défavorable de l?Exécutif.

Qui est pour ?

Contre ?

Abstentions ?

Le v?u est rejeté.