Précisez votre recherche (les choix sont cumulatifs) :
> PAR ANNÉE  
Fevrier 1996
> PAR TYPE DE CONSEIL (MUNICIPAL / GÉNÉRAL)  
> Type de document (Débat / Délibération)  

6 - 1996, GM. 52 - Subvention à l'association "S.I.D.A. info-service" (20e).

Débat/ Conseil général/ Février 1996




M. Roger ROMANI, président. -Nous passons à l'examen du projet de délibération GM. 52 : Subvention à l'association "S.I.D.A. Info-service", sise dans le 20e arrondissement. Madame HOFFMAN-RISPAL, vous avez la parole.

Mme Danièle HOFFMAN-RISPAL. -Monsieur le Président, mes chers collègues, je veux vous dire "merci" et "enfin". Merci et enfin, pourquoi ?
En recherchant au Bulletin municipal officiel , il apparaît que depuis septembre 1994 M. Bertrand DELANOË et Mme Gisèle STIEVENARD sont intervenus très fréquemment pour demander qu'une subvention soit accordée à "S.I.D.A. info-service". Je vous l'ai moi-même demandé lors de la séance du 18 décembre 1995. Le projet de délibération qui nous est soumis précise que cette association a répondu en 1994 à 458.000 appels. Ceux-ci, je me suis renseignée cette semaine, se montent à 537.000 en 1995. 537.000 personnes, hantées par la peur, l'angoisse ou la solitude, malades ou proches, séropositifs, qui ont besoin de parler, d'obtenir des renseignements ou des conseils ou tout simplement de trouver quelqu'un qui les écoute.
Cette associations, avec 84 salariés pour toute la France, répond 24 heures sur 24 à toutes ces demandes, en assurant la gratuité et l'anonymat. Je vous rappelle que "S.I.D.A. info-service" est la seule association aujourd'hui, en France, à être capable de répondre à cette demande. Elle crée un nouveau service "la ligne de relations d'aides personnalisées et suivie", justement pour consacrer plus de temps aux malades et à leurs proches. La subvention que nous allons voter, s'élève à 100.000 F.
Nous n'avons peut-être pas les mêmes sources d'information, mais il me semble que la demande initiale de "S.I.D.A. info-service" était de 300.000 F. Dans le présent projet de délibération, nous apprenons que, sur les 12 millions de francs de budget de fonctionnement évalués pour 1995 pour le pôle parisien de cette association, la plus grande partie est financée à 70 % par l'Etat, et à 10 % par la Caisse d'assurance maladie. Vous ajoutez même "les contributions des collectivités locales restent faibles, les départements intervenant à hauteur de 1 %.
D'un côté, 12 millions de francs de budget, de l'autre 100.000 F qui nous paraissent dérisoires quant au service rendu. Surtout, et je vous ai déjà posé la question, que dans le même temps la ligne interactive du Département va être supprimée et que je ne sais toujours pas quel était le coût de fonctionnement de cette ligne.
De plus, je souhaiterais connaître le délai qui s'écoule entre le moment où nous votons une subvention et le moment où celle-ci est réellement versée dans la trésorerie de ces associations.
A nouveau, je me permets d'insister sur l'idée d'une attribution pluriannuelle des subventions permettant aux associations d'assurer la pérennité de leurs actions.
Bien entendu, le groupe socialiste se réjouit de voter cette subvention, mais il serait souhaitable que celle-ci s'aligne à l'avenir sur la réalité des besoins particuliers à Paris jusqu'à ce que l'extinction de la maladie la rende enfin inutile, ce qui, je l'espère, arrivera rapidement.

(Applaudissements sur les bancs du groupe socialiste).

M. Roger ROMANI, président. -Je vous remercie, Madame.
La parole est à M. GRISCELLI pour répondre à Mme HOFFMAN-RISPAL.

M. Claude GRISCELLI, au lieu et place de M. Philippe LAFAY, vice-président, au nom de la 5e Commission. -Madame, nous en avons déjà parlé ensemble, "S.I.D.A. info-service" fait partie des excellentes associations qui ont été aidées par la Mairie de Paris et je m'en félicite personnellement.
Il est vrai que nous délibérons sur une somme de 100.000 F alors que la demande initiale était de 300.000 F, mais en réalité nous considérons cela comme un début. Il est vrai qu'il y avait un numéro d'appel à l'Hôtel-de-Ville, donnant des informations comparables à ce que "S.I.D.A. info-service" fait fort bien et, par conséquent, nous avons considéré que "S.I.D.A. info-service" prenait le relais de ce qui était fait à la Mairie de Paris initialement.
Il faut ajouter qu'en dehors de cette subvention, cette association va bénéficier de toute une série de moyens que l'on mettra à sa disposition pour que son numéro, qui est connu maintenant, le soit plus encore par tous ceux qui pourraient avoir besoin d'informations, d'autant que, en effet, comme vous l'avez signalé, "S.I.D.A. info-service" souhaite non seulement informer anonymement, mais maintenant faire en sorte qu'il y ait une aide personnalisée et un suivi, ce qui est en effet fort utile.
Ce que les services de la Mairie feront, c'est diffuser le numéro par panneaux lumineux, donner les informations dans "Paris - Le journal", et la Direction de l'informatique et des télécommunications s'est également engagée à mettre tous ses moyens au service de la diffusion du numéro vert de "S.I.D.A. info-service".
J'espère que vous nous faites confiance. Nous suivons attentivement l'activité de cette excellente association avec laquelle nous entretenons des relations très amicales.

M. Roger ROMANI, président. -Merci.
Que ceux qui sont d'avis d'adopter ce projet de délibération veuillent bien lever la main ?
Avis contraires ?
Abstentions ?
Il est adopté à la majorité, M. REVEAU s'étant abstenu. (1996, GM. 52)