Précisez votre recherche (les choix sont cumulatifs) :
> PAR ANNÉE  
Decembre 2010
> PAR TYPE DE CONSEIL (MUNICIPAL / GÉNÉRAL)  
Conseil Municipal
> Type de document (Débat / Délibération)  

2010, DEVE 113 - Information sur le projet d'aménagement du jardin sur dalle porte de Vanves (14e) et autorisation de déposer une déclaration préalable.

Débat/ Conseil municipal/ Décembre 2010


 

M. Pierre SCHAPIRA, adjoint, président. - Le dernier avant d'aller déjeuner : nous examinons le projet de délibération DEVE 113 : information sur le projet d?aménagement du jardin sur dalle porte de Vanves et autorisation de déposer une déclaration préalable.

La parole est à Jean-François MARTINS, pour 5 minutes.

Pas tant, hein ? Enfin, voilà !

M. Jean-François MARTINS. - On reprend le débat après le déjeuner, si vous voulez, Monsieur le Maire.

M. Pierre SCHAPIRA, adjoint, président. - Non, on fait.

M. Jean-François MARTINS. - Rapidement, c?est la poursuite d?un débat qui s'est tenu au Conseil du 14e arrondissement.

La question de la couverture du périphérique porte de Vanves et des aménagements que l'on pourrait y installer est évidemment cruciale pour l'uniformité, la linéarité et la relation avec nos communes voisines du Sud de Paris.

En substance, il ne s'agit pas ici de contester le projet de jardin dans sa qualité de conception, dans sa qualité végétale ou même dans les animations qui y sont proposées. On pourra juste peut-être se poser la question de l?envie qu?auront les riverains et les Parisiens en général d'aller flâner dans un jardin dont l'état de la circulation du périphérique rendra peut-être les flâneries moins agréables.

Si évidemment l'installation d'espaces verts fait partie des priorités que nous défendons pour Paris, il y a quand même quelque chose à reprendre dans l'historique de ce dossier : la couverture du périphérique, sur l'ensemble des portes où cela a été fait, devait être un moyen de résorber la cicatrice urbaine que représentait le périphérique mais aussi de créer de nouveaux ponts avec les villes limitrophes, de créer de nouveaux espaces publics partagés où, justement, les citoyens et habitants de Paris, comme ceux des villes limitrophes, pourraient se retrouver dans des équipements partagés.

En l'occurrence, ici, sur la porte de Vanves, on fait l'inverse de ce qu'il faudrait faire pour unifier Paris, Vanves et Malakoff. On fait l'inverse de ce que l'on devrait faire pour trouver des espaces, des équipements sportifs, de l'animation, de la vie commerciale, de la restauration qui sont pourtant, on le sait, les lieux où l'on va pouvoir faire la mixité des usages entre Paris et ces villes limitrophes.

C'est pour nous un regret particulièrement prononcé que de voir, après le coût pharaonique de la couverture du périphérique, vous le savez, que l?ensemble du foncier disponible soit utilisé pour faire stricto sensu un jardin dont nous ne croyons pas qu'il sera un véritable lieu de partage et de rencontre entre les différents riverains.

Je me permets d?ajouter, enfin, qu'une partie de ce jardin sera dédiée à des équipements à destination des enfants et des jeunes publics, ce dont, et j'espère que M. GAREL me rejoindra sur ce sujet, on peut contester la pertinence juste au-dessus d'une couverture de périphérique, tant on sait que la couverture du périphérique concentre les gaz à caractère dangereux, monoxyde de carbone notamment, à la sortie et, par conséquent, les enfants que l'on sait être une population plus fragile vont y être exposés.

Donc, cette couverture de la porte de Vanves et l'aménagement qui y est fait, sont à l'inverse des objectifs fixés. On n'a pas du tout unifié Paris et sa banlieue, on n?a pas du tout fait des espaces adaptés pour les jeunes publics, mais il me semble qu'une fois de plus, sur ce sujet, votre discours sur le Grand Paris était purement déclaratif.

Je voterai donc contre ce projet de délibération.

M. Pierre SCHAPIRA, adjoint, président. - Merci.

Madame GIBOUDEAUX, pour répondre à M. MARTINS qui a été court dans sa question.

Vous pourrez l?être aussi, dans la réponse.

Mme Fabienne GIBOUDEAUX, adjointe, au nom de la 4e Commission. - Merci, Monsieur le Maire.

Je voudrais répondre sur deux points.

Premièrement, M. MARTINS affirme que les jardins ne sont pas des lieux de rencontre.

Je ne comprends pas très bien la réponse de M. MARTINS. Pour moi, les jardins et les parcs sont des lieux très fréquentés. C'est là justement où, gratuitement, les personnes de quartiers différents, de générations différentes peuvent se retrouver.

Les trois réunions publiques qui ont eu lieu dans le 14e à la fois à Vanves et à Malakoff m?ont confirmé l'envie et la nécessité d'avoir ces lieux de rencontre et la nécessité de créer ce grand jardin.

C'est aussi l'occasion de retisser des liens avec des quartiers périphériques parisiens du 14e, de la porte de Vanves, tel que, par exemple, le square Julia-Bartet qui va être requalifié, agrandi et relié à ce nouveau jardin, porte de Vanves.

C'est là la requalification d'un quartier : recréer de nouveaux cheminements piétons et retravailler sur les usages.

Vous avez parlé des jeux. Justement, les jeux pour petits seront plutôt maintenus dans le square existant. Les nouveaux jeux, plutôt pour "ados" voire grands jeunes, seront mis sur la dalle du périphérique, là où ils gênent le moins les riverains.

Alors, effectivement, les jardins sur dalle ne résoudront pas le problème de la pollution du périphérique. Je pense qu'il faudrait des mesures plus drastiques en termes de trafic, en termes également de limitation de la vitesse sur le périphérique, afin de répondre à ce problème de pollution.

Si l'on y avait construit des bureaux, un équipement ou un restaurant, je pense qu?ils auraient été soumis à la même pollution.

Nous avons néanmoins pris des dispositions pour que les jeux pour "ados" et jeunes puissent ne pas être impactés assez fortement par cette pollution.

Nous avons mis à distance ces jeux de la sortie de la dalle et fait des plantations, des aménagements qui aménagent et minimisent l'impact de cette pollution.

C'est un beau projet qui a été largement concerté, à la fois avec la population ainsi que les élus du 14e, sur la programmation assez fine, pour que tout le monde s'y retrouve.

C?est vraiment une forte attente des riverains de Malakoff et de Vanves comme des salariés qui y travaillent. Il y a beaucoup de bureaux dans ce secteur. C'est très important d'avoir ces jardins. On le voit d'ailleurs porte des Lilas où nous avons livré un jardin sur dalle, qui est très utilisé par les salariés de ce secteur.

Je pense que ce secteur a véritablement besoin d'espace public. Les jardins répondent à cette programmation d'espace public pour tous.

M. Pierre SCHAPIRA, adjoint, président. - Merci, Madame.

Je mets aux voix, à main levée, le projet de délibération DEVE 113.

Qui est pour ?

Contre ?

Abstentions ?

Le projet de délibération est adopté. (2010, DEVE 113).

Nous avons terminé la séance, nous reprenons à 14 heures 30.