Précisez votre recherche (les choix sont cumulatifs) :
> PAR ANNÉE  
Decembre 2010
> PAR TYPE DE CONSEIL (MUNICIPAL / GÉNÉRAL)  
Conseil Municipal
> Type de document (Débat / Délibération)  

2010, DLH 165 - Réalisation par la S.I.E.M.P. d'un programme d'acquisition réhabilitation comportant 2 logements PLA-I, 7 logements PLUS et un local d'activités situé 34 rue Bichat (10e).

Débat/ Conseil municipal/ Décembre 2010


 

Mme Véronique DUBARRY, adjointe, présidente. - Nous passons maintenant au projet de délibération DLH 165. Réalisation par la S.I.E.M.P. d?un programme d'acquisition réhabilitation, et Mme MACÉ de LÉPINAY s'est inscrite sur ce projet de délibération.

Mme Hélène MACÉ de LÉPINAY. - Merci beaucoup, Madame.

Nous voterons bien sûr ce projet de délibération, mais si je me suis inscrite aujourd'hui, c'est pour attirer votre attention sur ce qu?est à mon avis un scandale.

Certains immeubles?

Si M. MANO et Mme HIDALGO ne m?écoutent pas, je vais attendre? Si vous pouviez suspendre, merci.

Mme Véronique DUBARRY, adjointe, présidente. - Vous savez, nous sommes tous un peu multitâches, et je crois que c'est le cas de M. MANO.

Il vous écoute. Allez-y, Madame MACÉ de LÉPINAY.

Mme Hélène MACÉ de LÉPINAY. - Donc, Monsieur MANO, je m?adressais directement à vous, et si je me suis inscrite sur ce projet de délibération que je vais voter, bien entendu, c'est pour attirer votre attention sur ce qui est à mon avis un scandale.

Certains immeubles réhabilités, voire neufs, mis en location, et pour lesquels des candidats ont été désignés par les commissions d'attribution ne sont toujours pas habités depuis des mois.

Je veux par exemple vous parler de l'immeuble de la S.I.E.M.P. situé 108, rue Brancion. La commission du 15e a fait des désignations en avril. À ce jour, aucun candidat à la location n'a été contacté par la S.I.E.M.P., et l'immeuble est vide alors qu?il semble en parfait état.

C'est un scandale pour ceux qui attendent leur logement, et un scandale d'ailleurs pour tout le quartier.

Par ailleurs, Monsieur MANO, si dans le cas du 108, rue Brancion, c'est tout un immeuble qui est concerné, de nombreux appartements proposés par d'autres bailleurs, en particulier "Paris Habitat", ne peuvent être occupés par les locataires désignés par les commissions d?attribution du bailleur au motif que les appartements en question nécessiteraient des travaux.

Des familles sont ainsi en détresse et traitées avec la plus grande désinvolture par le bailleur, et je ne comprends pas pourquoi ces appartements ont été proposés à la location. Ce dysfonctionnement est de plus en plus fréquent.

C?est bien de dire qu'ont construit des logements, mais il serait important d'entretenir le parc existant.

Mme Véronique DUBARRY, adjointe, présidente. - Merci, Madame MACÉ de LÉPINAY. Il n'est donc absolument pas question du 34, rue Bichat, mais M. MANO va vous répondre.

M. Jean-Yves MANO, adjoint, au nom de la 8e Commission. - J'étais effectivement étonné de la remarque sur la rue Bichat.

Sur le fond, sur l'immeuble de la S.I.E.M.P. dans le 15e arrondissement, je vais très honnêtement me renseigner. Si vous m'aviez posé la question à mon cabinet, j'aurais eu une réponse précise à vous donner aujourd'hui. J'imagine qu'il doit y avoir une raison technique de litige avec les entreprises?

Mme Hélène MACÉ de LÉPINAY. - Je vous ai écrit, vous ne m'avez jamais répondu !

M. Jean-Yves MANO, adjoint, rapporteur. - ? car sinon, je ne vois pas l?intérêt d?un bailleur à laisser l?immeuble vacant, bien évidemment car ce sont des recettes qu?il n?encaisse pas, au-delà de l?énorme attente des locataires sur le sujet.

Donc, nous allons vous répondre et regarder le plus rapidement possible les causes de cette affaire.

Sur le problème général, je peux vous donner un exemple sur "Paris Habitat" car c'est un souci que nous avions, les deux dernières années, de délais allongés.

Nous sommes passés de 114 jours de délai moyen à un délai de 92 jours. Aujourd'hui, nous avons gagné 12 jours moyens sur la relocation. Cela fait partie des objectifs de l'ensemble, notamment de "Paris Habitat". Tout le monde est mobilisé sur ce sujet. Il y a toujours des raisons techniques? évidemment, le départ anticipé d'un locataire, les travaux qui ont été projetés un peu plus tard, sans aucun doute. Tout ceci est lourd et trop lourd : nous veillons à accélérer la relocation, soyez-en bien assurée.

Mme Véronique DUBARRY, adjointe, présidente. - Merci, Monsieur MANO, pour cette explication.

Je mets donc aux voix, à main levée, le projet de délibération DLH 165.

Qui est pour ?

Qui est contre ?

Qui s'abstient ?

Le projet de délibération est adopté. (2010, DLH 165).