Précisez votre recherche (les choix sont cumulatifs) :
> PAR ANNÉE  
Decembre 2010
> PAR TYPE DE CONSEIL (MUNICIPAL / GÉNÉRAL)  
Conseil Municipal
> Type de document (Débat / Délibération)  

2010, Vœu déposé par les groupes de la majorité municipale relatif à l'avenir du Centre Bus Plaine Lagny (20e).

Débat/ Conseil municipal/ Décembre 2010


 

M. Pierre SCHAPIRA, adjoint, président. - Nous passons à l'examen de v?ux qui ne se rapportent à aucun projet de délibération.

Le v?u n° 62, relatif à l'avenir du centre de bus Plaine Lagny, 20e arrondissement, a été déposé conjointement par le groupe socialiste, radical de gauche et apparentés, le groupe "Europe Ecologie - Les Verts et apparentés" et le groupe Communiste et élus du Parti de Gauche.

La parole est à Mme DASPET, pour une minute.

Mme Virginie DASPET. - Merci.

Ce v?u a pour objet de vous alerter sur le blocage de l?opération immobilière de la R.A.T.P. sur le site du centre de bus Plaine Lagny et des chantiers attenants.

En effet, la construction de deux équipements très attendus par les habitants du quartier est également à l?arrêt, il s?agit d?une crèche de 60 berceaux et du chantier du collège Lucie Faure dont l'objet est de rassembler ses différents locaux sur un site unique.

Cette situation de blocage est pour le moins baroque, puisqu?il ne s?agit ni d'un problème technique ni de contingences financières mais du résultat d'une négligence de l'État.

Comme vous devez vous en souvenir, il y a un peu plus d?un an, au sein de ce Conseil, nous nous étions indignés du transfert de la maîtrise d?ouvrage et du patrimoine du S.T.I.F. à la R.A.T.P.

Sauf que, depuis, bien que notre position à ce sujet soit toujours aussi ferme, le décret arrêtant le partage des actifs entre le S.T.I.F. et la R.A.T.P. n'a toujours pas été promulgué.

Cette négligence est donc la cause directe des retards accumulés sur les chantiers du centre de bus Plaine Lagny.

C'est pourquoi nous demandons au Maire de Paris de saisir l'État afin que, sans attendre ce fameux décret listant les actifs du S.T.I.F., un protocole d'accord soit conclu pour permettre de débloquer ces chantiers.

Parallèlement, de fait, le centre de bus provisoire est en train de devenir durable et crée des nuisances considérables pour les riverains.

Nous demandons donc également au Maire de Paris d?interpeller la R.A.T.P. afin qu'elle fasse tout son possible pour que ces nuisances soient réduites autant que possible.

Merci.

M. Pierre SCHAPIRA, adjoint, président. - Merci, Madame.

La parole est à Annick LEPETIT.

Mme Annick LEPETIT, adjointe. - Monsieur le Président, mes chers collègues, je donne un avis très, très favorable à ce v?u.

Il est urgent en effet que l'État publie enfin les décrets en lien avec le S.T.I.F. et la R.A.T.P. pour que ce projet urbain, dans le 20e arrondissement, puisse arriver à son terme, que les équipements publics promis soient réalisés, que le réseau bus, dans ce secteur, puisse se développer, que son fonctionnement bien sûr s'améliore et que le cadre de vie des riverains, qui habitent autour du centre de bus provisoire, soit enfin restauré.

Je ne manque pas de mon côté de faire valoir aussi l'urgence à publier ces décrets, puisque la loi a été votée, je le rappelle, il y a maintenant un an. Elle avait fait d'ailleurs l'objet d'un certain nombre de commentaires, pour ne pas dire aussi d'un certain nombre de colères.

Mais, en tout état de cause, les décrets ne viennent pas et donc nous sommes bloqués. C'est au bout du compte au détriment d'un certain nombre de nos concitoyens, nous le déplorons.

M. Pierre SCHAPIRA, adjoint, président. - Merci.

Il y a une explication de vote, Laurence DOUVIN ?

Mme Laurence DOUVIN. - Merci, Monsieur le Maire.

Nous approuvons les objectifs du v?u, c'est-à-dire le contenu de l'opération qui est prévue et nous approuvons aussi la nécessité que cessent les nuisances subies par les riverains, en raison de la présence du centre de bus provisoire.

Néanmoins, nous ne pourrons pas voter ce v?u et nous nous abstiendrons parce que le premier paragraphe considère que l'amendement de la loi Araf a été voté sans débat et sans concertation.

C?est vraiment faire fi du travail des parlementaires, c'est la raison de notre abstention.

Je vous remercie.

M. Pierre SCHAPIRA, adjoint, président. - Je mets aux voix, à main levée, le v?u assorti d'un avis favorable de l'Exécutif.

Qui est pour ?

Qui est contre ?

Abstentions ?

Le v?u est adopté. (2010, V. 314).