Précisez votre recherche (les choix sont cumulatifs) :
> PAR ANNÉE  
Decembre 2010
> PAR TYPE DE CONSEIL (MUNICIPAL / GÉNÉRAL)  
Conseil Municipal
> Type de document (Débat / Délibération)  

2010, Vœu relatif au départ du semi-marathon de Paris pour les déficients visuels et athlèvementtes en situation de handicap déposé par le groupe C.I.

Débat/ Conseil municipal/ Décembre 2010


 

Mme Véronique DUBARRY, adjointe, présidente. - Nous passons maintenant à l'examen du v?u n° 79.

Mme Catherine BRUNO va poser des questions à M. VUILLERMOZ, à propos du départ de semi-marathon de Paris.

Mme Catherine BRUNO. - Merci, Madame la Présidente.

Mes chers collègues, la grande course populaire du semimarathon de Paris qui aura lieu dans un peu moins de 3 mois, le 6 mars 2011, réunira près de 30.000 participants, parmi lesquels des athlètes en situation de handicap, aussi bien en fauteuil roulant que non-voyants ou malentendants.

Afin de permettre aux personnes souffrant d?une déficience visuelle de concourir à égalité avec leurs pairs, il est prévu que celles-ci puissent participer sous la forme d'un binôme coureur-guide courant côte à côte et reliés par une cordelette d?une quarantaine de centimètres.

La présence de ce guide est essentielle puisqu'elle permet au coureur d?être informé au fur et à mesure de l?évolution physique du parcours.

Toutefois, il s'avère très difficile dans de telles courses de doubler les participants à deux de front, ce qui a pour conséquence inévitable de léser les participants non-voyants. Il serait donc souhaitable que le semi-marathon de Paris adopte le dispositif de départ anticipé déjà appliqué lors du marathon de Paris et qui permet aux personnes non-voyantes et à tous athlètes en situation de handicap de partir avec une avance de dix minutes de telle sorte qu'ils puissent éviter la cohue. Une telle pratique n?est en rien contraire à l?esprit de compétition puisque tous les concurrents sont équipés d?une puce électronique de contrôle et de chronométrage.

Nous souhaitons donc que vous demandiez à la société A.S.O., organisatrice de cet événement mais aussi du Marathon de Paris, de bien vouloir appliquer le dispositif du départ anticipé au Semi-marathon de Paris. L'événement étant placé, je cite l?article 1er du règlement de la course, sous l?égide de la Mairie de Paris, son soutien à de telles manifestations sportives doit être soumis au respect des situations de handicap.

Je vous remercie.

Mme Véronique DUBARRY, adjointe, présidente. - Merci, Madame BRUNO.

Monsieur VUILLERMOZ, vous avez la parole.

M. Jean VUILLERMOZ, adjoint. - Merci, Madame.

Je m?inscris pleinement dans l?esprit de ce v?u. Effectivement, la différence des conditions de départ des athlètes en situation de handicap au niveau du Marathon et du Semimarathon est difficilement compréhensible et acceptable, d'autant plus qu'il s'agit du même organisateur.

Je vous remercie d?avoir mis l?accent sur ce sujet, avec un v?u détaillé et précis, mais cela me donne aussi l'occasion de rappeler le cadre dans lequel sont organisés le Marathon et le Semi-marathon. Contrairement à ce que certains peuvent encore penser, la Ville n'est pas engagée dans l'organisation de ces deux événements. Je rappelle qu'A.S.O. s?est vue octroyer en mars 2009 une convention d'occupation temporaire du domaine public d'une durée de 10 ans, en vue de l'organisation du Marathon de Paris et du Semi-marathon de Paris.

A ce titre, la Ville n'apporte pas de soutien financier à l?organisateur et n?a pas le pouvoir d?intervenir dans l'organisation des deux courses, ce qui est important, car, si je suis d'accord avec l'esprit du v?u, la rédaction telle que formulée est en contradiction avec le cadre contractuel existant.

En revanche, il nous est tout à fait possible d'interpeller A.S.O. et de lui demander de reconsidérer la situation. Sans m'avancer, je pense que A.S.O. aura à c?ur de corriger cette anomalie.

Pour donner un avis favorable à ce v?u, je vous propose de modifier le mot "exiger" qui est dans la première partie par le verbe "demander" et de reformuler la phrase ainsi dans la seconde partie : "que la Ville rappelle que son soutien à une telle manifestation sportive s'appuie notamment sur le respect des situations de handicap".

Si ces amendements sont acceptés, je propose un avis favorable.

Mme Véronique DUBARRY, adjointe, présidente. - Merci, Monsieur le Maire.

Madame BRUNO, quelle est votre réponse ?

Mme Catherine BRUNO. - Bien sûr, j?accepte cet amendement.

Mme Véronique DUBARRY, adjointe, présidente. - J?en suis ravie. Nous allons pouvoir?

Monsieur MENGUY, une explication de vote ?

M. Jean-Baptiste MENGUY. - Merci, Madame le Maire.

Nous soutenons, bien évidemment, cette initiative parce que nous avons à c?ur que le sport, dans sa vocation sociale, puisse être accessible à toutes et à tous, et en particulier aux sportifs souffrant d'un handicap.

A titre d'information, juste, nous avons été en contact avec Joël LAINÉ qui est chargé chez A.S.O. de cette question.

Je crois que, par rapport à ce que vous disiez, je ne suis pas l'ambassadeur de A.S.O., mais j?imagine bien qu?ils ont à c?ur de pouvoir rendre accessible le sport dans les meilleures conditions. Cela étant, il semblerait que techniquement, cela pose un certain nombre de problèmes qui ne seront pas si faciles à résoudre.

En tout état de cause, la question leur a déjà été posée. Je suppose que vous relaierez avec efficacité la demande du Conseil de Paris et, forts de ces éléments d?information, nous voterons le v?u bien volontiers avec vous.

Mme Véronique DUBARRY, adjointe, présidente. - Merci beaucoup, Monsieur MENGUY.

Je disais donc que j?étais ravie que nous puissions adopter ce v?u et je rajouterai que les personnes en situation de handicap ne sont pas souffrantes.

Je vous remercie.

Je mets donc aux voix, à main levée, le v?u amendé par l?Exécutif.

Qui est pour ?

Contre ?

Abstentions ?

Le v?u amendé est adopté à l'unanimité. (2010, V. 323).