Précisez votre recherche (les choix sont cumulatifs) :
> PAR ANNÉE  
Decembre 2010
> PAR TYPE DE CONSEIL (MUNICIPAL / GÉNÉRAL)  
> Type de document (Débat / Délibération)  

2010, Vœu concernant l'organisation du marché de Noël sur les Champs-èvementlysèvementes déposé par le groupe U.M.P.P.A.

Débat/ Conseil municipal/ Décembre 2010


 

M. Pierre SCHAPIRA, adjoint, président. - Le v?u n° 53, concernant l'organisation du marché de Noël sur les Champs-Elysées, a été déposé par le groupe U.M.P.P.A.

La parole est à M. François LEBEL, U.M.P.P.A., pour une minute.

M. François LEBEL, maire du 8e arrondissement. - Merci, Monsieur SCHAPIRA.

Je vais m'adresser à Mme COHEN-SOLAL pour lui dire et pour dire à tous nos collègues que nous sommes évidemment tous ou que nous avons tous été un jour amateurs de fête foraine, et ceci, quel que soit notre âge.

La fête foraine, c?est une fête populaire qui s'adresse aux 7 à 77 ans, c'est évident.

Mais la question que je pose est la suivante : la fête foraine a-t-elle sa place partout ?

Or, sur les Champs-Elysées, qui est censée être la plus belle avenue du monde, vous avez autorisé la mise en place non pas d'un marché de Noël au sens du terme qu'il peut avoir, par exemple, à Strasbourg ou à Vienne en Autriche, mais d'une fête foraine à laquelle il ne manque même pas le camping sauvage dans les jardins, les caravanes, les camping-cars et les barbecues, sans compter les stationnements anarchiques jusque dans les allées des jardins des Champs-Elysées.

Je peux vous dire, bien que je n?en aie pas été témoin, que probablement jamais depuis que les cosaques ont campé en 1815 dans les jardins des Champs-Elysées, ceux-ci ont été plus mal traités !

Parlons maintenant de ce que proposent les vendeurs qui sont installés dans les chalets ; chalets qui, par ailleurs, ne sont pas contestables puisqu'à l'époque c'était le Comité des Champs-Elysées, les élus qui avaient imposé une norme pour que ces chalets présentent un aspect convenable.

Ces chalets proposent des produits qui n'ont rien à voir avec un marché de Noël et qui, une fois de plus, se rapportent plus à la fête foraine qu'à autre chose.

Mis à part quelques-uns de ces commerces qui nous proposent des produits artisanaux intéressants, et locaux si je puis dire, d'autres qui sont malheureusement beaucoup plus nombreux n'ont pas leur place sur un marché de Noël des Champs-Elysées qui devrait être a priori le plus beau, le plus exemplaire de tous les marchés de Noël de France et, en tout cas, se rapprocher de ceux de Strasbourg ou d?autres villes beaucoup plus modestes, d?Alsace ou d?ailleurs.

M. Pierre SCHAPIRA, adjoint, président. - Il faut conclure, Monsieur le Maire.

M. François LEBEL, maire du 8e arrondissement. - 2 minutes 33 !

M. Pierre SCHAPIRA, adjoint, président. - Vous n?aviez qu?une minute.

M. François LEBEL, maire du 8e arrondissement. - Un marché de Noël sur les Champs-Elysées ne peut être une fête à Neu-Neu et les marchands de churros, de kebabs ou les baraques à frites n?y ont pas leur place. Je le dis ici, comme je l'ai dit avant, sans que ce soit d?ailleurs là une attaque contre les Espagnols, les Turcs ou les Belges !

(Brouhaha).

Monsieur le maire, ces marchands n'ont pas leur place sur un marché de Noël aux Champs-Elysées. Il faut que les Champs-Elysées restent la plus belle avenue du monde et le symbole, avec la Tour Eiffel, de Paris pour tous les touristes du monde entier. Ce n'est absolument pas ce qui se passe actuellement.

C'est pourquoi je demande que l'année prochaine la Mairie de Paris exerce un droit de regard sur les commerces qui seront acceptés dans les chalets du marché de Noël des Champs-Elysées. Cela a déjà été demandé l'année dernière, je le redemande cette année une fois de plus et je vous en remercie.

M. Pierre SCHAPIRA, adjoint, président. - Merci, Monsieur LEBEL.

Je voulais simplement vous dire que je vous ai laissé le temps de parole de 3 minutes et des poussières mais, et c'est bon pour tout le monde, sur un v?u non rattaché, c'est une minute. C'est le règlement.

Pour la prochaine fois !

La parole est à Mme COHEN-SOLAL.

Mme Lyne COHEN-SOLAL, adjointe. - Merci, Monsieur le Maire.

Je ne répondrai pas à M. LEBEL que je n?étais pas là le jour où les cosaques ont campé dans les jardins des Champs-Elysées et il me racontera peut-être s?ils avaient un couteau entre les dents, mais moi, ce que je sais, c'est que le samedi après-midi il y a 50.000 personnes qui viennent sur les Champs-Elysées, qui ne venaient pas au moment de Noël, surtout dans les jardins, qui sont un endroit dans lequel il ne se passait rien ou très peu de choses en ce moment de fête.

Ce qui est important et ce que demandaient les commerçants des Champs-Elysées, en proposant d'abord ce marché de Noël, c?est qu?il y ait plus de monde sur les Champs-Elysées. Personnellement, j?y suis allée, y compris le samedi soir, et les familles, les gens qui se promènent sur le bas des Champs-Elysées, dans le jardin, à travers les chalets dont vous parlez, remontent sur les Champs-Elysées, vont acheter dans les magasins des Champs-Elysées, donc c'est un apport supplémentaire pour les commerçants des Champs-Elysées. Et tant mieux ! C?est fait pour cela.

La Ville de Paris n'a pas la prétention de faire le marché de Noël de Strasbourg qui est une tradition et n'a pas la prétention de faire la braderie de Lille, elle n?a pas la prétention de refaire les lumières de Lyon, chacun a sa spécialité. La Ville de Paris, en bas des Champs-Elysées, a simplement procédé à un appel d?offres, comme vous l?aviez demandé, et on l?a fait, Monsieur LEBEL, pour animer de manière festive et commerciale le bas des Champs-Elysées pendant les fêtes de Noël.

Il y a eu un seul candidat qui a répondu à cet appel d'offres. Nous avons donc pris ce candidat, nous l'avons encadré avec un cahier des charges que les services de la Ville ont effectivement essayé de faire respecter au mieux. Il peut y avoir des défauts, il peut y avoir des qualités, je ne sais pas, nous le jugerons à la fin, mais nous avons fait au mieux. Je ne juge pas chaque produit parce que ce n'est pas moi qui vais acheter et je n'ai pas, comme vous, une idée extrêmement précise de ce que doit être un marché de Noël. Moi, ce que je sais, c'est que les gens viennent, qu?ils ont l'air heureux de venir. Ils viennent en famille. Et globalement, les commerçants s'y retrouvent et, surtout, surtout, les Parisiens et les touristes ont l?air très contents de s?y promener.

Je pense que, pour l'année prochaine, on pourrait sans doute encore améliorer le stationnement des camions, la façon dont on organise les fluides, la façon dont on approche certains commerces, bien entendu : tout doit progresser, surtout que nous avons passé ce marché pour un an seulement.

Nous verrons évidemment avec les services à la fin de cette fête comment les choses se sont passées, et nous essaierons encore d?améliorer pour l'année prochaine.

Mais franchement, ne voyez pas toujours tout en noir. Je pense que de temps en temps, il est bon que tout le monde ait l'accès aux Champs-Élysées, que ce soit les gens qui ont beaucoup de moyens, les gens qui ont moins de moyens, les gens qui passent à Paris, ou de vrais habitants de Paris.

Merci beaucoup.

Donc, j'ai un avis défavorable.

(Applaudissements sur les bancs des groupes socialiste, radical de gauche et apparentés, Communiste et élus du Parti de Gauche et EELVA).

M. Pierre SCHAPIRA, adjoint, président. - Merci, Madame.

Pour une explication de vote, je donne d'abord la parole à M. le président GAREL.

M. Sylvain GAREL. - Effectivement, je ne suivrai pas M. LECOQ sur ses appréciations xénophobes de : "Il faut de l'artisanat?

M. Georges SARRE, adjoint. - M. LEBEL !

M. Sylvain GAREL. - Excusez-moi... M. LEBEL.

M. LEBEL, sur ses appréciations concernant l?artisanat français et le fait qu'il ne faudrait que l?on ne vende que des produits français parce que c?est une dérive? Bientôt, vous allez nous dire qu?il ne faut que des Français qui viennent sur le bas des Champs-Élysées pour acheter ces produits.

Par contre, quelque chose m?a beaucoup choqué sur ce marché de Noël, c'est l?attraction centrale, qui s?appelle "Ice Magic", puisqu'on apprend que 450 tonnes de glace ont été apportées de Laponie en bateau pour faire ces sculptures et qu'il faut huit groupes électrogènes pour maintenir à température cette glace pendant plus de deux mois.

On ne peut pas d'un côté demander aux Parisiennes et aux Parisiens de faire des économies d'énergie, de faire attention à ne pas gaspiller l?énergie et d'autre part, faire des animations qui provoquent autant de gaspillage d'énergie.

Donc, je souhaiterais que l'année prochaine, s'il y a des animations, ce à quoi je ne m'oppose pas, que ce soit des animations compatibles avec le Plan Climat, parce qu'on ne peut pas dire aux gens : faites ce que je vous dis, mais ne faites pas ce que je fais ou ce que j'autorise.

Je vous remercie.

M. Pierre SCHAPIRA, adjoint, président. - Merci.

Il y a une autre explication de vote : le président POZZO di BORGO.

M. Yves POZZO di BORGO. - Je regrette que Mme COHEN-SOLAL l?ait pris de cette façon-là.

D?abord, je lui rappelle que les cosaques, c'était plutôt les Russes blancs et donc il n?avaient pas du tout le couteau dans les dents, historiquement, il faudrait peut-être revoir cela.

Deuxièmement, quand ils étaient là en 1814, c?était plutôt une occupation des alliés contre Napoléon, donc ce n'était pas du tout une tension comme vous avez l'air de le dire.

Je suis allé sur les Champs-Élysées ce week-end et c?est vrai que ce n'est pas désagréable, mais je rejoins un peu la position du maire. Madame COHEN-SOLAL, plutôt que d?avoir une position un peu brutale comme vous l'avez, il serait plus intéressant de regarder l'année prochaine le cahier des charges et tenir compte de ces remarques. C'est important.

On avait l'impression que c'était un peu conflictuel ; c'est plus dans ce sens-là que nous soutiendrons cette position.

M. Pierre SCHAPIRA, adjoint, président. - Merci.

Monsieur LEBEL, vous avez demandé une petite intervention.

M. François LEBEL, maire du 8e arrondissement. - Très courte, puisque M. GAREL a cru pointer chez moi certaine haine de l'étranger, c'est cela ?

J'ai noté par contre sa francophobie, qui est bien digne de l?internationaliste trotskyste qu'il est?

(Réactions dans l?hémicycle).

Cela étant?, cela étant?, si je peux terminer.

M. Pierre SCHAPIRA, adjoint, président. - Je vous en prie.

M. François LEBEL, maire du 8e arrondissement. - M. GAREL n'a pas tort quant à la présence de ces groupes électrogènes diesels qui sont, je le rappelle, interdits par un arrêté interministériel depuis plusieurs années et qui, malgré tout, ont reçu l'autorisation de la mairie de Paris, ce que je trouve quand même un peu bizarre.

M. Pierre SCHAPIRA, adjoint, président. - Je mets aux voix, à main levée, le v?u après toutes ces explications historiques, même, avec un avis défavorable de l'Exécutif.

Qui est pour ?

Qui est contre ?

Abstentions ?

Le v?u est rejeté.