Précisez votre recherche (les choix sont cumulatifs) :
> PAR ANNÉE  
Decembre 2010
> PAR TYPE DE CONSEIL (MUNICIPAL / GÉNÉRAL)  
> Type de document (Débat / Délibération)  

Condoléances.

Débat/ Conseil municipal/ Décembre 2010


 

M. LE MAIRE DE PARIS. - M. Claude Roux, ancien Député, ancien Conseiller général de la Seine, ancien Conseiller de Paris, est décédé le 7 octobre 2010.

(Les conseillers se lèvent).

Avocat, M. Roux, fit partie, en 1954, du cabinet du Secrétaire d'État aux P.T.T. du Gouvernement Pierre Mendès-France.

Il fut ensuite élu, sous l'étiquette U.N.R., Député du 15e arrondissement de Paris en 1958 et réélu constamment jusqu'en 1978.

Il siégea dans notre Assemblée de 1965 à 1977. Il était membre de la Commission de la jeunesse et des sports et de la Commission du travail et du chômage de 1965 à 1971 et il siégea à la Commission des affaires culturelles et à la Commission du règlement de 1971 à 1977.

En outre, il présida l'Institution interdépartementale des barrages-réservoirs de 1974 à 1977.

Au nom du Conseil de Paris et en mon nom personnel, je veux exprimer à sa famille et à ses proches les condoléances de notre Assemblée.

(L'Assemblée, debout, observe une minutes de silence).

Nous avons appris aussi la disparition survenue le 10 novembre de Bernard Guyomard, ancien Sénateur, ancien Conseiller de Paris et adjoint au Maire.

(Les Conseillers se lèvent).

Administrateur civil, M. Guyomard fut directeur du cabinet du Président du Sénat de 1972 à 1989, ainsi que directeur de cabinet du Président de la République par intérim, Alain Poher, en 1974.

Il fut élu Conseiller de Paris dans le 17e arrondissement en 1983 et réélu en 1989. Il siégea sur les bancs du groupe "Paris Liberté". Durant cette période, il fut adjoint au Maire du 17e arrondissement et, de 1983 à 1989, adjoint au Maire de Paris.

Par ailleurs, il fut Conseiller régional d'Ile-de-France de 1983 à 1986.

Au nom du Conseil de Paris et en mon nom personnel, j?exprime à l?ensemble de sa famille et à tous ses proches les condoléances de notre Assemblée.

(L'Assemblée, debout, observe une minute de silence).

Enfin, mes chers collègues, nous avons appris avec beaucoup de tristesse la disparition survenue le 11 novembre dernier de Manuel Diaz, ancien Maire de Millau, ancien Conseiller de Paris, ancien adjoint au Maire de Paris.

(Les Conseillers se lèvent).

Fils de républicains espagnols qui s'installèrent à Millau en 1936, il demeura toujours très attaché à cette ville et au Département de l?Aveyron.

Durant la Seconde guerre mondiale, il participa activement à la Résistance et combattit dans l'armée d'Afrique en qualité de sous-lieutenant d'infanterie.

Après avoir milité durant 25 ans à la S.F.I.O., il rejoignit en 1973 le Mouvement des radicaux de gauche dont il devint membre du bureau national en 1975.

Ensuite, il adhéra au parti radical valoisien dont il fut vice-président.

En 1983, M. Diaz fut élu Conseiller de Paris dans le 17e arrondissement, réélu en 1989 et en 1995. Il siégea sur les bancs du groupe "Rassemblement pour Paris".

Il fut adjoint au Maire de Paris de 1984 à 2001, en charge des anciens combattants.

Manuel Diaz laisse le souvenir d'un homme généreux, fidèle à des convictions profondément républicaines, attaché à une certaine idée du bien commun et, j'en témoigne, une idée du bien commun qui dépassait les clivages partisans.

Au nom du Conseil de Paris et en mon nom personnel, je veux exprimer à l'ensemble de sa famille et à tous ses proches les condoléances de notre Assemblée.

(L'Assemblée, debout, observe une minute de silence).

Je vous en prie, Madame?

Mme Fabienne GASNIER. - Monsieur le Maire, Monsieur le Préfet, mes chers collègues.

Le 10 novembre dernier, Bernard Guyomard nous quittait. Il me revient aujourd'hui au nom du groupe "Centre et Indépendants" le douloureux privilège d'évoquer la mémoire d'un homme qui a été pour nous un exemple.

Entré très tôt au M.R.P., il afficha ses convictions européennes et centristes tout au long de sa vie publique qu'il entama par la carrière administrative avant d'être attiré par la vie politique, tout d'abord au Sénat pendant de longues années, auprès du Président Alain Poher dont il fut le directeur de cabinet et qu?il suivit par deux fois dans l'exercice de l'intérim de la présidence de la République.

En 1989, il devint Sénateur de Paris, Vice-président du groupe de l'union centriste et développa en sa qualité de législateur ses compétences au sein de la Commission des affaires étrangères, de la défense et des forces armées, dont il fut rapporteur pour avis du budget.

Elu du 17e arrondissement, adjoint au Maire du 17e, il était ancré dans la vie locale et très à l'écoute de ses habitants dont il fut le porte-parole au Conseil de Paris.

Conseiller de Paris, adjoint au Maire de Paris, Conseiller régional, il s?est souvent battu dans cette enceinte pour défendre "son 17e".

Humaniste, nous conserverons de lui l'image d'un homme ayant une influence discrète mais réelle et certaine, dont les jugements étaient toujours respectés et empreints d'équité.

C'est en perpétuant ses convictions européennes et centristes que nous apporterons le meilleur hommage à sa mémoire.

Je vous remercie.

M. LE MAIRE DE PARIS. - Merci beaucoup, Madame.

Je crois que Mme DUMAS souhaite aussi dire quelques mots.

Mme Catherine DUMAS. - Merci, Monsieur le Maire.

Monsieur le Maire, mes chers collègues, je me fais le porte parole de notre groupe pour rendre aujourd'hui un hommage à un ancien élu de Paris mais aussi à un ami, je veux parler de Manuel Diaz.

Manuel Diaz, fils de réfugiés républicains espagnols, vous l'avez dit, était arrivé en Aveyron à l'âge de 15 ans.

Il fut le Maire de Millau entre 1977 et 1983 et s'investit énormément dans cette ville, notamment par le jumelage avec la ville espagnole de ses racines, Sagonte.

En 1983, Manuel Diaz devient élu de Paris du 17e arrondissement jusqu'en 2001.

Il a été notamment adjoint au Maire de Jacques CHIRAC puis de Jean TIBÉRI en 1995.

Grande figure du parti radical, membre éminent de son bureau national, il était encore il y a peu le conseiller très apprécié de Jean-Louis BORLOO.

Enfin, parallèlement à une vie politique intense, il a été un pionnier du monde des travaux publics avec une très grande réussite professionnelle.

Manuel ne s'engageait pas à la légère, c'était un homme de confiance, un homme généreux, sur lequel on pouvait compter.

Il allait jusqu'au bout de ses responsabilités, n?acceptait ni compromis ni défaite, toujours avec le sourire.

Aujourd'hui, le Conseil de Paris a perdu un ami très cher et nous exprimons notre tristesse et présentons nos condoléances à sa famille.

M. LE MAIRE DE PARIS. - Merci, Madame.