Précisez votre recherche (les choix sont cumulatifs) :
> PAR ANNÉE  
Decembre 2010
> PAR TYPE DE CONSEIL (MUNICIPAL / GÉNÉRAL)  
> Type de document (Débat / Délibération)  

2010, Vœu déposé par le groupe socialiste, radical de gauche et apparentés relatif à la plaque commémorant l'attentat de la rue des Rosiers.

Débat/ Conseil municipal/ Décembre 2010


 

M. Jean VUILLERMOZ, adjoint, président. - Nous allons maintenant examiner le v?u n° 112 du groupe socialiste, radical de gauche et apparentés relatif à la plaque commémorant l'attentat de la rue des Rosiers.

Je donne la parole à Karen TAÏEB, pour une minute.

Mme Karen TAÏEB. - Merci, Monsieur le Maire.

Les murs de Paris sont témoins de son histoire, ceux de la rue des Rosiers sont à jamais meurtris par le tragique attentat antisémite du 9 août 1982. Tout le monde s?en souvient, à l?heure du déjeuner, une grenade est lancée dans le célèbre restaurant de la rue des Rosiers, chez Jo Goldenberg. Le bilan est terrible : 6 morts et 22 blessés.

Depuis quelques années, le restaurant mythique de la cuisine juive polonaise a été vendu. En lieu et place se trouve une boutique de vêtements, et la plaque qui commémorait l'attentat meurtrier a disparu depuis mars 2007 et n?a toujours pas été remplacée malgré les demandes successives.

C'est pourquoi je propose ce v?u, afin qu'une nouvelle plaque soit replacée en urgence, et j'insiste sur le mot "urgence", soit sur le mur de la boutique, soit sur un poteau à proximité de l'endroit où a eu lieu le terrible attentat, en attendant l'accord des nouveaux propriétaires.

Je vous remercie.

Me M. Jean VUILLERMOZ, adjoint, président. - Merci, Madame.

Monsieur GIRARD, vous avez la parole.

M. Christophe GIRARD, adjoint. - J?associerai Dominique BERTINOTTI, maire du 4e arrondissement, dont je suis l'adjoint à la mémoire dans le 4e arrondissement et, en effet, dans un échange avec Karen TAÏEB, j'ai vraiment suggéré que l'on puisse avancer beaucoup plus vite. Philippe LAMY, au cabinet du Maire en charge du dossier en est tout à fait conscient.

La plaque était une plaque privée. Ce n'était pas une plaque apposée par la Ville. Elle a été enlevée à la suite de travaux du restaurant, qui n'existe plus, comme vous le savez, et qui a été remplacé par une boutique de vêtements.

En 2008, le Maire de Paris a exprimé son souhait qu?une plaque rappelant cette tragédie soit apposée sur la façade de l'immeuble. Depuis, les contacts entre la Direction des affaires culturelles et le syndic de l'immeuble ont été multiples, mais avec, je dois dire, des réticences du côté de l'immeuble et des propriétaires privés.

Nous sommes en attente de l'accord écrit du propriétaire du nouveau magasin qui ne devrait plus tarder, pour que nous puissions délibérer et apposer enfin cette plaque que la Ville de Paris prendra en charge, bien entendu.

Donc, nous sommes compétents. Nous avons agi, à la fois dans le 4e arrondissement, c'est pourquoi je souhaite associer Dominique BERTINOTTI, Karen TAÏEB, un certain nombre d?élus et le Maire de Paris, le premier qui avait réclamé que cette plaque soit apposée, mais nous touchons là à un lieu qui est privé et pour lequel nous devons avoir l'accord du propriétaire. Si, par hasard, nous n'avions pas l'accord du propriétaire, nous devrions à ce moment-là peut-être trouver une solution sur l?espace public par l?installation ou l?érection d?un élément d?information, comme cela a été fait, par exemple, pour Mehdi Ben Barka.

L?avis est favorable au v?u présenté par Mme TAÏEB.

M. Jean VUILLERMOZ, adjoint, président. - Merci.

Donc, vous donnez un avis favorable à ce v?u.

Monsieur CORBIÈRE ?

M. Alexis CORBIÈRE. - Pour une explication de vote au nom du groupe Communiste et Parti de gauche, non seulement nous soutenons ce v?u et nous remercions Karen TAÏEB d'être revenue sur ce sujet. Nous insistons sur ce que vient de dire Christophe GIRARD, si, dans les plus bref délais, aucune solution n'est trouvée avec le propriétaire, l'espace public doit accueillir une telle plaque et, vous avez raison, pour aller au plus vite.

Donc, nous votons et nous attendons effectivement, comme l?a dit Christophe que, dans les plus brefs délais, quelque chose soit fait.

M. Jean VUILLERMOZ, adjoint, président. - Oui, comme je l?avais demandé pour Ben Barka.

Madame TAÏEB ?

Mme Karen TAÏEB. - C?est exactement ce qui est demandé dans le v?u, je vous remercie.

M. Jean VUILLERMOZ, adjoint, président. - Je mets aux voix, à main levée, le v?u assorti d'un avis favorable de l'Exécutif.

Qui est pour ?

Qui est contre ?

Abstentions ?

Le v?u est adopté à l'unanimité. (2010, V. 338).