Précisez votre recherche (les choix sont cumulatifs) :
> PAR ANNÉE  
Juillet 2009
> PAR TYPE DE CONSEIL (MUNICIPAL / GÉNÉRAL)  
> Type de document (Débat / Délibération)  

2009, Vœu déposé par le groupe "Les Verts" relatif à la coopération internationale de la Ville de Paris et à la sécurité routière.

Débat/ Conseil municipal/ Juillet 2009


 

M. Bernard GAUDILLÈRE, adjoint, président. - Nous passons au dernier v?u rapporté par M. SCHAPIRA, il s'agit du v?u référencé n° 72 dans le fascicule, déposé par le groupe "Les Verts", relatif à la coopération internationale de la Ville de Paris et à la sécurité routière.

La parole est à M. le Président GAREL.

M. Sylvain GAREL. - Merci, Monsieur le Maire.

Vous avez peut-être lu comme moi - et j'ai été effaré en lisant cela il y a quelques semaines - un rapport de l'Organisation mondiale de la santé, qui pour la première fois s'est penchée sur les conséquences de la violence routière au niveau mondial.

Les chiffres qui sont publiés sont absolument terrifiants. 1,2 million de morts, 20 à 50 millions de blessés chaque année dans le monde, avec deux points qui sont extrêmement importants dans ces calculs, c'est que 90 % de ces victimes se trouvent dans des pays pauvres et que l'essentiel des personnes qui sont blessées ou tuées sur les routes sont des piétons et des cyclistes. On a là une situation tout à fait incroyable.

Il faut savoir que, dans ce même rapport, il est dit qu'entre 20 et 49 ans, c'est la deuxième cause de mortalité chez les hommes dans le monde. Donc, la violence routière - et ses conséquences - est tout à fait dramatique.

Cela m'a donné l'idée que la Ville, parce qu'elle a réussi à faire baisser, comme dans la France entière, d'une façon considérable ces conséquences dans notre pays et dans notre ville... Je vous rappelle qu'en France, en 1973, il y avait encore 16.000 morts par an. On est aujourd'hui tombé à un peu plus de 4.000 et on pourrait encore d'ailleurs faire diminuer ce chiffre. Donc, on peut faire baisser, d'une façon extrêmement importante, le nombre de victime sur les routes.

Je pense que la Ville qui a une expertise, qui a des ingénieurs, qui a des techniciens pourrait, via l'A.I.M.F, proposer une nouvelle sorte de coopération internationale pour faire baisser les conséquences de la violence routière dans les villes avec lesquelles nous travaillons dans l'hémisphère sud.

Je vous remercie.

M. Bernard GAUDILLÈRE, adjoint, président. - Merci, Monsieur le Président.

La parole est à M. SCHAPIRA pour vous répondre.

M. Pierre SCHAPIRA, adjoint. - Merci, Monsieur le Président, Monsieur le Maire.

Effectivement, je ne reviens pas sur ce que vous avez dit concernant les accidents qui sont extrêmement nombreux. Evidemment, je suis favorable pour que la proposition soit faite aux membres de l'A.I.M.F au prochain bureau.

Je dois dire que comme cela m'a intéressé, ce que vous disiez en cette 9e commission, j'ai interrogé l'A.I.M.F et, effectivement, il y a déjà eu ce genre d'actions qui ont été abandonnées, je ne sais pas pourquoi. Cela m'a permis de découvrir.

Sur ce point, on pourrait d'ailleurs s'inspirer, avec l'Association internationale des maires francophones, d'une initiative qu'elle avait prise - c'est de cela que je parlais - avec la municipalité de Bamako. Il s'agissait de la formation des chauffeurs de taxis qui s'étaient vu ensuite attribuer un certificat, enfin, bref. Donc, Il y avait toute une action de formation des chauffeurs.

Je suis évidemment entièrement d'accord pour relancer ces projets qui avaient eu lieu il y a quelques années.

M. Bernard GAUDILLÈRE, adjoint, président. - Je mets aux voix, à main levée, la proposition de v?u déposée par le groupe "Les Verts", assortie d'un avis favorable de l'Exécutif.

Qui est pour ?

Contre ?

Abstentions ?

La proposition de v?u est adoptée. (2009, V. 241).