Précisez votre recherche (les choix sont cumulatifs) :
> PAR ANNÉE  
Juillet 2009
> PAR TYPE DE CONSEIL (MUNICIPAL / GÉNÉRAL)  
> Type de document (Débat / Délibération)  

2009, Vœu déposé par Mme Brigitte KUSTER, M. Hervé BENESSIANO et les élus du groupe U.M.P.PA. relatif au manque de personnel et de gardiennage dans l'enceinte du parc Martin Luther King. Vœu déposé par Mme Brigitte KUSTER, M. Jérôme DUBUS et les élus du groupe U.M.P.PA. relatif au manque de personnel et de gardiennage dans le square Emile Borel. Vœu déposé par l'Exécutif.

Débat/ Conseil municipal/ Juillet 2009


 

M. Jean VUILLERMOZ, adjoint, président. - Je vous propose d'examiner les v?ux référencés nos 96 et 97 dans le fascicule, déposés par le groupe U.M.P.P.A. et le v?u référencé n° 97 bis déposé par l'Exécutif, relatifs à la sécurité dans deux espaces verts du 17e.

Je donne la parole à M. Hervé BENESSIANO.

M. Hervé BENESSIANO. - Si vous me permettez, je vais présenter les v?ux nos 96 et 97 dans la foulée, puisque l'objet est à peu près le même.

Le v?u n° 96 : depuis l'ouverture du parc Martin Luther King, l?insécurité due aux phénomènes de bandes, les agressions verbales et parfois physiques dont ont été victimes des femmes seules, souvent, et les jeunes ados qui fréquentent régulièrement le parc, ont pour conséquence de créer un climat tel que la population locale hésite de plus en plus à s'y rendre à certaines heures de la journée comme les fins de matinée ou surtout, les fins d'après-midi et les week-ends.

C'est pourquoi les élus du groupe U.M.P.P.A. vous demandent que les équipes d'agents d'accueil et de surveillance, les A.A.S., qui ont pour mission de faire respecter le règlement des parcs et promenades, soient renforcées et sédentarisées sur le parc Martin Luther King.

Par ailleurs, que les effectifs de la D.P.P. soient déployés et présents sur les grands parcs et jardins de l'arrondissement, notamment sur le parc Martin Luther King, et notamment, comme je l'indiquais, en fin d'après-midi et pendant les weekends.

Je vous présente le v?u n° 97 en même temps : cela permettra peut-être à Georges SARRE de nous faire une réponse globale.

M. Jean VUILLERMOZ, adjoint, président. - Si possible, assez rapidement. Je vous rappelle qu?il y a une cérémonie pour les Comoriens, l?avion?

M. Hervé BENESSIANO. - Le v?u n° 97 concerne le manque de personnel et de gardiennage dans le square Emile Borel.

De nombreux riverains constatent des dégradations au sein du square et un climat d'insécurité. L'absence régulière d'équipages de la D.P.P. de la Mairie de Paris au sein de cet espace vert qui n'est toujours pas fermé chaque soir comme tous les squares de Paris, sous prétexte que quelques individus s?y opposent, la livraison prochaine du nouveau square de la rue André-Bréchet, qui devra être fermé chaque soir et qui comportera une clôture de moins de 1,5 mètre, ce qui nécessitera donc une attention particulière ; pour toutes ces raisons, les élus du groupe U.M.P.P.A. vous demandent :

Premièrement, que les équipes d'agents d'accueil et de surveillance, les A.A.S., qui ont pour mission de faire respecter le règlement des parcs et promenades, soient renforcées sur ce secteur ;

Deuxièmement, qu?en attendant l'attribution en 2010 de correspondants de nuit souhaités par la municipalité du 17e arrondissement et les nombreux partenaires du contrat local de sécurité de l?arrondissement, notamment dans le secteur G.P.R.U. "Porte Pouchet", des patrouilles de nuit d?agents de la D.P.P. puissent être déployés chaque soir au sein du square Emile Borel.

M. Jean VUILLERMOZ, adjoint, président. - Merci.

La parole est à M. Georges SARRE.

M. Georges SARRE, adjoint. - Merci, Monsieur le Maire.

Je serai aussi complet que possible, et c'est pourquoi je répondrai distinctement aux deux questions.

Tout d'abord, la question du 17e arrondissement qui est présentée au départ par Mme Brigitte KUSTER.

Je suis prêt à examiner avec les élus de l'arrondissement les problèmes qui ont été soulignés et être aux côtés de ceux-ci pour faire reculer l'insécurité dans les espaces verts du 17e arrondissement.

Mais les v?ux que vous déposez sont inutilement accusatoires à l'endroit des services municipaux.

Il ne faut pas confondre les prérogatives de la Ville et celles de la police nationale. La Ville est prête à assumer toutes ses responsabilités mais rien que ses responsabilités.

Il y a de vrais problèmes d'insécurité dans le parc Martin Luther King, des problèmes graves, de violences, d'attroupements armés, qui appellent un renforcement de la présence de la police nationale. Je dis bien "de la police nationale".

La DPP est naturellement prête à concourir à des actions coordonnées, mais pas à se substituer à la police. Elle n'en a pas les prérogatives juridiques, elle n'en a pas la formation.

Et dois-je rappeler qu'en dehors du bâton de défense, nos inspecteurs ne sont pas armés ? C'est d'ailleurs très bien ainsi.

Quant au square Emile Borel, ce sont des opérations de prévention situationnelle qui sont les plus urgentes sur la base de l'audit réalisé par la DPP et je souhaite qu'elles soient mises en ?uvre. Nous pouvons aussi y prévoir des opérations coordonnées DPP/police.

Je suggère qu'une cellule de veille du conseil de sécurité d'arrondissement, puisqu'il est en place, puisse mobiliser tous les partenaires sur les problématiques particulières des espaces verts.

Je vous propose donc un v?u de l'Exécutif qui me paraît factuel, de bonne volonté et, en même temps, qui ne prétend pas faire des inspecteurs de sécurité de la Ville de Paris ni des agents d'accueil et de surveillance, des substituts aux effectifs de la police nationale.

Je vous remercie.

M. Jean VUILLERMOZ, adjoint, président. - Merci.

M. Georges SARRE, adjoint. - Je demande un vote sur le v?u de l'Exécutif.

M. Jean VUILLERMOZ, adjoint, président. - Oui. Déjà, dans un premier temps, Monsieur BENESSIANO, retirez-vous vos v?ux ?

M. Hervé BENESSIANO. - J'ai vu le v?u proposé par l'Exécutif, le n° 97 bis. Je considère qu'il va dans un bon sens : demander de travailler davantage entre D.P.P., mairie d'arrondissement et commissariats me paraît être une bonne chose, si ce n'est que je dirais simplement d'un mot à M. SARRE : vous avez raison, la sécurité doit être assurée par la police nationale à partir d'un certain niveau.

Ce qui n'empêche pas qu'aujourd'hui, il n'y a pas au niveau de la D.P.P. la présence minimale qui est attendue. Là aussi, il faut que chacun prenne toutes ses responsabilités, la police nationale, bien entendu, mais également les services de la Ville de Paris. Aujourd'hui, des gardiens de square sont seuls face à la situation et, je peux déjà le dire, lorsqu'il en est fait appel, la police nationale intervient de manière ponctuelle.

Il faudra sûrement qu'il y ait une meilleure organisation. Je crois que c'est dans ce sens que va votre v?u, que j'ai lu attentivement, le n° 97 bis.

A ce titre-là, nous retirerons nos deux v?ux, n° 96 et n° 97, adopterons le n° 97 bis mais, encore une fois, à titre conservatoire et nous verrons si la pratique simplement et l'exécution de ce v?u n° 97 bis suffit à répondre à l'attente de la population des quartiers nord du 17e arrondissement.

M. Jean VUILLERMOZ, adjoint, président. - Merci, Monsieur BENESSIANO.

Je mets aux voix, à main levée, le projet de v?u déposé par l'Exécutif.

Qui est pour ?

Contre ?

Abstentions ?

Le projet de v?u est adopté. (2009, V. 254).