Précisez votre recherche (les choix sont cumulatifs) :
> PAR ANNÉE  
> PAR TYPE DE CONSEIL (MUNICIPAL / GÉNÉRAL)  
> Type de document (Débat / Délibération)  

25 - 1995, D. 1631- Autorisation à M. le Maire de Paris de déposer le permis de construire visant la modification du parc de stationnement public de la porte Maillot (17e).- Autorisation à M. le Maire de Paris de consentir le dépôt par la Société immobilière du Palais des Congrès de permis de construire et de démolir visant l'extension du Palais des Congrès (17e).

Débat/ Conseil municipal/ Novembre 1995




M. Gérard LEBAN, adjoint, président.- Nous abordons l'examen du projet de délibération D. 1631 portant sur le parc de stationnement public de la porte Maillot et sur l'extension du Palais des Congrès (17e).
Madame SCHNEITER, vous avez la parole.

Mme Laure SCHNEITER.- Il s'agit d'un permis de construire et de démolir visant l'extension du Palais des Congrès.
Ce projet comporte l'extension de la façade du Palais des Congrès, l'extension des surfaces d'exposition et de commerces, des parkings, ainsi que la création d'une salle de congrès supplémentaire.
Après l'annulation de la Z.A.C. "Porte Maillot" lors de la réunion de concertation du 25 avril 1994, l'Association de défense de la porte Maillot avait demandé à la Ville d'abandonner définitivement l'idée d'une Z.A.C. "Porte Maillot". La réponse, notamment de M. BLOT, directeur de la Société du Palais des Congrès "on ne pourra pas sortir de la Z.A.C.", avait suscité un tollé dans la salle, et peut-être à cause des élections à venir, il n'en n'avait plus été question. Un an et demi après, vous nous proposez une extension importante du Palais des Congrès. Je voudrais tout d'abord m'assurer que cette opération "Porte Maillot" n'est pas la mise en chantier "déguisée" d'une nouvelle Z.A.C.
Pouvez-vous maintenant me donner l'assurance que le Palais des Congrès est sorti de la Z.A.C. ? Dans ce projet, ce qui inquiète les habitants, c'est tout d'abord la laideur de la maquette, même si c'est un argument subjectif.
Je ne sais pas si M. ASSOUAD est dans cette salle ; j'aimerais bien qu'il vienne à mon secours, puisqu'il trouve que les bâtiments en béton précontraint de M. FREYSSINET étaient fort laids. Je crois que s'il voyait la maquette, il serait horrifié et il serait de mon avis, il ne faut pas adopter ce projet.
La forme est vraiment très laide, les bâtiments en béton précontraint en comparaison, c'est vraiment merveilleux !
La façade ancienne du Palais des Congrès avait au moins un avantage par sa forme incurvée, d'épouser la forme elliptique de la place. La nouvelle façade sera complètement différente ; c'est une façade rectiligne de 160 mètres de long. De plus, au lieu d'être verticale, la paroi sera inclinée à 60 degrés en partant du sol et la fait avancer de 16 mètres sur le parvis. La création d'une nouvelle salle de congrès qui passe de 500 places prévues à 670 places -on se demande pourquoi- paraît inutile. Si le directeur, M. BLOT, affirme qu'il a un carnet d'avances d'un an et demi pour la réservation de congrès, il ne faut pas oublier, du fait de ces travaux, que le Palais des Congrès sera fermé un an et demi. Ceci explique cela.
Dans la période économique difficile où nous nous trouvons, les entreprises essayent de faire des économies, notamment sur les congrès, leur organisation coûtant cher. Il y a donc de moins en moins de congrès.
Est-ce donc bien le moment de bâtir une nouvelle salle, alors que la grande salle peut contenir jusqu'à 3.000 personnes ?
Si l'extension des espaces d'exposition peut se justifier, encore que rien ne soit organisé de façon rationnelle pour monter et démonter les stands, celle des surfaces commerciales est déraisonnable. A part deux ou trois boutiques qui font des affaires, les autres, c'est-à-dire celles qui existent, sont presque toujours vides, et les commerçants eux-mêmes se plaignent que les visiteurs n'achètent presque rien. M. CABANA lui-même, dans le compte rendu des débats du Conseil de Paris du 28 septembre 1992, avait déclaré à propos de cette extension : "elle ne peut que laisser une place modeste à des commerces, même s'il y en a". La plaquette éditée par la Ville pour le 25e anniversaire du Palais des Congrès, annonce au contraire que les commerces seront agrandis d'un tiers. N'est-ce pas un gaspillage financier que de prévoir encore tant de commerces alors que la plupart des autres marchent mal ?
Les parcs de stationnement sont insuffisants aujourd'hui pour les surfaces existantes, les véhicules, notamment les camions, ne savent pas où se garer. Si vous doublez les surfaces d'expositions et de commerces, ce problème de stationnement ne pourra jamais être réglé, d'autant que le sous-sol n'est pas indéfiniment extensible.
Je n'ai d'ailleurs vu aucune demande de déclassement des sols pour la liaison entre les deux gares souterraines et le rapport ne nous dit pas combien il y aura de places de parking.
J'ajouterai que la porte Maillot est régulièrement une des places les plus polluées de Paris.
Vous avez dit en juillet, Monsieur le Maire, que vous alliez lutter contre la pollution de l'air ; vous n'en prenez pas le chemin avec ce projet qui va encore amener plus de voitures et de camions. La place Maillot est un noeud de circulation, et cela ne fera qu'empirer avec la mise en service de la A 14 en 1996 qui débouchera dans le tunnel de La Défense, et donc au pont de Neuilly, puis place Maillot.
Pour en revenir au coût financier de cette opération, c'est une autre revendication de l'Association de défense de la porte Maillot, ce projet sera-t-il entièrement pris en charge par la Chambre de commerce et d'industrie de Paris et non pas, même partiellement, financé par les contribuables ?
La Ville a pour habitude de prendre en charge les travaux de voirie, transplantation d'arbres, etc, en accompagnement de ce genre d'opération. Pouvez-vous me garantir que cela ne sera pas le cas cette fois-ci ?
Densification, pollution de l'air aggravée, embouteillages, afflux supplémentaire de voitures, gaspillage financier, je vous demande, mes chers collègues, de ne pas voter pour la réalisation du projet sous sa forme actuelle.
Merci de votre attention.

M. Gérard LEBAN, adjoint, président.- La parole est à M. BULTÉ.

M. Michel BULTÉ, adjoint, au nom de la 6e Commission.- Merci, Monsieur le Maire.
Mes chers collègues, je vais rassurer tout de suite notre collègue Mme SCHNEITER pour lui faire savoir que ce projet bien entendu est bien hors Z.A.C., comme elle le souhaitait. En ce qui concerne notamment les coûts financiers, ils seront pris en charge pour ce qui concerne le projet dans son état actuel entièrement par la Chambre de commerce. Je pense qu'avec ces propos, elle va pouvoir être rassurée.
Je vous demande de bien vouloir mettre aux voix favorablement ce projet.

M. Gérard LEBAN, adjoint, président.- Merci.
Je mets aux voix, à main levée, ce projet de délibération.
Qui est pour ?
Qui est contre ?
Abstentions ?
Le projet de délibération est adopté à la majorité, Mme SCHNEITER ayant voté contre et M. REVEAU s'étant abstenu. (1995, D. 1631).