Précisez votre recherche (les choix sont cumulatifs) :
> PAR ANNÉE  
Novembre 2002
> PAR TYPE DE CONSEIL (MUNICIPAL / GÉNÉRAL)  
Conseil Général
> Type de document (Débat / Délibération)  

8 - 2002, ASES 210 G - Autorisation à M. le Président du Conseil de Paris, siégeant en formation de Conseil général, de signer une nouvelle convention avec l'Association de recherche, de communication et d'action pour l'accès aux traitements, 94-102, rue de Buzenval (20e). - Subvention à ladite association au titre de 2002. - Montant : 99.000 euros

Débat/ Conseil général/ Novembre 2002


Mme Gisèle STIEVENARD, présidente. - Nous poursuivons nos travaux par l'examen du projet de délibération ASES 210 G relatif à la signature d'une nouvelle convention avec l'Association de recherche, de communication et d'action pour l'accès aux traitements, 94-102, rue de Buzenval (20e).
Mme CHÉRIOUX de SOULTRAIT est inscrite et M. LHOSTIS répondra.
M. Alain LHOSTIS. - J'essaierai d'être courtois !
Mme Gisèle STIEVENARD, présidente. - J'espère que le débat sera plus serein.
Madame CHÉRIOUX de SOULTRAIT, vous avez la parole.
Mme Joëlle CHÉRIOUX de SOULTRAIT. - L'association de recherche, de communication et d'action pour l'accès aux traitements, que nous avons connue en d'autres temps sous le nom d'A.R.C.A.A.T. Sida...
(Brouhaha et mouvements divers).
Je veux bien parler mais on se tait ! Cela commence à bien faire !
Mme Gisèle STIEVENARD, présidente. - Madame CHÉRIOUX de SOULTRAIT, vous avez raison ! Je vous demande, chers collègues, un peu d'attention. Si certains ont besoin de mener une conversation privée, ils ont la possibilité de sortir.
Mme Joëlle CHERIOUX de SOULTRAIT. - Ils peuvent sortir et prendre le thé, comme dit M. ASSOULINE !
Mme Gisèle STIEVENARD, présidente. - Monsieur GOUJON souhaite vous interrompre, j'en suis désolée.
M. Philippe GOUJON, vice-président. - De façon à ce que notre oratrice puisse s'exprimer dans de meilleures conditions, nous demandons une suspension de cinq minutes.
Mme Gisèle STIEVENARD, présidente. - La suspension de séance étant de droit, je vous accorde cinq minutes de suspension de séance.