Précisez votre recherche (les choix sont cumulatifs) :
> PAR ANNÉE  
Octobre 2003
> PAR TYPE DE CONSEIL (MUNICIPAL / GÉNÉRAL)  
> Type de document (Débat / Délibération)  

114 - QOC 2003-788 Question de M. Didier BARIANI et des membres du groupe Union pour la démocratie française à M. le Préfet de police au sujet de la plaquette "Au sujet du cannabis" éditée par la Préfecture de Paris

Débat/ Conseil municipal/ Octobre 2003


Libellé de la question :
"M. Didier BARIANI et les membres du groupe Union pour la démocratie française ont pris connaissance de la plaquette éditée par la Préfecture de Paris : "Au sujet du cannabis". Il y est fait allusion à la composition de cette drogue et à ses effets nocifs notamment sur la perte de vigilance lors de la conduite automobile et l'apparition de troubles de la concentration et de la mémoire.
Lors de séances du Conseil de Paris, partisans d'une déréglementation de la vente et de l'usage de ce stupéfiant et adversaires ont pu déjà confronter leurs positions.
Dans cette plaquette, il n'est nullement fait mention d'une autre atteinte particulièrement dommageable du cannabis : son impact psychiatrique.
En effet, des psychiatres ont eu à connaître des cas de jeunes gens consommant de manière importante et fréquente cette substance et auxquels seul un traitement psychiatrique peut apporter aide. Ces médecins rappellent combien les résultats peuvent être alors aléatoires et affirment que le cannabis peut être considéré comme une drogue particulièrement perverse.
Aussi, M. Didier BARIANI et les membres du groupe Union pour la démocratie française se demandent si une information plus conséquente ne devrait-elle pas être éditée, particulièrement destinée aux élèves des collèges et lycées."
Réponse (M. LE PRÉFET DE POLICE) :
"Depuis plusieurs années les services de police ont engagé une action de prévention de la toxicomanie et tout particulièrement de l'usage du cannabis.
Cette action de prévention, menée en partenariat avec d'autres organismes ou associations, revêt plusieurs formes.
Elle consiste notamment en la diffusion de la plaquette d'information "au sujet du cannabis" conçue et diffusée par les services de la communication et des relations publiques de la Préfecture de police.
Ce document récapitule les effets nocifs du cannabis et propose une liste des organismes à contacter en cas de dépendance.
Cette plaquette, diffusée en 30.000 exemplaires, est distribuée à l'ensemble des services de police de la Capitale (commissariats centraux, antennes de police administrative, services chargés de missions de prévention anti-drogue).
Sa diffusion est également assurée auprès de divers organismes (associations, structures médicales) auprès des établissements scolaires et universitaires, ou au cours de manifestations (salons ou événements spécifiques) accueillant un jeune public.
Ce document fait également l'objet d'une diffusion régulière auprès des services de presse, tant généraliste que spécialisée.
Il est à noter que ces opérations diverses de communication et ces envois de documents à la presse suscitent des demandes de reportages, le plus souvent à caractère pédagogique, donnant ainsi l'opportunité aux policiers chargés de mission de prévention anti-drogue, de renouveler leurs conseils auprès d'un large public.
Enfin, le site Internet de la Préfecture de police propose une version adaptée de cette plaquette, sous le titre "apprenons à dire non à la drogue".
S'agissant de l'action menée par les services de police en matière de prévention, je rappellerai que les policiers de la Direction de la Police urbaine de proximité, ayant qualité de policiers formateurs anti-drogue, ont assuré, au cours de l'année scolaire 2003, 667 séances de communication concernant plus de 17.600 élèves, essentiellement du collège.
En outre 191 interventions concernant plus de 6.300 jeunes, ont été menées dans des lycées d'enseignement général, technique et professionnel ou dans des universités.
Je précise qu'au cours de ces séances de prévention, réunissant à la fois les jeunes mais aussi les équipes éducatives et les parents d'élèves, sont communiquées toutes informations actualisées, recueillies auprès des instances médicales compétentes."