Précisez votre recherche (les choix sont cumulatifs) :
> PAR ANNÉE  
Octobre 2003
> PAR TYPE DE CONSEIL (MUNICIPAL / GÉNÉRAL)  
Conseil Municipal
> Type de document (Débat / Délibération)  

129 - QOC 2003-798 Question de MM. Roger MADEC, François DAGNAUD, Daniel MARCOVITCH, Mmes Gisèle STIEVENARD, Halima JEMNI, Colombe BROSSEL et des membres du groupe socialiste et radical de gauche à M. le Maire de Paris au sujet des conditions de réception des étrangers demandeurs d'asile au centre d'accueil sis 218, rue d'Aubervilliers (19e) et des désagréments occasionnés pour les riverains

Débat/ Conseil municipal/ Octobre 2003


Libellé de la question :
"Les conditions de réception des étrangers demandeurs d'asile, au centre d'accueil sis 218, rue d'Aubervilliers, sont source de nuisances de plus en plus intolérables pour les riverains.
Chaque matin, du lundi au vendredi, environ une centaine de personnes attendent derrière des barrières dans des conditions inacceptables, par tous les temps, piétinant sur un sol couvert de papiers gras, de cannettes, de journaux... Certains y passent la nuit sur des matelas ou des cartons pour être les premiers à l'ouverture des guichets.
A défaut de sanisettes, ils font leurs besoins naturels sous le pont de chemin de fer ou dans les parties communes de la cité Charles-Hermite où l'Amicale C.N.L. des locataires est très mobilisée contre cette dégradation de l'environnement.
Les résidants de cette cité, qui n'ont pas de commerces de proximité côté 18e, doivent traverser ces immondices pour aller faire leurs courses rue de Crimée ou au marché Gaston-Tessier.
Par lettre en date du 4 décembre 2002, le Chef de cabinet du Préfet de police a indiqué que "des instructions ont été données à l'ensemble des fonctionnaires de police pour maintenir une présence constante sur ce quartier et remédier à ces inconvénients". Force est de constater que la situation n'a pas évoluée pour autant.
MM. Roger MADEC, François DAGNAUD, Daniel MARCOVITCH, Mmes Gisèle STIEVENARD, Colombe BROSSEL, Halima JEMNI et les membres du groupe socialiste et radical de gauche souhaitent connaître les dispositions concrètes envisagées par la Préfecture de police (clôture adaptée, installation de sanitaires, renforts en personnels...) pour améliorer sensiblement et durablement les conditions de fonctionnement de ce centre, à la fois par souci de la dignité des personnes accueillies et par respect pour des riverains exaspérés à juste titre."
Réponse non parvenue.