Précisez votre recherche (les choix sont cumulatifs) :
> PAR ANNÉE  
Octobre 2003
> PAR TYPE DE CONSEIL (MUNICIPAL / GÉNÉRAL)  
Conseil Municipal
> Type de document (Débat / Délibération)  

140 - Voeu déposé par M. Patrick BLOCHE et les membres du groupe socialiste et radical de gauche relatif à la venue en France du Dalaï-Lama

Débat/ Conseil municipal/ Octobre 2003


M. Alain LHOSTIS, adjoint, président. - Monsieur BLOCHE, je vous donne la parole pour défendre votre voeu.
M. Patrick BLOCHE. - Monsieur le Maire, merci de me donner la parole pour défendre effectivement ce v?u du groupe socialiste et radical de gauche que nous avons souhaité déposer à la suite de la visite que le Dalaï-Lama effectuait en France, la semaine dernière. La venue en France du Dalaï-Lama est toujours un moment important, c'est un appel à la conscience, à la responsabilité, mais aussi à l'engagement en faveur d'une culture de la paix, de la non-violence et du développement durable. Nous avons tous été frappés du fait que nombre de nos concitoyens se sont sentis non seulement interpellés, mais ont été présents à Bercy pour venir l'écouter. De fait, je souhaiterais, en cet hémicycle, rendre un hommage tout particulier au Maire de Paris, à Bertrand DELANOË, qui a été l'une des rares, sinon la seule, personnalité politique en France à recevoir officiellement le Dalaï-Lama. Il n'a pas eu de contact ni avec la Présidence de la République ni avec aucun membre du Gouvernement. Il devait être reçu par le Président du Sénat, mais le rendez-vous a été annulé au dernier moment, et s'il a été, je tiens à souligner ce geste, reçu par le Président de l'Assemblée nationale et par les membres du groupe d'études sur le Tibet, il l'a été néanmoins à titre privé. Je voulais saluer cet engagement et cette solidarité des Parisiennes et des Parisiens avec la cause du peuple tibétain qu'a souhaité exprimer en notre nom Bertrand DELANOË en recevant le Dalaï-Lama ici même, le 16 octobre dernier.
Je n'ai pas besoin d'exposer longuement dans cet hémicycle le fait que les droits élémentaires du peuple tibétain sont largement bafoués, mais je souhaitais sensibiliser notre Assemblée au cas tout particulier du Panchen Lama, c'est-à-dire ce jeune garçon qui a été reconnu par le Dalaï-Lama comme Panchen Lama, et qui a été, il y a maintenant 8 ans, il avait alors 6 ans, enlevé par les autorités chinoises et maintenu depuis dans un isolement qui fait que nous n'avons aucune nouvelles de lui. Le Panchen Lama est donc de fait le plus jeune prisonnier politique du monde. Il a aujourd'hui 14 ans. Il est la victime évidente d'une violation flagrante des Droits de l'Homme, et plus particulièrement des Droits de l'Enfant. Je pense, en disant cela, qu'il s'agit aussi pour nous, parce que nous sommes laïques, d'avoir un respect évident pour ce qu'on appelle la liberté religieuse.
C'est la raison pour laquelle le groupe socialiste et radical de gauche propose un voeu qui nous amènera à demander au Maire de Paris d'être notre interprète auprès des autorités chinoises afin d'obtenir la libération du 11e Panchen Lama.
M. Alain LHOSTIS, adjoint, président. - M. SCHAPIRA a la parole.
M. Pierre SCHAPIRA, adjoint. - Pour sa 10e visite pastorale en France, j'ai pu assister, le 16 octobre à l'Hôtel de Ville, à l'entretien du Maire de Paris avec le Dalaï-Lama, au cours duquel ont été évoquées, notamment, les tentatives très récentes, plutôt encourageantes, des autorités chinoises de relancer avec le Dalaï-Lama un dialogue qui avait été interrompu depuis des années.
La préservation de l'identité tibétaine et l'engagement du Dalaï-Lama en faveur d'une culture de la paix sont chères au c?ur des Parisiennes et des Parisiens, et ce dialogue ne pourra être fructueux sans un geste de bonne volonté du Gouvernement chinois, qui pourrait entre autres concerner l'arrêt de la répression contre les opposants tibétains.
J'ajoute, à ce que disait M. BLOCHE, que le Maire de Paris a tenu à recevoir le Dalaï-Lama alors que nous sommes en pleine année de la Chine, et j'insiste beaucoup pour dire que c'est la seule personnalité française qui ait reçu officiellement le Dalaï-Lama. Avec le Maire de Paris, nous nous engageons donc à intervenir auprès de l'Ambassadeur de Chine en France, afin de solliciter des autorités chinoises un assouplissement de ses positions, et particulièrement la libération du 11e Panchen Lama.
M. Alain LHOSTIS, adjoint, président. - Je mets aux voix, à main levée, ce v?u.
Qui est pour ?
Contre ?
Abstentions ?
Le voeu est adopté. (2003, V. 166).