Précisez votre recherche (les choix sont cumulatifs) :
> PAR ANNÉE  
Octobre 2003
> PAR TYPE DE CONSEIL (MUNICIPAL / GÉNÉRAL)  
Conseil Municipal
> Type de document (Débat / Délibération)  

87 - QOC 2003-761 Question de M. Richard STEIN et des membres du groupe U.M.P. à M. le Maire de Paris au sujet de la politique municipale en matière de moyens de transport personnel

Débat/ Conseil municipal/ Octobre 2003


Libellé de la question :
"M. Richard STEIN s'étonne de la politique municipale en matière de moyens de transport personnel.
En effet, les membres du groupe "Les Verts" font tout pour empêcher les voitures de circuler, et les maires de gauche du centre de Paris veulent interdire le stationnement des deux roues à moteur hors d'emplacements réservés, fort rares au demeurant.
Ne voit-il pas une incohérence supplémentaire dans les contraintes imposées aux Parisiens ?"
Réponse (M. Denis BAUPIN, adjoint) :
"La politique municipale vise à répartir plus équitablement l'espace public entre tous les modes de transport. Ces dispositions s'inscrivent d'ailleurs dans le cadre des objectifs définis par le Plan de déplacement urbain (P.D.U.) approuvé en décembre 2000 dans le prolongement de la loi sur l'air du 30 décembre 1996.
- L'offre d'autobus s'améliore. Les services d'autobus seront renforcés sur les lignes structurantes du réseau parisien. Les aménagements de la voirie, donnant une plus grande place aux bus, leur permettent une plus grande régularité.
- Les modes doux (marche à pied et vélo) bénéficient également d'aménagements spécifiques partout où cela est possible. De nouvelles pistes cyclables sont en cours de réalisation. Pour les piétons, à la fois de grands espaces plus conviviaux (espaces civilisés ou quartiers verts) et des aménagements plus spécifiques (élargissement d'une section de trottoirs aux niveaux des traversées piétonnes) rendent la marche plus confortable et plus sûre.
- L'extension du stationnement payant à l'ensemble de Paris, l'application de tarifs préférentiels pour les résidents sur voirie ou dans les parkings sous voirie ont un effet de régulation de la circulation automobile, tout en maintenant l'attractivité économique de la Ville.
- La Ville souhaite donner toute sa place à l'acheminement et à la livraison des marchandises.
L'ensemble de ces actions contribue à la réduction des nuisances (bruit, pollution de l'air, envahissement de l'espace public par les véhicules...) produites par la congestion de la voirie parisienne par l'automobile.
En ce qui concerne les deux roues à moteur, le Code de la route interdit leur déplacement et leur stationnement sur trottoir. Aussi, la Ville de Paris a initié la création de places de stationnement spécifiques sur la chaussée partout où cela est techniquement possible. Ces aires de stationnements disposent d'un mobilier et d'une nouvelle disposition plus conformes aux souhaits des usagers des deux roues à moteur. Ces aménagements ont été réalisés en concertation avec les associations concernées. Le territoire parisien compte actuellement 2.385 emplacements deux roues mixtes (motos et vélos), soit 23.131 places. Ce nombre est en constante évolution et la Municipalité entend poursuivre les efforts d'équipement.
La concertation engagée avec les usagers des deux roues depuis début 2003 a donné lieu à une forte demande en faveur d'une séparation physique des emplacements de stationnement pour motos et pour vélos.
Une zone spécifique pour les deux roues motorisées, réalisée sur chaussée, a été testée en juin 2003. La Municipalité entend poursuivre le développement de ce type d'emplacement qui a été approuvé par les usagers des deux roues motorisées.
Par ailleurs, la Ville s'est engagée dans une campagne d'information et de sensibilisation des utilisateurs des deux-roues en vue d'améliorer la sécurité de leurs déplacements."