Précisez votre recherche (les choix sont cumulatifs) :
> PAR ANNÉE  
Octobre 2003
> PAR TYPE DE CONSEIL (MUNICIPAL / GÉNÉRAL)  
Conseil Municipal
> Type de document (Débat / Délibération)  

127 - QOC 2003-796 Question de M. Pierre AIDENBAUM et des membres du groupe socialiste et radical de gauche à M. le Préfet de police concernant la prostitution boulevard Saint-Martin (3e)

Débat/ Conseil municipal/ Octobre 2003


Libellé de la question :
"M. Pierre AIDENBAUM est déjà intervenu à plusieurs reprises auprès de M. le Préfet de police à propos de la présence de nombreuses prostituées sur le boulevard Saint-Martin (3e).
Il apparaît aujourd'hui que la prostitution se développe de plus en plus sur le boulevard Saint-Martin.
C'est pourquoi, M. Pierre AIDENBAUM et les membres du groupe socialiste et radical de gauche demandent à nouveau à M. le Préfet de police de Paris de sensibiliser ses services à cette question.
Ils souhaitent également que la Préfecture de police puisse contribuer à favoriser la réinsertion sociale des prostituées en leur facilitant l'obtention de titres de séjour et de travail lorsque, dans le cas de prostituées étrangères comme c'est le cas boulevard Saint-Martin, elles expriment un désir de sortir de la prostitution et présentent une véritable opportunité professionnelle pour le faire."
Réponse (M. LE PRÉFET DE POLICE) :
"Le secteur "République-Béranger", dans lequel s'inscrit le boulevard Saint-Martin, fait l'objet de la plus grande attention de la part des services de police, en raison des activités de prostitution qui s'y déroulent.
Les investigations exercées par les fonctionnaires de police ont permis de recenser quelques prostituées, toutes majeures, exerçant leurs activités sur ce site, pour la plupart originaires de Chine.
Depuis l'entrée en vigueur des nouvelles dispositions de la loi pour la Sécurité intérieure qui permet désormais aux services de police de relever le délit de racolage, des opérations conjointes associant des fonctionnaires des Directions de la Police urbaine de proximité, des Renseignements généraux, et de la Police judiciaire sont régulièrement menées dans les arrondissements confrontés à ce phénomène.
Ces actions ont pour objectif de constater les flagrants délits mais surtout de lutter contre le proxénétisme et de proposer aux prostituées interpellées qui le désirent, une assistance sociale et une aide à la réinsertion.
Le traitement administratif et social de ces femmes permet soit d'organiser le retour dans leur pays d'origine, soit d'envisager un processus d'insertion sociale et professionnelle grâce à un travail en commun avec les associations. Ces mesures d'insertion prennent d'abord la forme de la délivrance d'une autorisation provisoire de séjour avec autorisation de travail.
Ces titres sont généralement accordés pour une période probatoire de deux mois et sont transformés en carte de résident dès lors que l'insertion sociale et professionnelle est réussie.
Par ailleurs, je précise que depuis le mois de mai 2003, 11 ressortissantes chinoises ont été interpellées dont 7 se sont vues notifier un arrêté préfectoral de reconduite à la frontière."