Précisez votre recherche (les choix sont cumulatifs) :
> PAR ANNÉE  
Octobre 2003
> PAR TYPE DE CONSEIL (MUNICIPAL / GÉNÉRAL)  
Conseil Municipal
> Type de document (Débat / Délibération)  

69 - QOC 2003-743 Question de MM. Pierre-Christian TAITTINGER, Claude GOASGUEN, Gérard LEBAN, Christian CABROL, Daniel-Georges COURTOIS, Mmes Véronique BALDINI, Laurence DREYFUSS, Danièle GIAZZI et Laëtitia LOUIS à M. le Maire de Paris concernant l'interdiction unilatérale de stationner rue de l'Yvette (16e)

Débat/ Conseil municipal/ Octobre 2003


Libellé de la question :
"Les riverains de la rue de l'Yvette dans le 16e arrondissement manifestent leur profond mécontentement concernant l'interdiction unilatérale de stationner dans cette rue.
Cette mesure n'est pas sans conséquences : grandes difficultés pour les habitants du quartier de trouver une place de stationnement le soir, les voitures tournent et retournent lentement dans l'espoir de se garer, donc pollution importante par les gaz d'échappement, et elles finissent par stationner en infraction, causant un danger ou risque d'accident.
Cette situation, conséquence d'une décision prise sans concertation, excède les riverains. C'est pourquoi, les élus du 16e demandent à M. le Maire de Paris de faire réexaminer le problème du stationnement dans cette rue et que de nouvelles mesures soient prises pour remédier à cette situation."
Réponse (M. Denis BAUPIN, adjoint) :
"Les riverains expriment leur mécontentement à propos de l'instauration de la règle du stationnement gênant la circulation publique dans la rue de l'Yvette, côté pair sur toute la longueur, à Paris 16e.
Chargé du secours et de la défense contre l'incendie, M. le Préfet de police à Paris veille à ce que l'organisation du stationnement sur la voie publique soit conforme aux normes prescrites par la Brigade des sapeurs-pompiers.
En effet, dans les voies bordées de bâtiments nécessitant l'utilisation des échelles pour assurer la sauvegarde des occupants, la chaussée libre hors stationnement doit présenter une largeur d'au moins 4 mètres. Tel n'était pas le cas de la rue de l'Yvette où la file de stationnement côté pair ne laissait une largeur utile de la chaussée que de 3,60 mètres. En conséquence, l'arrêté municipal en date du 19 décembre 2002 désignant la rue de l'Yvette comme une voie où le stationnement est gênant s'explique par le souci de garantir l'accès des secours aux immeubles riverains et la mise en station des échelles aériennes de la Brigade des sapeurs-pompiers."