Précisez votre recherche (les choix sont cumulatifs) :
> PAR ANNÉE  
Octobre 2003
> PAR TYPE DE CONSEIL (MUNICIPAL / GÉNÉRAL)  
> Type de document (Débat / Délibération)  

101 - QOC 2003-775 Question de Mme Geneviève BERTRAND et des membres du groupe Union pour la démocratie française à M. le Préfet de police sur l'existence d'un phénomène d'insécurité touchant les professionnels libéraux de santé à Paris

Débat/ Conseil municipal/ Octobre 2003


Libellé de la question :
"En raison des menaces et attaques dont ils font l'objet, certains cabinets de médecins et d'infirmières en Ile-de-France ont décidé de terminer tôt leurs consultations et de ne plus assurer les gardes de nuit, révélant ainsi à la connaissance du grand public, les difficultés d'exercer leur profession.
Les agressions dont viennent d'être victimes deux de leurs confrères ont tout naturellement renforcé l'inquiétude des médecins.
Le contexte parisien n'est sans doute pas comparable.
Mme Geneviève BERTRAND et les membres du groupe Union pour la démocratie française aimeraient cependant savoir si un tel phénomène d'insécurité à l'encontre des professionnels libéraux de santé a été constaté dans Paris intra-muros.
Dans l'affirmative, ils demandent à M. le Préfet de police de leur communiquer une analyse de la situation et les remèdes envisagés."
Réponse (M. LE PRÉFET DE POLICE) :
"Les services de police parisiens n'ont pas récemment observé une émergence particulière des agressions commises à l'encontre des professionnels libéraux de santé dans la Capitale.
Par ailleurs, les représentants de l'ordre des médecins n'ont pas spécialement attiré l'attention sur la Commission de ces délits à Paris intra-muros.
Les techniques d'enregistrement des statistiques ne permettent pas, actuellement, de différencier les délits perpétrés au préjudice des intéressés dans l'exercice de leurs fonctions ou en tant que personnes privées."