Précisez votre recherche (les choix sont cumulatifs) :
> PAR ANNÉE  
Octobre 2003
> PAR TYPE DE CONSEIL (MUNICIPAL / GÉNÉRAL)  
> Type de document (Débat / Délibération)  

82 - QOC 2003-756 Question de Mme Laurence DOUVIN et des membres du groupe U.M.P. à M. le Préfet de police sur le bilan des accidents intervenus sur les voies comportant les mêmes temps de feu tricolore entre la chaussée principale et le couloir de bus élargi

Débat/ Conseil municipal/ Octobre 2003


M. Christophe CARESCHE, adjoint, président. - Mme Laurence DOUVIN a la parole pour une question au Préfet de police.
Mme Laurence DOUVIN. - Je souhaiterais avoir un bilan de l'accidentologie dans les voies où la circulation se fait en parallèle et avec les mêmes temps de feu, c'est-à-dire simultanément entre la circulation principale et le couloir élargi réservé aux bus, taxis et vélos. Pour être clair, prenons pour exemple le boulevard de Sébastopol. Je voudrais connaître les règles de priorité relatives aux véhicules qui se trouvent sur la voirie principale et qui désirent tourner à droite par rapport aux différents utilisateurs du couloir réservé. Le véhicule qui tourne à droite, et qui coupe ainsi de manière perpendiculaire une voie qui continue tout droit connaît obligatoirement un moment où il y a un angle mort dans son champ de vision. Cette situation est inévitable dans les circonstances actuelles où la circulation est simultanée dans les deux files. Elle est évidemment source d'un danger réel qui concerne aussi bien les occupants du véhicule en question que tous les utilisateurs du couloir réservé, ainsi que les piétons. A la limite, il n'y a aucun moment où le véhicule situé sur la file de droite de la circulation générale puisse tourner à droite.
Prenons le cas où le feu est vert, le couloir est occupé, le véhicule est arrêté sur sa file, il bloque complètement la circulation derrière lui, il ne peut pas tourner. Le feu passe au rouge, c'est la circulation perpendiculaire qui passe, le véhicule est toujours au même endroit.
Estimez-vous souhaitable de prendre des mesures afin de faire cesser cette situation dangereuse et, si tel est le cas, quelles mesures estimez-vous les plus efficaces ?
Je vous remercie.
(Applaudissements sur les bancs du groupe U.M.P.).
M. Christophe CARESCHE, adjoint, président. - Merci.
Monsieur le Représentant du Préfet de police, vous avez la parole.
M. LE REPRÉSENTANT DU PRÉFET DE POLICE. - Merci, Monsieur le Maire.
La règle de priorité que doivent respecter les conducteurs de véhicules circulant sur une chaussée principale et désirant tourner à droite alors qu'un couloir de bus est matérialisé est celle de la priorité à droite. Ils doivent céder le passage aux véhicules circulant dans les couloirs de bus.
Depuis les sept premiers mois de l'année 2003, les services de police ont dressé 1.629 procès-verbaux pour changement de direction d'un véhicule effectué sans avertissement préalable et 593 pour refus de priorité à droite.
S'agissant plus particulièrement des intersections formées par les voies d'autobus en site propre et des voies ordinaires, 137 accidents ont été recensés pour la période du 1er janvier au 31 août 2003, parmi lesquels il a été dénombré 4 blessés graves et 158 blessés légers.
M. Christophe CARESCHE, adjoint, président. - Merci.
Pas d'observation, Madame DOUVIN ?
Mme Laurence DOUVIN. - Je pense que les chiffres parlent d'eux-mêmes et je pense également qu'il y a des solutions techniques, qui ne passent pas par la révision du Code.
M. Christophe CARESCHE, adjoint, président. - M. le Représentant du Préfet de police était dans le domaine de sa compétence, bien évidemment.