Précisez votre recherche (les choix sont cumulatifs) :
> PAR ANNÉE  
Fevrier 2009
> PAR TYPE DE CONSEIL (MUNICIPAL / GÉNÉRAL)  
Conseil Municipal
> Type de document (Débat / Délibération)  

2009, Vœu déposé par le groupe "Les Verts" relatif à la commémoration de l'abolition définitive de l'esclavage.

Débat/ Conseil municipal/ Février 2009


 

M. François DAGNAUD, adjoint, président. - Nous passons à l'examen du v?u référencé n° 34 dans le fascicule présenté par le groupe "Les Verts" et, en l'occurrence, par Danielle FOURNIER, en une minute - je me permets d'insister -, et Catherine VIEU-CHARIER répondra.

Mme Danielle FOURNIER. - Merci.

Je vais essayer de tenir dans la minute.

La Ville de Paris, depuis 2002, a choisi d?organiser une cérémonie le 27 avril pour honorer les victimes de l'esclavage.

Le jour choisi, le 27 avril donc, renvoie au 27 avril 1848, date où le décret d'abolition dans les colonies françaises a été signé par le gouvernement provisoire à l'initiative de Victor Schoelcher.

C'est une initiative louable, mais qui tend à mettre en valeur l'action des seuls abolitionnistes blancs dans une relation aux seules colonies où elle a été réellement appliquée à l'époque.

Choisir ce jour est donc réducteur, puisque cela ne concernerait que l'Outremer et que la valorisation des abolitionnistes, blancs bien entendu et parisiens de surcroît.

Par ailleurs, le Comité pour la mémoire de l'esclavage mis en place dans le cadre de la loi dite Taubira votée en 2001 a proposé, en avril 2005, que soit créée une "Journée des mémoires de la traite, de l'esclavage et de leur abolition" et que la date retenue soit le 10 mai. Il s'agit là d'évoquer l'ensemble du processus esclavagiste, de la traite aux plantations et aux abolitions.

S'inscrire dans le cadre de cette commémoration du 10 mai, ce serait prendre en compte l?existence de mémoires plurielles sur ce processus qui a duré plusieurs siècles, ce serait célébrer aussi des résistances et des révoltes qui se sont développées un peu partout et pas seulement en France métropolitaine et ce serait clairement s'inscrire dans des héritages multiples et complexes et reconnaître que pendant quatre siècles, la France a participé de manière active au commerce d'êtres humains.

Célébrer le 27 avril?

M. François DAGNAUD, adjoint, président. - Je vais vous inviter à conclure. Je suis désolé, mais vous avez déjà largement dépassé.

Mme Danielle FOURNIER. - ? apparaît donc comme en décalage avec ce qui se fait dans d?autres villes qui ont choisi déjà la date du 10 mai.

Pour ma part, j'aurais souhaité d'ailleurs que ce v?u, qui est présenté dans le cadre de la 6e Commission, soit présenté dans le cadre de la 9e Commission, là où je l'avais déposé, puisqu?il demande que Paris commémore à la date du 10 mai la Journée des mémoires - j'insiste bien - de la traite, de l'esclavage et de leur abolition et - j'ajouterai - que des événements d'importance soient mis en place pour cette commémoration.

M. François DAGNAUD, adjoint, président. - Merci.

Pour vous répondre, la parole est à Mme Catherine VIEUCHARIER.

Mme Catherine VIEU-CHARIER, adjointe. - D?abord, je voudrais remercier Danielle FOURNIER de présenter ce v?u qui nous rappelle cette tache dans notre histoire, dans l'histoire de notre pays, qu'a été l'esclavage ; c'est toujours très intéressant de regarder cela en face.

C?est vrai que, depuis 2002, la Ville de Paris organise le 27 avril une cérémonie en hommage aux victimes de l'esclavage devant une plaque commémorative située dans la salle des Prévôts. Cette cérémonie rappelle effectivement le décret du 27 avril 1848 abolissant l'esclavage dans les colonies françaises.

C'est l'occasion d?y associer tous les agents de la Ville de Paris qui sont originaires d'Outremer et qui, je tiens à le dire car je les ai interrogés, y tiennent beaucoup.

Cela dit, ce n'est pas contradictoire avec l'idée d'avancer vers une commémoration du 10 mai, qui est effectivement une date retenue comme étant officielle et qui a été recommandée par Maryse CONDÉ.

Je propose que l'on garde la date du 27 avril à laquelle sont très attachés bon nombre d'entre nous et que nous mettions en avant un travail sérieux pour qu'effectivement, il y ait une commémoration marquée du 10 mai pour satisfaire tout le monde.

M. François DAGNAUD, adjoint, président. - Merci de cette prise en compte du v?u initial.

Madame FOURNIER, accepteriez-vous de retirer votre v?u au bénéfice des explications données par Mme VIEUCHARIER ?

Mme Danielle FOURNIER. - J'accepte, mais j'aurais aimé qu'il y ait un engagement un peu plus précis sur le 10 mai, qui n'est pas demain et qui nous permet donc d'envisager, dès cette année, un événement pour mettre en route cette commémoration.

M. François DAGNAUD, adjoint, président. - Merci.

Madame VIEU-CHARIER, pour confirmer vos propos ?

Mme Catherine VIEU-CHARIER, adjointe. - Je confirme et je me propose - j?en prends l?engagement ici - de réunir les représentants de chaque groupe politique et de faire en sorte que l'on cherche ensemble comment commémorer le 10 mai.

M. François DAGNAUD, adjoint, président. - Merci beaucoup de cette proposition constructive.

Je prends acte du retrait du v?u.