Précisez votre recherche (les choix sont cumulatifs) :
> PAR ANNÉE  
Fevrier 2009
> PAR TYPE DE CONSEIL (MUNICIPAL / GÉNÉRAL)  
Conseil Municipal
> Type de document (Débat / Délibération)  

2009, Vœu déposé par le groupe "Les Verts" relatif au logement d'étudiants 24, rue de la Harpe.

Débat/ Conseil municipal/ Février 2009


 

Mme Anne HIDALGO, première adjointe, présidente. Nous allons examiner le v?u référencé n° 2 dans le fascicule relatif au 24, rue de la Harpe, qui a été déposé par le groupe "Les Verts".

Je donne la parole à Mme Danielle FOURNIER.

Mme Danielle FOURNIER. - Il est difficile de se loger à Paris - on l'a souvent évoqué ici -, particulièrement lorsqu'on est jeune et peut-être encore plus lorsqu?on est étudiant.

En effet, le C.R.O.U.S. ne propose que 2.500 places de logements étudiants et le retard est absolument accablant dans une ville qui est de longue date un pôle universitaire de première importance.

Dans ce cadre, le collectif "Jeudi Noir" a investi un immeuble qui appartient au C.R.O.U.S. au 24, rue de la Harpe. Cet immeuble, situé en plein centre du quartier latin, est inoccupé depuis quatre ans et il semble avoir été abandonné subitement par ses occupants.

Le but du collectif "Jeudi Noir" qui a installé neuf chambres d'étudiants n'est pas de s'installer de manière pérenne dans ce lieu, mais, en attendant les travaux, de permettre à des étudiants de trouver un toit, tout en attirant l'attention de tous sur le déficit en logements pour étudiants à Paris.

Ce v?u demande donc, dans un premier temps, que le C.R.O.U.S. signe avec les mal-logés une convention de bail précaire en attendant la reconversion, voire la revente du bâtiment et demande, dans un deuxième temps, que le C.R.O.U.S. réalise des travaux qui permettront de retrouver une vocation sociale à ce bâtiment et que l'Etat lui accorde les moyens nécessaires à cette transformation.

J'y ajoute un souhait qui est d'inviter les membres de cette Assemblée à traverser le pont et à aller sur place voir ce lieu pour prendre la mesure des mètres carrés à l'abandon et imaginer ce qui, dans le cadre d'une réquisition, pourrait être rendu très facilement habitable.

Mme Anne HIDALGO, première adjointe, présidente. Merci.

Je vais donner la parole à M. Didier GUILLOT pour vous répondre.

M. Didier GUILLOT, adjoint. - Madame la Maire, plusieurs précisions par rapport à ce qui a été dit.

Tout d?abord, un rappel qui me paraît évident dans ce cadre, c'est celui de la politique de la Ville de Paris en la matière. Depuis 2001, il y a un retard évident sur le logement étudiant ; il y en avait 2.000 avant 2001, il y en a eu 3.800 financés de 2001 à 2008 et à nouveau près de 4.500 dans la seconde mandature ; on voit l'effort considérable qui aura été fait.

Je le dis aussi ici pour que les choses soient claires, aujourd'hui, la Ville de Paris travaille essentiellement sur du logement social, avec comme opérateur le C.R.O.U.S. Nous travaillons en lien de façon très étroite pour la construction de tous ces logements et nous tenons beaucoup à ce que ces logements soient gérés par le C.R.O.U.S., y compris dans un cadre national où ces choses peuvent être remises en cause et ce n'est pas forcément en faveur des étudiants.

Deuxième chose, le local de la rue de Harpe est prévu pour être transformé en logements pour handicapés depuis quatre ans. Contrairement à ce qui a été écrit dans la presse, ce n?est pas "Jeudi Noir" qui a eu cette idée ; cette idée est en discussion depuis quatre ans. Effectivement, il y a eu un retard, mais là où il nous apparaît compliqué d'incriminer le C.R.O.U.S. en la matière, c?est que la Ville est aussi pour quelque chose dans ce retard, puisque c'est la S.A.G.I. qui a abandonné le projet en cours de route. Il nous paraît difficile de faire la leçon sur ce terrain.

Les travaux sont bien prévus et engagés, ils vont démarrer en juin 2009. Les études sont déjà en cours et tout cela est parfaitement dans la programmation du C.R.O.U.S. Ce n?est pas ce qui vient de se passer qui va accélérer les choses ; c?était prévu, cela va se faire et cela va se faire dans les mois qui viennent.

Sur la question du bail précaire, il nous paraît difficile de rentrer dans une telle politique. En tout cas, la politique de la Ville de Paris n'est pas de gérer la précarité en banalisant les solutions précaires, mais bien de créer justement le maximum de logements. En l?occurrence, le C.R.O.U.S. a proposé à ces étudiants de vrais logements et non pas une situation totalement précaire et ces logements ont été refusés.

Dans ce cadre, il me paraît nécessaire de demander le retrait ou le rejet de ce v?u.

Mme Anne HIDALGO, première adjointe, présidente. Merci, Monsieur GUILLOT.

Je vais donner la parole à Mme BACH pour une explication de vote.

Mme Marie-Chantal BACH. - Merci, Madame le Maire.

Nous ne sommes pas contre ce projet.

Monsieur GUILLOT, vous avez répondu à une question que j'allais justement vous poser : pourquoi avoir laisser cet immeuble inoccupé depuis quatre ans sans intervention auprès du C.R.O.U.S. ? Mais vous m'avez expliqué que c?était la S.A.G.I. qui s?en occupait et qui avait abandonné le projet.

Avez-vous proposé un partenariat avec le C.R.O.U.S. pour transformer l?immeuble en logements sociaux étudiants ? Peut-être allez-vous enfin nous indiquer si la somme que vous voulez consacrer à l'enseignement supérieur et au logement étudiant, soit un milliard d'euros, trouvera enfin un début d'application ?

Comme nous n'avons aucun élément qui nous prouve que le dossier de la rue de la Harpe sera résolu en ce sens, nous nous abstiendrons.

Mme Anne HIDALGO, première adjointe, présidente. Très bien.

Madame FOURNIER, l'Exécutif, par la voix de Didier GUILLOT, vous a demandé le retrait de ce v?u. Etes-vous d'accord pour le retirer ?

Mme Danielle FOURNIER. - Non, le v?u est maintenu.

Mme Anne HIDALGO, première adjointe, présidente. Très bien.

Je mets aux voix, à main levée, le v?u assorti d'un avis défavorable de l'Exécutif.

Qui est pour ?

Contre ?

Abstentions ?

Le v?u est rejeté.