Précisez votre recherche (les choix sont cumulatifs) :
> PAR ANNÉE  
Fevrier 2009
> PAR TYPE DE CONSEIL (MUNICIPAL / GÉNÉRAL)  
> Type de document (Débat / Délibération)  

2009, Vœu déposé par le groupe U.M.P.P.A. visant à ce que les vœux de "bonne année" des élus parisiens soient plus écologiques en 2010.

Débat/ Conseil municipal/ Février 2009


 

M. Bernard GAUDILLÈRE, adjoint, président. - Nous examinons le v?u référencé n° 18 dans le fascicule, relatif aux v?ux de "bonne année" des élus parisiens, déposé par le groupe U.M.P.P.A.

La parole est à Mme Laurence DOUVIN pour une minute.

Mme Laurence DOUVIN. - Nous sommes tous attachés au côté convivial et chaleureux de l'envoi des v?ux à la fin de l'année, tous également sensibles à la nécessité d'économiser le papier ainsi qu'à la pollution causée par la destruction du papier en question.

C'est pourquoi nous souhaiterions qu'il nous soit proposé un système plus moderne que celui offert cette année en matière de cartes électroniques, c'est-à-dire un système où il y ait le choix d'une carte, puisque nous sommes un certain nombre de Conseillers de Paris à envoyer au même destinataire la même carte et que ce même destinataire va recevoir 163 fois la même carte, qu'elle soit papier ou électronique.

Les moyens aujourd'hui offrent un choix plus grand, aussi bien une carte animée qu'un système d'envoi plus simple et qui ne fasse pas classer en "spam" nos envois.

Avec Catherine DUMAS, nous souhaitons qu'à l'occasion des fêtes de l'année prochaine, il puisse être proposé une carte plus innovatrice, plus alternative, moderne, diversifiée et écologique.

M. Bernard GAUDILLÈRE, adjoint, président. - Pour vous répondre, la parole est à M. François DAGNAUD.

M. François DAGNAUD, adjoint. - Le voeu que vient de présenter Laurence DOUVIN témoigne d'un intérêt partagé sur tous les bancs de l'Assemblée pour le respect d'une tradition conviviale qui a son importance, pour la préservation de l'environnement - c'est aussi important -, et aussi d'un souci très partagé de maîtrise des coûts générés par cette tradition annuelle. Je me réjouis de ce constat.

Je tenais, chers collègues, à vous confirmer que des avancées très significatives ont d'ores et déjà été mises en oeuvre au service de ces trois orientations. J'ai ainsi souhaité que les quantités de cartes de voeux papier soient réduites de 25 % dès cette année.

Dans le même esprit et pour la première fois, il a été proposé simultanément aux conseillers de Paris une carte de voeu papier et une carte électronique. Cette initiative a rencontré un certain succès, qui en appelle indiscutablement d'autres. Ces cartes électroniques ont permis d'économiser quelques milliers d?envois de voeux en version papier et je souhaite que l'année prochaine, les voeux électroniques prennent davantage de place dans les habitudes de chacun d'entre nous et au sein de chacun de nos groupes.

Grâce à nos efforts collectifs, le coût total de l'opération carte de voeux cette année a été réduit de près de 50 % par rapport à celui de l'année dernière. Ces résultats sont donc tout à fait considérables.

Je souhaite que nous soyons collectivement encore plus performants dès l'année prochaine.

Des propositions seront faites en ce sens pour mieux répondre à la demande des élus. En particulier, les cartes électroniques seront consultables en amont et rendues disponible plus tôt, avant la commande des exemplaires papier, afin de constituer une réelle alternative à celles-ci.

Je souhaite aussi, et j'entends ce que disait à l'instant Laurence DOUVIN, qu'une plus grande liberté de choix soit offerte aux élus pour les cartes électroniques puisque les coûts de cette diversification sont quasiment nuls, en tout cas très limités, ce qui ne serait pas le cas pour une diversification des cartes de voeux papier. Le recours à des cartes de voeux électroniques permettra davantage de liberté aux élus.

Ces précisions et ces engagements répondent, je crois, au voeu déposé par nos collègues.

Dans ces conditions, le maintien de ce voeu ne me semble plus justifié.

M. Bernard GAUDILLÈRE, adjoint, président. - Je demande à Mme DOUVIN si le voeu n° 18 est retiré.

Mme Laurence DOUVIN. - Par grande compréhension, il est retiré.