Précisez votre recherche (les choix sont cumulatifs) :
> PAR ANNÉE  
Fevrier 2009
> PAR TYPE DE CONSEIL (MUNICIPAL / GÉNÉRAL)  
Conseil Municipal
> Type de document (Débat / Délibération)  

2009, DVD 26 - Signature d'une convention d'occupation temporaire du domaine public fluvial à Paris (19e) pour la réalisation et l'exploitation du puits de production de chaleur par géothermie pour une durée de trente ans.

Débat/ Conseil municipal/ Février 2009


 

M. Bernard GAUDILLÈRE, adjoint, président. - Nous examinons le projet de délibération DVD 26. Il s?agit de la signature d'une convention d'occupation temporaire du domaine public fluvial à Paris 19e pour la réalisation et l?exploitation du puits de production de chaleur par géothermie pour une durée de 30 ans.

La parole est à M. le Président GAREL.

M. Sylvain GAREL. - Merci, Monsieur le Maire.

J'espère que nos échanges vont être plus aimables que dans le précédent débat ! Mais je n'en doute pas !

On s'inquiète très souvent du respect des décisions que nous avons prises dans le cadre du Plan climat et je dois dire que, ces derniers temps, nous sommes de plus en plus inquiets parce que nous pensons que cela avance trop peu, trop lentement.

Mais, pour une fois, nous nous réjouissons qu'une décision soit prise, qui va permettre à des milliers de personnes de se chauffer d'une façon durable avec une énergie renouvelable grâce à la géothermie.

En effet, dans le 19e arrondissement, la géothermie va faire une percée, je pense, historique à Paris, même s'il y a déjà un certain nombre de logements qui sont chauffés par cette technique, mais cela faisait longtemps qu'il n'y en avait pas eu autant de nouveaux, puisque c'est 10 à 15.000 logements qui, d?ici deux ans, vont pouvoir être chauffés grâce à cette technologie bien connue mais trop peu utilisée en France en général et à Paris en particulier.

Je voulais donc dire que notre groupe soutenait, bien sûr, ce projet de délibération et que nous souhaitions que d'autres initiatives du même type soient prises dans les meilleurs délais pour que d'autres constructions nouvelles, même voire anciennes, soient chauffées grâce à cette technologie tout à fait valable d'un point de vue environnemental, social et économique.

M. Bernard GAUDILLÈRE, adjoint, président. - Merci, Monsieur le Président.

La parole est à M. BAUPIN au nom de l'Exécutif.

M. Denis BAUPIN, adjoint, au nom de la 4e Commission. - Merci, Monsieur le Maire.

Je vais aller complètement dans le sens de ce que vient d'indiquer Sylvain GAREL et le rassurer sur le fait que le Plan Climat est bien mis en oeuvre progressivement, même si un certain nombre de dossiers demandent un peu de temps pour émerger. En tout cas, celui des énergies renouvelables, c'est un point extrêmement important, qui est parfois un peu oublié dans les engagements du Plan Climat.

Je rappelle que, dans le Plan Climat, il est fixé l'objectif d'atteindre en 2020, 25 % d'énergies renouvelables sur le territoire parisien et même 30 % pour ce qui concerne l?ensemble du bâti parisien municipal.

Il s'agit vraiment d'engagements ambitieux, qui vont au-delà des engagements pris au niveau de l'Union européenne. Et la géothermie fait partie de ces énergies renouvelables auxquelles nous pouvons avoir accès sur le territoire parisien.

Je rappelle que, en l?occurrence, ici, sur le territoire de Paris Nord-Est, c'est à 1.700 mètres de profondeur qu'on ira chercher l'eau chaude et que cela permettra d'alimenter un secteur qui correspond à 12.000 logements et à plusieurs établissements publics. Comme une partie du reste de l'énergie viendra par ailleurs de la C.P.C.U., c'est même 75 % de l'alimentation énergétique du secteur qui sera en énergies renouvelables, donc très largement au-dessus des objectifs fixés. On est bien donc sur quelque chose d'extrêmement ambitieux sur ce territoire.

C'est important à la fois pour la sobriété, mais aussi pour la robustesse de la consommation énergétique parisienne. On a pu voir, au moment des pics de consommation énergétique il y a quelques semaines, à quel point le territoire national, notamment les villes, pouvait être vulnérable par rapport à ces pics de consommation énergétique.

Utiliser les énergies localisées sur le territoire, c?est être moins dépendant à la fois du pétrole, du gaz, voire d'autres énergies extérieures au territoire et c'est la raison pour laquelle, sur l'ensemble du territoire parisien, nous cherchons toutes les possibilités d'utiliser des énergies localisées.

Sous le sol, nous avons la géothermie. On a pu identifier que c'était possible sur Paris Nord-Est. On est en train d?identifier si c'est possible pour les Batignolles. Nous avons l'énergie solaire et un programme d?implantation de 200.000 mètres carrés de panneaux solaires d'ici la fin de la mandature sur le territoire parisien. Il y a des possibilités concernant la biomasse.

On peut aussi imaginer d'utiliser l'éolien mais de façon évidemment plus discrète que par des éoliennes, telles qu?on peut en trouver dans la campagne, parce qu?on est sur le territoire parisien et que nous devons faire attention à l'esthétique. Mais il y a des dispositifs qui pourraient permettre, en tout cas, d'expérimenter des petites éoliennes. On peut même imaginer, je l'ai proposé, d'utiliser l'énergie de la Seine et de tester sur la Seine des hydroliennes, aujourd'hui testées pour capter l'énergie marine, et de regarder si c'est possible de pouvoir ainsi accéder à des énergies localisées, pour à la fois augmenter la sobriété de notre consommation énergétique mais aussi diminuer notre vulnérabilité sur l'utilisation des énergies.

C'est bien, comme vous l'avez rappelé, un plan qui a des aspects environnementaux évidents, mais aussi de justice sociale parce que le fait d'être moins dépendant des cours du prix de l'énergie permet d'éviter que les charges locatives des locataires n'augmentent de façon importante.

Et c'est important d'un point de vue économique parce qu'il y a beaucoup de création d'emplois à la clé dans le domaine des énergies renouvelables. Il faut savoir par exemple qu'en Allemagne, c'est près de 200.000 emplois qui sont d'ores et déjà créés sur les énergies renouvelables, donc on a des marges de progression très importantes en France.

M. Bernard GAUDILLÈRE, adjoint, président. - Merci, Monsieur BAUPIN.

Je mets aux voix, à main levée, le projet de délibération DVD 26.

Qui est pour ?

Qui est contre ?

Qui s?abstient ?

Le projet de délibération est adopté. (2009, DVD 26).