Précisez votre recherche (les choix sont cumulatifs) :
> PAR ANNÉE  
Fevrier 2009
> PAR TYPE DE CONSEIL (MUNICIPAL / GÉNÉRAL)  
> Type de document (Débat / Délibération)  

2009, DVD 2 - Autorisation à M. le Maire de Paris de souscrire et de signer un avenant n° 2 au marché de maîtrise d'oeuvre de conception et de réalisation de la couverture du boulevard périphérique dans le secteur "Vanves" (14e et 15e).

Débat/ Conseil municipal/ Février 2009


 

M. Georges SARRE, adjoint, président. - Nous allons examiner le projet de délibération DVD 2 autorisant M. le Maire de Paris à souscrire et à signer un avenant n° 2 au marché de maîtrise d'?uvre de conception et de réalisation de la couverture du boulevard périphérique dans le secteur "Vanves".

Je donne la parole à Mme Laurence DOUVIN pour cinq minutes.

Mme Laurence DOUVIN. - La couverture du boulevard périphérique occupe souvent notre Assemblée, à juste titre. Cette fois-ci, il nous est demandé d'avaliser un avenant qui constate une augmentation de plus de 350.000 euros sur la couverture du secteur "Vanves". C?est une somme importante.

J'entends bien les arguments évoquant la vétusté des ouvrages de soutènement ou bien les obligations qui résultent des dispositions sur la sécurité des tunnels. Dans la mesure où d'autres ouvrages de cette nature vont certainement être décidés, je souhaiterais qu'à la lumière de cette expérience, un affinement plus juste des coûts soit effectué.

Plus globalement, compte tenu de la nature hétérogène du boulevard périphérique - tantôt il est en surplomb, tantôt il est susceptible d'être enterré -, je souhaite qu'une étude globale puisse être conduite pour aborder l?ensemble du parcours, et voir comment il serait possible, tout en conservant bien sûr au boulevard périphérique toute la place qui est la sienne comme artère vitale de circulation pour l'Ile-de-France, d'éviter ou de limiter les effets de coupure urbaine de la trame qui relie Paris aux communes riveraines.

Cette étude serait bien sûr d'abord technique mais aborderait aussi les différentes formules qui pourraient être recherchées pour son financement. Ma dernière remarque portera cette fois sur le tronçon du 17e arrondissement, abordé en 3e Commission.

Je dois dire ma stupéfaction d'apprendre dans cette commission que les études conduites depuis 18 mois ne sont pas achevées et qu'apparemment, nul ne sait quand elles pourront l'être tout simplement parce que, et je cite là les propos de l'ancien adjoint aux déplacements : "Le financement n'étant pas bouclé, il vaut mieux que les services se consacrent à autre chose".

C'était un peu rude à entendre, cela fait un peu longtemps que ce sujet arrive devant notre Assemblée. S'obstiner à dire que l'Etat ne prend pas la part qu?il a annoncée alors qu?il a répété qu?il le faisait, est-ce que cela cache en fait que la Ville cherche à abandonner le projet ? Si au contraire il est question de rechercher les moyens d'effectuer un montage financier grâce, comme je l'ai entendu aussi, à une redensification de l'habitat sur le secteur, alors, mes chers collègues, il est plus que temps de soumettre un projet en ce sens à l'enquête publique parce que sinon, on n'avancera jamais et parce que sur ce point, les riverains ont plus que leur mot à dire, et il convient qu'ils soient associés le plus en amont possible.

Je vous remercie des informations que vous pourriez me donner.

M. Georges SARRE, adjoint, président. - Merci, Madame.

Je donne maintenant la parole à Mme Annick LEPETIT pour répondre.

Mme Annick LEPETIT, adjointe, au nom de la 3e Commission. - Effectivement, Madame DOUVIN, le projet de délibération que nous examinons concerne l'opération de couverture du périphérique porte de Vanves dans les 14e et 15e arrondissements, sur lequel un marché de maîtrise d'oeuvre a été attribuée en 2002. Vous vous souvenez sans doute, je ne vais pas refaire l'historique, que le coût du projet de couverture, qui s'élève à un peu plus de 58 millions d?euros, a été financé par les collectivités territoriales que sont la Région et la Ville puisque l'Etat n'avait pas, à cette époque, mis la main à la poche, si je puis dire, mais s'était engagé à reporter cette somme sur la couverture "Ternes-Champerret".

Nous avons eu ce débat, comme vous l'avez d'ailleurs souligné, dans sa globalité en 3e Commission. Vous avez raison, je vous approuve, sur l'affinement des coûts, et cela rejoint d'ailleurs votre dernier propos. Il faut affiner les coûts, surtout que, vous êtes bien placée pour le savoir, concernant la couverture "Ternes-Champerret", il y a également Villiers qui s'est ajouté après la concertation et à la demande des habitants. Forcément, cela engendre non seulement des coûts supplémentaires mais aussi des études techniques, et en particulier, j'attire votre attention sur la longueur du tunnel et, par conséquent, sur les questions de sécurité extrêmement importantes à prendre en compte.

Deuxièmement, il est clair que le bilan financier n'est pas complet pour le moment. C'est la raison pour laquelle on poursuit les études, comme l'ont expliqué les services en 3e Commission, et nous y travaillons d'arrache-pied. J'entends ce que vous dites sur une étude globale sur le périphérique, j'avais moi-même eu l'occasion, dans le débat que nous avons eu, débat fort riche et tout à fait intéressant et que nous poursuivrons, d?approuver une étude globale sur le périphérique, parce qu'on le sait, le périphérique n'a pas la même dimension, la même hauteur, etc., selon les arrondissements qu'il traverse. Par conséquent, il est toujours un peu compliqué de comparer les portes les unes aux autres dans la mesure où la manière de couvrir ces parties de périphérique n'est pas forcément la même.

Enfin, je finirai, et j'espère que j'aurai pu répondre à toutes vos interrogations, en disant que pour soumettre à enquête publique, il faut un dossier bien ficelé, sinon il y a peu de chances que ce soit reçu. Néanmoins, je suis d'accord avec vous pour dire que la finalité est celle-là et qu'il faut concerter et associer le plus grand nombre à ce débat public.

Nous affinons donc les études en ayant le souci, que ce soit pour la Ville, pour la Région ou pour l'Etat, de boucler le projet financièrement.

M. Georges SARRE, adjoint, président. - Mes chers collègues, nous allons maintenant passer au vote.

Je mets aux voix, à main levée, le projet de délibération DVD 2.

Qui est pour ?

Contre ?

Abstentions ?

Le projet de délibération est adopté. (2009, DVD 2).