Précisez votre recherche (les choix sont cumulatifs) :
> PAR ANNÉE  
Juin 2007
> PAR TYPE DE CONSEIL (MUNICIPAL / GÉNÉRAL)  
Conseil Municipal
> Type de document (Débat / Délibération)  

II - Question d’actualité posée par le groupe M.R.C. à M. le Préfet de police concernant l’intervention de la police dans les jardins municipaux.

Débat/ Conseil municipal/ Juin 2007


 

M. LE MAIRE DE PARIS. - Maintenant, nous passons à la question du groupe M.R.C.

Je suppose que c?est son Président qui la pose, M. Georges SARRE.

M. Georges SARRE, président du groupe du Mouvement républicain et citoyen, maire du 11e arrondissement. - Merci, Monsieur le Maire.

Brièvement, tout d?abord, Monsieur le Préfet de police, permettez-moi de vous souhaiter, au nom de mon groupe, les félicitations pour votre nomination au poste de Préfet de police et d?espérer que votre collaboration avec le Conseil de Paris et les mairies d?arrondissement se fera dans de bonnes conditions.

Chers collègues, la recrudescence des nuisances dans plusieurs parcs et jardins de la Ville de Paris m?amène à vous adresser une question à propos de l?intervention de la police dans les parcs et jardins, espaces verts municipaux et alentours.

La distinction, entre espace public relevant du domaine d?intervention de la police et espace public relevant du domaine d?intervention de la direction municipale de la prévention et de la protection, a parfois un caractère artificiel auquel il serait nécessaire de remédier afin de ne pas tomber dans des situations absurdes.

Tout d?abord, les personnels des parcs et jardins sont victimes de violence. Deux dans le 11e arrondissement et d?autres dans certains autres arrondissements de Paris. Enfin, les habitants du 11e arrondissement, demeurant à proximité des squares Maurice Gardette et Pierre-Joseph Redouté, sont dérangés chaque nuit par le comportement bruyant de bandes qui font intrusion et squattent les lieux après la fermeture, consomment des stupéfiants, sont dangereux et accompagnés de chiens dangereux, sont à l?origine de dégradations et installent un climat d?insécurité, qu?il conviendrait dans l?intérêt de tous d?enrayer rapidement.

Rapidement, ma question, Monsieur le Préfet de police, est la suivante : peut-on envisager que vous donniez des instructions précises afin que les patrouilles de police soient désormais plus vigilantes vis-à-vis de ces problèmes et interviennent régulièrement, afin que le calme arrive dans les parcs et jardins et espaces verts concernés, sans oublier les abords ?

Je vous remercie.

M. LE MAIRE DE PARIS. - Merci.

Monsieur le Préfet de police, vous avez la parole.

M. LE PRÉFET DE POLICE. - Monsieur le Maire, Mesdames et Messieurs les Conseillers.

Tout d?abord, Monsieur le Ministre, je voudrais vous remercier de vos compliments. J?espère que je ne décevrai pas vos espoirs puisque c?est sous le signe de l?espoir que vous avez placé l?action que nous pourrions conduire ensemble.

S?agissant de la réponse à la question qui est posée aujourd?hui, comme vous le savez, la sécurité des espaces verts de la Capitale relève d?une manière générale de la compétence des agents de la Mairie de Paris. Les fonctionnaires de la Direction de la Police urbaine de proximité sont également amenés à y intervenir, soit d?initiative soit sur réquisition.

Ces espaces (squares, parcs, jardins, promenades, esplanades ou bois) offrent, comme vient de le montrer cette énumération, une grande variété de situations, de modes d?accès, de types de fréquentation qui impose une prise en compte spécifique de chaque site, en collaboration avec les services de la Ville.

Les commissaires centraux organisent, dans chaque arrondissement, des opérations de sécurisation des espaces verts de leur circonscription en engageant d?une façon spécifique les policiers de quartier.

Les policiers à V.T.T. ont un rôle particulier sur ces sites. Le renfort éventuel d?unités spécialisées peut être sollicité pour exercer une vigilance accrue ou dans le cadre d?enquêtes particulières, par exemple, lorsqu?il s?agit de lutter contre l?usage ou les trafics de produits stupéfiants.

Les policiers locaux bénéficient régulièrement, en fonction des situations particulières qui sont signalées, du concours de la Direction de la Police judiciaire ou de la Garde républicaine.

Au cours des derniers mois, on a pu déplorer des incidents, comme vous l?avez relevé, notamment des agressions ont été enregistrées. Ces faits sont survenus dans les espaces verts du 11e arrondissement. Plus récemment, depuis que je suis arrivé, on m?a signalé ces cas au parc Monceau, dans le 8e arrondissement. Ces faits ont fait l?objet, de la part des services de police, d?une très grande attention.

Je m?engage, bien évidemment, comme vous l?avez souhaité, à ce que les sections spécialisées soient saisies et des opérations de sécurisation soient organisées.

J?ai eu l?occasion, ce matin, dans les propos liminaires de mon arrivée dans votre Assemblée de signaler que je souhaitais tout particulièrement redynamiser les contrats d?arrondissement. Je crois que c?est le type même de sujets sur lesquels, avec les commissaires d?arrondissement, nous pourrons mieux travailler afin que, comme je l?indiquais par rapport à la situation de chacun des sites, on puisse trouver la manière la plus efficace d?agir, notamment contre les trafics de drogue.

M. LE MAIRE DE PARIS. - Merci beaucoup.