Précisez votre recherche (les choix sont cumulatifs) :
> PAR ANNÉE  
Juin 2007
> PAR TYPE DE CONSEIL (MUNICIPAL / GÉNÉRAL)  
Conseil Municipal
> Type de document (Débat / Délibération)  

2007, DPE 54 - Autorisation à M. le Maire de Paris de signer une convention avec le port autonome de Paris pour le nettoiement des berges de Seine à Paris.

Débat/ Conseil municipal/ Juin 2007


 

M. Christophe CARESCHE, adjoint, président. - Nous passons à l?examen du projet de délibération DPE 54 relatif à une autorisation à M. le Maire de Paris de signer une convention avec le port autonome de Paris pour le nettoiement des berges de Seine à Paris, sur lequel l?amendement n° 18 a été déposé par l?Exécutif.

Madame de CLERMONT-TONNERRE, vous avez la parole.

Mme Claire de CLERMONT-TONNERRE. - Merci, Monsieur le Maire.

Monsieur le Maire, mes chers collègues, la Seine et ses berges représentent pour les Parisiens comme pour les touristes un site exceptionnel et un élément déterminant de l?image de Paris.

Or, les berges étant, de jour comme de nuit, soumises à une forte fréquentation à des usages très divers, il devenait indispensable d?améliorer leur dispositif d?entretien et de clarifier les responsabilités des parties concernées, qu?il s?agisse de la Ville ou du Port autonome.

La lecture de la convention de nettoiement qui nous est soumise inspire 3 remarques.

Tout d?abord, si nous nous réjouissons que ladite convention fixe à la Ville comme au Port leurs attributions respectives en matière de nettoiement des berges, nous déplorons le retard pris pour la mise en oeuvre de ce dispositif qui était annoncé pour le 1er janvier 2007 et la durée limitée de la convention, ainsi que nous le découvrons dans l?amendement n° 18 que vous nous avez distribué.

En second lieu, nous souhaiterions que le planning prévisionnel et le bilan biannuel des interventions d?entretien, mentionnées dans la convention, soient communiqués à chacun des maires d?arrondissement situés en bordure du fleuve.

Enfin, à la lecture des pièces annexes, nous ne pouvons que regretter que l?entretien de certains sites n?ait toujours pas été attribué.

Ainsi, dans le 15e, on ne sait pas qui aura la charge de la passerelle C.P.C.U. et du souterrain Cauchy.

Or, vous le savez, Monsieur le Maire, ce sont là des emprises qui posent problèmes en termes de sécurité et de propreté, personne ne semblant vouloir prendre en charge ces lieux complexes, la Ville, R.F.F. et le Port se renvoyant la balle depuis des années.

Ce projet de délibération nous donne la possibilité de pointer plusieurs problèmes de gestion et d?aménagement qui nuisent à la qualité des berges et de leurs abords.

Ainsi, nous demandons une nouvelle fois que R.F.F. assure le nettoyage régulier des talus du R.E.R. C et des bâtiments qui jalonnent la voie ferrée située rive gauche, en bordure du fleuve.

Or, à ce jour, l?entretien est loin d?être satisfaisant.

Dans le même ordre d?idée, nous souhaiterions que les dispositions contenues dans le cahier des prescriptions architecturales et paysagères, signé par le Port et la Ville, ne restent pas lettre morte.

Il appartient au Port d?inviter ses concessionnaires à déployer des efforts d?intégration de leurs bâtiments et des installations en bordure de Seine, d?éviter les implantations anarchiques et de permettre la réalisation d?une promenade continue. En ce domaine, il faut reconnaître qu?il reste encore beaucoup à faire.

Enfin, nous renouvelons le v?u que les délaissés de voirie situés en bordure de Seine fassent l?objet d?un aménagement pérenne. Qu?il s?agisse du linéaire situé en aval du Trocadéro ou des abords du pont Alexandre III et du pont de l?Alma, certains sites ressemblent à de véritables friches, ce qui est du plus mauvais effet vis-à-vis des Parisiens et des touristes.

Au même titre que mes collègues du 15e arrondissement, je ne m?explique pas, Monsieur le Maire, pour quelle raison le projet d?aménagement des berges situées dans notre arrondissement tarde tant à se concrétiser.

En dépit des initiatives prises par les élus, les associations locales et les conseils de quartier, les silos indigestes des entrepôts de matériaux continuent de masquer la perspective sur la Seine. Quant aux promeneurs et aux cyclistes, ils sont toujours contraints de cheminer au milieu des bétonneuses et du stationnement sauvage.

Alors quand, Monsieur le Maire, le projet de promenade deviendra-t-il réalité ? C?est une perspective très attendue par les riverains. La Ville doit peser de tout son poids pour que les aménagements annoncés depuis plusieurs années se concrétisent enfin.

M. Christophe CARESCHE, adjoint, président. - Madame CONSTANTIN, vous avez la parole.

Mme Myriam CONSTANTIN, adjointe, au nom de la 4e Commission. - Merci pour cette intervention et cette attention, Madame de CLERMONT-TONNERRE.

Je ne peux que redire ce que vous dites déjà, c?est-à-dire que c?est une entreprise de longue haleine que de conclure des conventions avec le Port autonome et que celle à laquelle nous sommes parvenus est la première du genre.

Il y a un tel souhait de bordage de la part de notre partenaire, le Port autonome, que je suis amenée à présenter un amendement technique de l?Exécutif la limitant à un an et non pas la prolongeant par tacite reconduction.

C?est une première expérience conquise de haute lutte, si je puis dire, en tout cas de longue négociation. Ce n?est sûrement pas la dernière.

Je vous remercie encore une fois de l?attention que vous témoignez.

Je suggère que nous examinions, vous et moi, le détail de votre communication au Conseil pour définir les améliorations que nous pouvons encore apporter et peut-être les éclaircissements.

De façon générale, c?est le grand avantage de cette convention, les missions respectives du Port autonome, de

V.N.F. lorsque c?est le cas, et de la Ville ont été clarifiées, et cela par échange de services mutuels et non pas par échange pécuniaire. C?est une première étape.

Monsieur LEGARET, je vous associerai bien volontiers à ces réflexions, si le c?ur vous en dit. Je vois que vous hochez la tête. Vous aurez en tout cas, comme moi, fait le constat qu?il n?y en avait jamais eu par le passé.

Pour autant, ces problèmes perdurent depuis longtemps. La saleté des accès de la Seine et des berges n?est un secret pour personne, depuis de très nombreuses années.

Cependant, je veux remercier le Port autonome qui se révèle être un partenaire au moins aussi attentif que la Ville, coriace peut-être, mais on va de l?avant. A suivre.

M. Christophe CARESCHE, adjoint, président. - Il n?y a pas d?observations ?

Je mets donc aux voix, à main levée, le projet d?amendement n° 18 déposé par l?Exécutif.

Qui est pour ?

Contre ?

Abstentions ?

Le projet d?amendement n° 18 est adopté.

Je mets aux voix, à main levée, le projet de délibération DPE 54 ainsi amendé.

Qui est pour ?

Contre ?

Abstentions ?

Le projet de délibération amendé est adopté. (2007, DPE 54).